Jouir – l’itinéraire du plaisir

Aïe, le dicta de l’orgasme fait mal. Jouir est un impératif !

Aux femmes qui pensent être hors norme, des nulles, des coincées, des incapables.

A toutes celles qui attendent l’orgasme pour se penser femme.

Il n’y a pas de super bon ou de très mauvais partenaires. Il y a juste des hommes et des femmes qui ne se connaissent pas !

Vous le savez maintenant mon passif de violences sexuelles ne me permettait pas plus qu’à vous, l’accès au plaisir. Etre an-orgasmique est une définition enfermant le désir.

A vous de trouver le chemin du plaisir.

Il est possible de jouir de sa peau, de son corps, de son sexe, d’un parfum, de l’autre

Femme, ma belle au bois dormant qui veux-tu comme sonneur ?
Qui peut, qui veut ou qui doit réveiller ce corps assoupi ???

Si chacune de nous à cette capacité, le souhaitez-vous, le cherchez-vous vraiment ?

Est-ce si utile ?

On nous vend l’orgasme pour notre bien être, notre épanouissement physique, psychique et spirituel, pour notre ligne, notre vitalité, notre santé.

Mais s’il se suffisait simplement à lui-même pour quoi lui attribuer les valeurs d’une poudre à perlimpinpin

A quel sein se vouer de quel coté penche la balance l’élévation ou la mortification ?

La jouissance diabolisée : risque de se perdre, de perdre son amour propre, sa raison.

Jouir de quoi, de qui, pourquoi avec quoi et en quel lieu ???

La femme n’a plus d’autre choix que de se dire active, au risque de paraître frigide.
Pour la paix social, nous avons bien une issue, inviter notre ami simulacre

Mais pourquoi ? Si jouir est mal, ne pas jouir l’est tout autant

Jouir deviendrait-il le seul but pour rassurer sur sa vitalité ?

Exit le plaisir d’être, avec soi, en soi, de prendre du temps pour soi, de vivre la découverte, ressentir des sensations.

Non, Jouir devient mesurable : 1 niveau – 1 intensité – 1 sonorité

Jouir vaut son pesant de liquide !

Quand pourrons nous simplement être une femme sans avoir à se justifier ou à se pervertir ?

Vivre avec la fluctuation du désir, moduler les plaisirs pour un jour s’éveiller

Dans bien des cas à trop vouloir jouir, l’orgasme nous fuit, se dérobe, nous attriste

Il est dommage aujourd’hui de jouir pour par_aître au lieu d’être

Reprenons la main! 🙂

A toi de décider avec qui jouir, quand jouir, sa fréquence et son but.

Redonne du sens à ta vie sexuelle pour que jaillisse ton plaisir

 

Partage ton avis

Si tu as envie d’échanger sur ton intimité on se retrouve ici

A bientôt

Annah

Conçue pour jouir à l’infini

Jouir à l’infini, le slam engagé de Marie Beauchesne.

Un joyau, une merveille, une ode au plaisir. la beauté de l’échange.

Ce que l’homme et la femme sont amenés à developper quand on prend conscience de son pouvoir.

Jouir  respect de son plaisir.

Jouir avec son sexe.

Juir de ses zones érogènes

Jouir avec le corps de l’autre.

Jouir de cette conscience

Jouir de sa magnificence

Jouir le chant de la femme libre!

Caresser chaque centimètre de peau comme si la vie en dépendait.

Que pourrais-je rajouter de plus? Marie à tout dit! avec éloquance grace et simplicité

[su_youtube url= »[su_youtube url= »www.youtube.com/embed/dMCpLaIvYoQ’ frameborder=’0′ allowfullscreen » class= » »Conçue pour jouir à l’infini », »] »

Quel est votre avis sur cette interprétation?

Vous sentiriez vous gênés d’assiter à une telle déclaration?

N’hesitez pas à partager vos impressions

Comme d’habitude je vous transmet le lien du coach si vous avez des difficultés avec votre corps [su_button url= »http://coachdevie-lyon.fr/ » style= »bubbles » background= »#10dde0″ size= »10″ radius= »20″ icon= »icon: heart-o » text_shadow= »1px 1px 1px #000000″ title= »coach de vie »]coach de vie intime[/su_button]

Bonne semaine

Annah

 

Qui détient le pouvoir de l’orgasme?

Orgasme – Qui de l’homme ou de la femme détient le pouvoir de l’appeler ?

Vous êtes d’incorrigibles lecteurs, vous le savez pourtant qu’il n’y a pas une manière de faire l’amour et pourtant vous n’avez de cesse de me demander des manuels pratiques.

Le cas par exemple pour la masturbation et/ou le cunnilingus. Il existe de multiples manières d’apporter du plaisir à votre amoureuse toutefois et je pense que vous l’aurez compris, le plaisir et l’orgasme n’arrivent que si celle si se l’autorise.

Désolée de casser un peu votre savoir-faire !

Orgasme – il vous glisse entre les mains

Pourquoi arrive-t-on à jouir avec l’un et pas avec l’autre de nos partenaires. Bon forcé d’admettre que certains hommes sont particulièrement maladroits voire brutaux donc pas évident pour les femmes de parvenir à l’extase.

Mais dans le cas de celles qui ont trouvé un partenaire dit idéal, qu’elles aiment.
Comment expliquer que le plaisir se dérobe puisqu’au premier abord tous les ingrédients semblent réunis pour favoriser le cocon sécuritaire….. d’amour.

Orgasme – tu me fais peur!

Qu’est-ce qui pourrait empêcher ce plaisir de grandir et se développer ?

Donc, je me répète l’organe sexuel chez l’humain est bel et bien le cerveau.

Que cache le mot plaisir ? Quelle image de vous semblez-vous avoir peur d’offrir à votre conjoint quand vous jouissez ? Qu’est-ce que cela implique de jouir ? Serait-ce l’image de votre mère qui s’invite en ce moment crucial ?

Orgasme – une oeuvre

Voici pour vous rassurez une installation conceptuelle de l’artiste Marco Brambilla http://www.marcobrambilla.com/

L’intention de Brambilla était de montrer la déconstruction de la beauté

L’œuvre se nomme « ghost » pourtant, elle parle bien du plaisir au féminin

Pour ceux qui auraient des difficultés pour visionner la vidéo merci de vous rendre sur le lien ici http://www.marcobrambilla.com/portfolios/ghost/.

Le mannequin Natasha Poly, nous montre les différentes facettes par lesquelles la femme sera amenée à passer au moment de la montée orgasmique. La tristesse, la colère, l’étonnement, le plaisir, l’apaisement.

Orgasme – la libération

Même s’il n’est pas une vérité, il est un petit bout de votre histoire

N’ayez plus honte de qui vous êtes.

La femme est belle et puissante!

Vous seule avez le pouvoir de vous donner du plaisir.

De mon côté, je tenterais néanmoins de donner aux hommes quelques astuces 🙂

On se retrouve sur facebook pour un podcast

Pour les personnes désireuses d’être accompagnées [su_button url= »http://coachdevie-lyon.fr/ » style= »3d » background= »#2deaef » size= »10″ radius= »20″ icon= »icon: gittip » text_shadow= »1px 1px 1px #000000″ title= »votre coach »]coach de vie[/su_button]

Bonne semaine

Annah

Image issue de tumblr 907026c3943f4c43fefabdcfc4bf42ee.jpg

Plaisir de femmes

Comment activer le plaisir ?

Alors que les hommes sont capables de prendre leur pied en quelques minutes, les femmes ont besoin de plus de temps pour accéder au plaisir sexuel et encore plus pour parvenir à l’orgasme. Accompagner sa partenaire vers son plaisir de femmes demande à l’homme de la patience, de la douceur et de la créativité. Ce dévouement n’est pas évident pour tous.

Article écrit par Philippe, qui vous conseille chaque semaine sur erotic-attitude, pour que vous fassiez l’amour souvent, passionnément, avec brio et humour…

Plaisir de femmes : des préliminaires psychologiques

Le désir de la femme est dépendant de son état émotionnel. Une femme a besoin d’être troublée par un homme pour ressentir une attraction sexuelle. Ce trouble délicieux est provoqué par une tension sexuelle, une sorte de suggestion non verbale qui place Madame dans l’expectative.

plaisir de femmes
Plaisir de femmes @Philippe fragnière

C’est grâce à un comportement à la fois viril et équivoque fait de sous-entendus et de regards appuyés, qu’un homme manifeste une attitude érotique propice à l’éveil du trouble. La femme se demande alors si elle a bien perçu les intentions de son partenaire et s’il va les assumer. Elle se met à imaginer qu’elle pourrait être l’objet de ses assauts. Le suspens s’installe et l’excitation commence à monter.
Les projections imaginaires de la femme débutent bien avant les premiers contacts physiques. Un mot échangé, un regard croisé, un SMS durant la journée, tout est bon pour susciter le désir en créant l’attente. L’essentiel est que l’homme donne une dimension érotique à ses propos, au ton de sa voix, à la maîtrise de ses gestes de gentleman.

Une sortie au restaurant, une décoration de table un peu soignée si on mange à la cuisine, il suffit de créer la surprise avec un brin de romantisme pour que Madame se sente la reine de son homme et ressente le trouble érotique. D’une certaine manière, à ce stade elle est déjà entrée dans la relation sexuelle avec son compagnon.
Son cœur bat différemment, sa respiration est modifiée, son corps se détend. Si Monsieur module sa voix pour qu’elle soit plus calme, plus grave, plus posée et qu’il plonge son regard effrontément dans les yeux de sa compagne, qu’il maintient des silences complices, l’effet va s’amplifier. S’il ajoute une caresse subtile, lente, tendre et inattendue, elle va sentir sa peau frissonner et devenir moite.

Plaisir de femmes : des préliminaires physiques

À part quelques exceptions ou situations particulières, le passage au rapport charnel gagne à être mené en douceur. Dans une relation qui débute, cela confirme que Madame fait l’objet d’une grande attention et que Monsieur est un connaisseur. Dans un couple établi, cela marque une complicité sur laquelle les amants peuvent s’appuyer pour déployer leur créativité.

L’approche de l’homme sera donc patiente, douce et raffinée afin que Madame puisse se laisser emporter par ses sensations, comme si elle entrait lentement dans un bain parfumé. Avec cet état d’esprit, l’effeuillage des vêtements peut se prolonger longuement, stimulant déjà les sens par le contact d’une blouse qui glisse ou d’une jupe qui tombe.

Les premières zones érogènes qui se découvrent reçoivent les premiers baisers, dans le cou, la nuque, les épaules. Puis viendront les bras, le ventre, le creux entre les seins… mais pas les seins, pas tout de suite, pas avant qu’elle n’en puisse plus d’attendre !

On le voit, l’essentiel est de prendre son temps et d’entrer dans l’intimité de manière progressive. On peut observer le rythme de la respiration et les ondulations du corps pour savoir où en est Madame dans son excitation. Rien ne remplace une fine attention quand on veut activer chez sa compagne son plaisir de femme.

L’homme doit pourtant aussi porter son attention sur lui-même pour permettre un échange équilibré. Être attentif à l’autre est absolument nécessaire, mais il ne faut pas s’oublier ou se sacrifier pour autant. En entrant dans la volupté avec sa partenaire, Monsieur pourra y trouver beaucoup de plaisir.

Dans ce délectable voyage, veillez à ne pas faire de faute de goût. Il y a des choses à ne pas faire, de celles qui cassent l’ambiance en faisant retomber la femme du petit nuage sur lequel elle s’était laissée hisser. Pour éviter cela, faites au moins le minimum légal : enlevez votre montre dès que possible, virez les chaussettes avant de retirer le pantalon, éteignez votre portable ou mettez-le sous silence et surtout de grâce ne répondez pas à vos appels !

Quatre types de femme

Quand on parle de plaisir de femmes, on oublie souvent que chacune à son propre fonctionnement. Il n’est donc pas possible d’établir une règle de conduite absolue et il faut tenir compte des spécificités sensuelles de chacune. On peut notamment observer que toutes les femmes n’atteignent pas le plaisir à la même vitesse.

Les rapides

Une petite proportion de femmes sont très rapides, facilement excitables et vite contentées. Elles atteignent l’orgasme en moins de deux et généralement en redemandent. Avec ce type de femme, les préliminaires sont expéditifs et vigoureux. Elles sont avides de pénétration et se laissent aller de manière assez expressive.

Les modérées

Les femmes qui ont besoin de temps pour entrer dans l’excitation sont les plus nombreuses. Elles attendent d’être séduites et chauffées à petit feu. Quand elle atteignent les zones émotionnelles de la volupté, elles commencent à se déchaîner et à désirer engloutir le pénis de leur partenaire en elles. De là, il leur faut encore du temps pour concentrer leur énergie sexuelle et accéder à l’orgasme. Une fois lancées, elles prendront volontiers quelques orgasmes successifs.

Les dures à cuire

Certaines femmes sont plus lentes et ont de peine à venir. Elles apprécient de long préliminaires sensuels et des jeux érotiques raffinés. Durant la pénétration, elles se focalisent sur leur organes génitaux pour tenter de mieux ressentir les sensations vaginales. Elles ont besoin que le coït dure longtemps et ont souvent leur position préférée, celle qui place le pénis juste au bon endroit. Si elles atteignent l’orgasme, elles sont très heureuses parce que c’est loin d’être le cas tous les jours.

Les impossibles

Il y a aussi celles qui ne jouissent jamais. Elles sont en minorité, mais toutefois bien présentes dans le monde des amoureux. L’anorgasmie vient souvent d’un traumatisme vécu durant l’enfance ou l’adolescence. Un suivi thérapeutique peut venir à bout de ce genre de blocage, mais la femme qui en est victime cultive souvent la culpabilité et le déni, ce qui l’empêche de vouloir résoudre son problème. Ces femmes ont besoin de beaucoup de patience, de douceur et d’attention. Elles peuvent toutefois éprouver d’intenses plaisirs sexuels et se demandent toujours si oui ou non, elles ont déjà connu l’orgasme. En l’absence de thérapie, aucun amant même expérimenté ne pourra les faire jouir.

Plaisir de femmes jusqu’à l’orgasme

Une fois conscient du type de femme auquel appartient sa partenaire, l’homme pourra mieux moduler ses attitudes pour accompagner celle-ci dans son plaisir. Mais il faut encore dire que chaque femme a des attentes différentes selon la situation du moment ou les périodes de sa vie. Monsieur devra donc sans cesse adapter ses gestes, gérer la scénographie et la durée des préliminaires en fonction de ce que son attention lui aura permis de déceler chez sa partenaire.

Il reste que l’orgasme est le point culminant du plaisir, ce plaisir qu’il faut arpenter graduellement pour en atteindre le sommet. Que Madame soit plutôt clitoridienne ou vaginale, qu’elle privilégie les caresses tendres ou préfère les assauts vigoureux, elle trouvera jouissance au terme d’une montée d’excitation toujours plus vive.

La pénétration accompagne cette ascension des amants vers l’extase. Elle représente, à mes yeux comme pour beaucoup, le point de fusion le plus intense et le plus intime qui puisse être partagé. Comme aboutissement aux préliminaires ou en alternance avec ceux-ci, la pénétration est le plus puissant vecteur d’orgasme à vivre ensemble, agissant à la fois sur les plans énergétiques et émotionnels.

Plaisir de femmes… et d’homme

Explorez la richesse des jeux amoureux pour vous connaître de mieux en mieux, chacun pour vous-même et l’un envers l’autre. L’orgasme est le point culminant du plaisir, mais il ne devrait pas en être l’objectif obsessionnel. Parce que le plaisir se suffit à lui-même, surtout le plaisir de femme, qui sait être assez vaste pour contenir l’amour des amants.

Amusez-vous au lit avec la personne que vous aimez et faites en sorte que cela dure longtemps, que vos ébats soient satisfaisants et qu’il se répètent avec joie durant des années. Pour cela, cultivez la surprise et le changement, variez les plaisirs en changeant l’horaire, le lieu et les positions, afin que votre sexualité ne soit jamais monotone.

N’attendez pas le bonheur, créez-le !

Philippe vous montre chaque semaine sur erotic-attitude comment cultiver votre érotisme pour mener une vie de couple épanouie. Par exemple, voyez cet article qui montre comment le plaisir de femme s’allie à celui de l’homme quand on sait érotiser son couple.

Il me semblait important de connaître l’interprétation du plaisir de femmes au travers des yeux d’un thérapeute et par la même la vision de l’homme.

J’espère que cet article sur le plaisir de femmes, vous aura éclairé.

Je vous dis à très bientôt
Annah

Orgasme prématuré, la femme jouit trop vite!

Jouir trop vite pour la femme avantage ou problème ?

Je ne me moque pas de vous !

Quand j’ai fait le test du womanizer, je parlais d’orgasme prématuré. La stimulation était tellement intense quand moins d’une minute, il m’a été possible de jouir.

À vrai dire sur le coup, je m’en suis amusée. Je suis multi orgasmique à proprement parlé cela ne me posait pas réellement de problème, hormis l’insatisfaction intellectuelle et l’impasse sur la construction érotique…

Je ne pouvais pas, pour autant considérer la précocité de l’orgasme comme une problématique à prendre en compte au sein du couple.

La femme a un avantage certain sur les hommes ! Nous ne connaissons pas la face dite réfractaire. La mécanique féminine peut continuer la montée en plaisir et éprouver un orgasme vaginal ou anal si tôt le premier orgasme clitoridien obtenu.

À condition bien sûre, de maintenir la tension au sein du couple et avoir suffisamment envie pour continuer le jeu sans passer par la case tartinade excessive de lubrifiant pour perdurer !

Dans le cas qui nous intéresse, l’orgasme prématuré ou jouir trop vite peut-il être une difficulté pour la femme ?

On parle de rapidité de jouissance et tout comme pour l’homme, il est important de pouvoir exploser au moment choisi et pas se laisser surprendre. Ne pas maîtriser son excitation apporte son lot de frustration.

La femme va remettre en cause ses aptitudes érotiques.

Si vous commencez à cogiter à la descente, des images de mésestime de soi, montent. Elles vont vous parasiter. Dans ce cas, il sera plus difficile de se sentir détendue et continuer le jeu.

Il est important d’allier le corps et l’esprit.

Lâcher prise sur ce qui vient de se passer pour apprécier le voyage.

C’est d’ailleurs, l’une des raisons , hormis ce cas de figure, qui empêche certaines femmes de goûter aux joies de l’orgasme.

La femme est atteinte d’orgasme prématuré tout comme l’homme est atteint d’éjaculations prématurées.

Je m’interroge !

• Est-ce le cas à chaque fois ?
• Ou seulement de temps en temps ?
• Quand vous êtes trop excitée ?
• Êtes-vous mal à l’aise avec le partenaire de jeu ?
• Connaissez-vous vraiment votre corps ?
• Êtes-vous en mesure de distinguer les différents signes annonciateurs du plaisir ?
• Êtes-vous pressée d’en finir ?
• Vous accordez-vous vraiment le temps nécessaire pour développer le plaisir ?
• Votre conjoint est-il trop actif sur ladite zone érogène ?
• Avez-vous, pensez, à érotiser votre corps, vos seins, vos tétons, vos fesses avant de stimuler la zone sensible ?

Les femmes qui connaissent le sujet d’orgasme prématuré parlent aussi de douleurs.

Attention à ne pas le caresser trop rapidement ou brutalement. Si vous êtes sensible du clitoris, évitez de le décalotter. Procédez à des caresses amples et si vous utilisez un vibro restez sur le mont de vénus. Vous allez apprendre la patience :).

Si vous continuez le jeu pour faire plaisir à votre partenaire malgré la douleur, évitez au moins le contact direct avec cette zone. Préférer la position dite en cuillère !

Et comme toujours, communiquez entre vous.

Conseils du coach Annah sur le problème d’orgasme prématuré

1. Si vous jouissez trop vite avec votre clitoris, envisagez la possibilité d’utiliser une autre zone.
2. Si vous avez mal après l’orgasme et si vous culpabilisez d’écourter le rapport, commencez par monsieur.
3. N’hésitez pas à demander conseils

Il est important de faire un point sur votre acceptation au plaisir. Faire l’amour vous pose t-il des problèmes. Aimez vous votre corps ? Ressentir du plaisir est-il conflictuel ? Vous autorisez-vous réellement à jouir ?

Punition, honte et culpabilité sont-ils des mots qui font écho ?

J’ai fouiné sur le net. Le sujet de l’orgasme prématuré chez la femme semble-t-il, ne fait pas recette, pas ou peu d’infos. Pourtant, la problématique est réelle même si seulement 3% des femmes en souffre profondément.
Voici un lien

Donnez votre avis sur le sujet de l’orgasme prématuré analysé par une sexologue.

Annah

Orgasme féminin, nouveau nom : point J – la joie

Bonjour à tous

Ce matin, j’ai reçu un très joli cadeau dans ma boite mail, une analyse de la relation homme femme, une redéfinition du plaisir féminin.

Vous connaissez tous, mon penchant à aller embêter les professionnels de la santé!

Une fois n’est pas coutume après mon article sur L’ORGASME FEMININ , je suis allée demander conseil auprès du psychanaliste et sexothérapeute Alain Héril.

Pour ceux et celles qui écoute l’émission radio sur RMC « Lahaie, l’amour et vous » ont certainement déjà entendu  Alain s’exprimer avec finesse et humour.

J’étais curieuse de connaître sa vision de  professionnel, celle de l’homme mais aussi celle de l’ écrivain, » la place de la femme et son plaisir ».

Cette sensibilité exacerbée au contact des femmes avait donné naissance à un très beau livre sur lequel je reviendrai dans le mois « les continents féminins »

Je me doutais qu’il ne pouvait rester indifférent, alors je lui ai laissé  carte blanche pour s’exprimer quand il le souhaiterait sur le blog.

C’est chose faite!
Je vous livre son écrit, comme quoi, il n’y a pas meilleur plaidoyer qu’un homme respectueux et amoureux de la femme.

comme la femme est belle dans son plaisir!
Comme la femme est belle dans son plaisir! Vous ne trouvez pas?

Le point J

Le corps des femmes a été souvent nié et bafoué, il a aussi été adulé au point de l’idéaliser pendant des siècles.

Depuis le début du XX° siècle et la compréhension de la douleur sexuelle des hystériques il est considéré de manières différentes par les psys et la médecine. Mais il reste toujours objet d’interrogations, de suspicions.

C’est comme si la jouissance féminine faisait peur et que l’expression de celle-ci constituait un scandale qu’il fallait mesurer, maintenir dans des normes faciles à repérer et à inscrire dans des nomenclatures.

Il y a derrière tout cela une peur de la fougue, de la puissance des femmes.

Car, à y bien réfléchir, la femme porte en elle, en son corps, les éléments libertaires d’un rapport à la nature qui est plus proche de l’animisme* que des interdits monothéistes.

Car c’est bien de cela dont il s’agit : mettre l’homme, le père, le pouvoir patriarcal au centre des enjeux relationnels et ne laisser à la femme des droits à la jouissance essentiellement cadrés par la science, la psychologie, les règles d’un pouvoir masculin.

C’est pour cela que le corps féminin est encadré, scruté, parcellisé avec des points, des zones, des lieux qu’il faut connaitre et activer. Comme s’il s’agissait de l’apprentissage d’un mode d’emploi infaillible.

Où est la liberté de jouissance dans ce cadre là ?
Où sont les possibilités de surprises, d’inattendus ?
Où peut se trouver les espaces pour une vision souple, ample et non cadrée du rapport de chaque femme à son propre plaisir, à son propre corps ?

La sexualité contemporaine devient axe de performance pour les hommes comme pour les femmes. Nous devenons soumis à des diktats impérieux qui ne nous laissent que très peu de place à la créativité et à la joie de l’instant.

Le point G devrait être remplacé par l’espace J comme joie.

Et cet espace là appartient à chacune car il n’engage pas une partie du corps mais l’Etre dans son entier et sa vibration unique et singulière.

Alain HERIL.

*L’animisme dans ce cadre c’est formaliser l’essence de la femme comme une entité animé. La femme a dans sa nature le pouvoir de faire bouger les choses.
Quelque chose de non palpable mais essentielle!

> petit Bonus une piste de plus pour maintenir la relation, la faire évoluer et qui sait arriver au plaisir!

la Construction du Désir. Extrait.

Bon et après tout ça, vous ne pourrez plus dire qu’il est impossible d’être heureux/se. Tout ceci dépend un peu de vous!

le couple
Nous sommes complémentaires!

à bientôt
Annah

PS : merci beaucoup Alain, quand vous voulez pour partager à nouveau!

ORGASME FEMININ

Quand est-il de l’orgasme féminin ?

Dévoiler la supercherie !

orgasme  femme 3
Parce que les hommes croient évidemment tous, qu’ils sont des bêtes de sexe. (pas si sûr)
Parce que dans le couple, vous manquez indéniablement de communication.
Par peur de froisser et émasculer l’homme, la femme se croit obligée de feindre le plaisir sexuel.

Quel est l’intérêt d’entretenir cette mascarade, qui au fond ne sert à personne ?

L’homme comme la femme ne demande qu’à apprendre et s’améliorer.

Si j’ai bien tout compris quand on est excité deux principes physiologiques rentrent en jeu.

La vaso congestion > On rougit. Oui, madame, et ce n’est pas de honte, mais de plaisir.

  1. des lèvres en haut comme en bas, hihi
  2. le tour des mamelons
  3. le cou

La myotonie > contraction musculaire ou spasme
Plus vous serez excitée, plus le spasme sera violent, hmmmm

Les plus visibles, décrits par les scientifiques, sont au moment de la phase dite « en plateau »
Souvenez-vous que je vous ai donné l’information découverte avec l’étude de Master et Johnson des 4 phases de l’orgasme. Comment ça, non, alors pour les cancres rattrapage
1. Phase d’excitation ;
2. Phase en plateau ;
3. Orgasme ;
4. Résolution.

Que se passe-t-il concrètement pendant l’orgasme?

Faites-moi voir, votre plus jolie grimace !

Car que vous le vouliez au non votre expression change.
Pour celles qui surjouent, n’en faites pas trop au risque d’être ridicule !
Vous trouviez ridicule ce rictus de l’homme au moment de l’éjaculation même si l’expression est moins fermée, vous n’y échappez pas !

1. vous plissez des yeux
2. Vous contractez les muscles du cou (la jugulaire)
3. La mâchoire
4. la tête fait la girouette (la nuque se met en hyperextension, source Paul )

C’est au tour de votre corps

5. Les doigts Oh bah, non, vous avez tout froissé les draps 🙂
6. Les abdos
7. Les fessiers, vous voyez ces muscles qui vous rappellent le lendemain qu’il est grand temps de reprendre le sport parce que vous êtes toute courbaturée.
8. Les jambes
9. je rajouterais les doigts de pied, car il n’est pas rare que je me paye une crampe au moment de l’orgasme.

Il est très facile d’accélérer le rythme cardiaque, de se mettre en hyper-ventilation voire d’ aller jusqu’à se faire transpirer. Entretenir le simulacre avec des signes extérieurs, rougeur sur la poitrine, cris et mouvements erratiques, mais il y a un signe qui ne trompe pas.

orgasme  femme 2

Messieurs, le point important à retenir.

Je sais que ce n’est pas mesurable sur le temps et l’intensité, mais il y a une partie de notre corps qui est très révélatrice du point de non-retour et qui signe notre perte : LE PERINEE.

Si vous ne sentez pas que le périnée se contracte au point de vous étrangler le gland.
Que votre verge à aucun moment de l’acte ne se sente à l’étroit dans son fourreau. (À moins que votre compagne ne soit déjà très étroite de nature)

> Il y a fort à parier que bien que vous entendiez des :

OH oui, encore, j’y suis presque, vas-y , c’est bon, oui, oui, oui, j’y suis. Oh, c’était génial,

C’EST QUE VOUS N’Y ÊTES PAS DU TOUT

Vous avez bien retenu !

Beaucoup de frustration et d’énergie perdue pour rien.

Une bonne discussion, réajustez-vous, arrêtez de jouer au Cro-Magnon avec votre virilité et préoccupez-vous de la femme en face de vous .

Vous, les femmes arrêtez de les ménager et commencer à exprimer vos envies, jouez des hanches guidez-les, parlez, dites où vous en êtes .

Bon sang vous êtes en couple, à qui pourriez-vous confier vos besoins si ce n’est à la personne, là pour les satisfaire ?

À bon entendeur, le week-end approche et comme mes lecteurs ne font pas l’amour que le 1er samedi du mois, amusez-vous bien. 🙂
Annah

La femme est-elle faite pour prendre du plaisir ?

« On ne naît pas femme : on le devient. »

ce n’est pas la première fois que je site Simone de Beauvoir ni la dernière 🙂

Grande question !!

Vous allez, toutes me répondent, mais bien sûr puisque nous avons du plaisir à faire l’amour.

Nous avons au moins un orgasme par coït, pour les plus chanceuses. Hihi

> Si on se refaire à l’histoire de l’humanité
La réponse est OUI

> Si on se refaire à l’image que l’on renvoie sur l’homme  la réponse est NON

Je m’explique
Dieu, le Tout-Puissant ou l’Eternelle créa l’homme et chaque être vivant puis il puisa dans la corne d’abondance et souffla une once de sensibilité.

> À ce moment de l’histoire, il n’y a pas de femme….

Toutefois, Il estima qu’il n’était pas bon de laisser l’homme seul et créa une compagne.
Déjà, on été conditionné malgré nous pour le servir !!!!!

Le problème,  c’est qu’il a pris un morceau de l’homme pour créer la femme, il déversa sur elle le reste de la corne d’abondance.

Donc, je résume : un peu de la sensibilité de l’homme,  plus tout le reste de la corne fait de nous un être plus sensuel. Nous avons une érogénisation naturelle sur l’ensemble du corps et pas uniquement  autour des parties génitales comme chez l’homme

La racine du problème !
>Nous avons la possibilité de nous embraser sous l’effet d’un baiser, d’un massage, d’un malaxage ou d’un frottement.
Nous sommes multi orgasmiques

Rien que nos seins bien caressés peuvent nous porter au 7ème ciel

Notre clitoris, notre vagin, le renfort de nos genoux, les lobes d’oreilles, derrière dans le creux, l’aine les pieds, les cheveux, etc. nos zones érogènes sont multiples et c’est notre peau qui s’enflamme.

Contrairement à l’homme, nous n’avons pas de phases réfractaires.

Vous pouvez jouir avec vos tétons et jouir à nouveau avec votre clitoris. Votre partenaire vous pénètre et à nouveau vous remontez avec l’orgasme du point G. Il peut en simultanée s’attaquer à votre anus et c’est reparti.

La seule limite est votre résistance physique. KO par orgasmes.

Essayez l’expérience suivante après que votre homme ai  éjaculé,  de lui toucher les tétons. Vous aller voir sa réaction de répulsion. Non ne me touche pas, c’est sensible !! 🙂

Dès lors, l’homme n’a eu de cesse de vouloir défaire ce que l’Eternelle a créé.

Il a peur de devenir léthargique ou de pouvoir satisfaire nos besoins.

Et si nous descendons du singe, les femelles primates ont une exigence bien supérieure à celle de l’homme comme d’ailleurs en règle générale dans le règne animal.

Plus tard, L’homme à fait usage de sa force pour imposer sa loi et réprimer sa compagne.

(à ce jour, nous déplorons que certains tiennent du Neandertal et frappent toujours leur femme)

Au fil des époques cette dévalorisation de la sensualité de la femme ne s’améliora pas.

D’après Aristote (en -300 av JC) qui avait pour idée d’étudier la nature des choses en les observant.

Il avait émis l’idée que la femme était inférieure, car non pourvu de capacité à produire du sperme.

Selon lui, le sperme renfermait la composition de l’être humain en entier !! (L’âme)

La femme ne servait qu’à nourrir le fœtus avec une nette préférence pour les garçons, utiles à la guerre ( la matière)

La forme prend le pas sur la matière l’homme est de ce faite supérieur à la femme.

« Un mâle est mâle en vertu d’une capacité particulière, une femelle est une femelle en vertu d’une incapacité particulière »

L’arrivée des religions monothéistes n’a fait qu’accroître le contrôle de la femme et rendre tabou sa sexualité et continuer de la réduire à l’état de procréatrice.

L’Église a instauré le « Péché de chair » et punit toutes femmes qui voudraient vivre sa sexualité.

 > Nous sommes devenues des pécheresses.

La domination sociale et familiale de l’homme est rentrée en vigueur !

Notre seule rédemption après avoir perpétuée la généalogie dans le pêché de chair, c’est de maintenir une longue période d’abstinence.
Réduites à réceptacle à sperme, nous devions en plus accoucher dans la douleur pour nous punir.

Autre choix plus avisé, rester vierge. Pas simple puisque la jeune fille était mariée de force.

Je ne vous parle pas du droit de cuissage.

Le 19e siècle ; l’ère du puritanisme

d’un côté les verticales et les hommes prêts à débourser des sommes considérables.

De l’autre, leurs épouses cloisonnées dans leur rôle de mère à la maison
Ne souhaitant sous aucun prétexte rencontrer ou être assimilées à leurs concurrentes de petites vertus.

Ces femmes, que personne n’aurait pu convaincre de changer de condition pour revendiquer le plaisir ou l’épanouissement, synonyme à cette époque de débauche.

Ce n’est donc pas étonnant que la femme ait tant de mal à prendre du plaisir sans se sentir coupable.

> C’est avec l’engagement de femmes comme Simone Veil, Simone de Beauvoir  et  Ménie Grégoire et bien d’autres encore moins célèbres, que les femmes des années 70  ont pu obtenir un semblant de reconnaissance et le droit de disposer de leur corps  et d’en jouir.

« Jusqu’ici les possibilités de la femme ont été étouffées et perdues pour l’humanité et il est grand temps dans son intérêt et dans celui de tous qu’on lui laisse enfin courir toutes ses chances. » 

Simone de Beauvoir.

Quel héritage portons-nous encore de nos aïeuls ?

Quel visage montrons-nous devant le plaisir ?

Ma question pour celles qui souhaiteront s’exprimer.

Arrivez-vous à jouir sans aucune culpabilité, pleinement, et à profiter de ce que votre corps à offrir dans toute sa bonté ?

N’hesitez pas à me laisser votre avis

je vous embrasse toutes

Annah

Le point G et l’éjaculation Féminine

Petit clin d’oeil pour trouver le chemin de la source!

Je continu cette introspection pour éveiller votre point G.

J’espère que vous goûterez à cet orgasme émouvant emplit d’amour et de générosité. Il saura vous apporter la sérénité.

Vous trouverez un interview de Déborah Sundahl la spécialiste du genre. Elle anime des congrets et stages. Elle a écrit plusieurs livres et propose des vidéos pour faire connaître au plus grand nombre ce plaisir.

C’est vers elle qui les femmes depuis 20 ans ont trouvé

écoute -compréhension, accompagnement sans jugement ni tabou.

Elle a une approche qui vous semblera peut être vulgaire.
Il se peut que vous soyez mal à l’aise avec ses propos et la méthode pour visualiser le point G.

Dans ce cas, je vous conseille de lire son livre plutôt que de visionner son film très éloquant cependant surjoué comme à chaque fois par les stars de X.
Je trouve que cela manque de finesse et d’élégance

Pour ma part, j’ai trouvé les croquis tout aussi parlant.

voici le lien du livre

Vous pouvez lui faire confaince elle maîtrise le sujet quitte à mettre les doigts:)

A bientôt

Annah

Exercices avant l’eveil de la PROSTATE

Une bonne préparation vaut tous les discours!

Après le petit questionnaire lancé sur la prostate, il s’est avéré que trop peu d’entre vous arrivaient à avoir un plaisir prostatique.

Pourquoi faire des exercices sur les muscles PC?

>la première raison : parce que vous voulez courir avant de marcher.
>La deuxième raison :vous, vous êtes fait une telle idée de ce que devrait être le plaisir prostatique.

Croire qu’après quelques sessions ce sera l’apothéose, un feu d’artifice, l’orgasme du siècle, que vos passez complètement à côté.
Sur les forums les personnes qui témoignent d’orgasmes ont des heures de session.
C’est comme de vouloir gravir le mont-blanc alors que vous êtes seulement « marcheur du dimanche ».

Il faut vous réveiller ! Ou bien persistez davantage 1 mois même 3 c’est encore trop peu.

Tant mieux pour ceux qui arrivent vite. Pour le plus grand nombre de débutants au plaisir anal, il faudra beaucoup plus de temps ! Soyez patient.

Il y a des codes un langage, des sensations qui ne vous sont pas encore révélées. Et vous voudriez avoir déjà le résultat !!

Je ne vous parle pas du problème éthique religieux moral, etc..

Ici rien que dans la préparation vous êtes à côté.

Ce n’est pas parce que vous avez trouvé votre châtaigne, choisit un masseur que le bouton « ON » plaisir s’éclaire.

Avant de passer au masseur pour éveiller vos muscles. Pour que votre cerveau enregistre l’intrusion comme plaisante.

Pour ceux qui voudraient tenter l’expérience
Il serait bon pendant un mois, plusieurs fois par semaine d’introduire un stimulateur pour tonifier vos muscles PC (pubbo coccycien)

C’est pourquoi j’ai repensé aux

B BALLS de chez FUNFACTORY

credit photo funfactory - BBALLS pour hommes et femmes
credit photo funfactory – BBALLS

Pourquoi faire des exercices pendant 1 mois?

Parce que c’est le délai au bout duquel un bon nombre d’entre vous ont abandonné. Dans un mois, on se retrouvera pour commencer l’initiation sur la prostate.
> Le détail de l’utilisation des BBALLS de chez FUNCTORY à suivre dans le test de la semaine

à très bientôt
Annah

videos : défi érotique! LIRE avec UN VIBROMASSEUR

Très intéressant ce défi du réalisateur Clayton Cubitt « hysterical Literature »

Vouloir garder le contrôle en toute situation ne sert à rien, mieux vaut s’abandonner au plaisir.

Il y a 6 sessions à vous de choisir à moins que vous préfériez toutes les visionner !!!

Dans ces vidéos, vous verrez des femmes mises au supplice de garder le fils de leur lecture alors qu’elles sont équipées d’un vibromasseur ! Je ne sais pas ce qui lui est passé par la tête d’imaginer un tel défi, mais les visionner a été un pur moment de plaisir. Le tournage est sobre et rien ne vient parasiter la beauté de ces femmes au moment de leur chute.
Ânonner, se dandiner sur la chaise, monter le ton, sourire, se racler la gorge, faire des pauses et même s’excuser  rien ne réussira  les détourner de leur chute imminente…. s’abandonner dans un orgasme libérateur. Comme elles sont belles !

Ma palme reviendra à Teresa qui a tant lutté pour suivre sa lecture et le sérieux dont elle a fait preuve même après l’orgasme

Je ne sais pas si vous prendrez goût à la lecture, mais j’espère que ces vidéos vous auront donné envie de capturer ce même rayonnement sur le visage de votre partenaire

Amusez-vous bien !

Annah