SUR LA GAMME Tome 7 de la société – ANGELA BEHELLE

« L’habit ne fait pas le moine »adage avec lequel on pourrait qualifier Angela Behelle. Bien que nous sachions qu’elle est une auteure de romans érotiques à succès, elle n’a de cesse que de nous surprendre. Chaque opus nous dévoile des plaisirs érotiques des plus exotiques. Elle n’est jamais là où nous pensons la découvrir.

Sur la gamme tome 7 de la saga SOCIETE

est une fois encore un petit bijou de romantisme. Comme dans la vraie vie ses personnages vivent des aventures pleines de rebondissements. Il y a du corps et de la chair, des engueulades et de la passion.

Chaque fois que je termine un livre de ses livres, je me dis : « c’est  celui-ci mon préféré » et à chaque nouveau tome, je replonge. A vrai dire, je suis une inconditionnelle, je les aime tous !

L’érotomanie ne fait pourtant pas partie de ma névrose ???

J’ai adoré le caractère pimenté de Samuel, son côté bipolaire, artiste, exigent, pédant, noble, sensible, talentueux, tyrannique, colérique mais quel amant rrrrrrrrrrrr.

J’aime également l’idée qu’une lionne sommeil en chaque femme. Lalie en est le parfait exemple. Petite prof de musique au collège qui s’ennuie, peu volubile, pas d’ami. Seule distraction, la grand-mère titi parisienne au caractère bien trempé avec qui elle partage une très grande complicité. Une vie de none en somme !

C’était sans compter sur le génie et la délicatesse d’écriture d’Angela. Je vous le répète, elle ne tranche jamais dans le sens du fils. Elle nous fait prendre des chemins détournés dans les souterrains de la société secrète. La petite fille sage et lisse  cache une maîtresse femme quoi de plus normal pour une maîtresse d’école, me direz-vous ??

Si comme moi vous êtes sensibles à l’histoire, vous allez passer par toutes les couleurs, pester, fondre, rougir, mouiller, vous languir.

Un petit picking pour donner le ton

….C’est là que je les vois. Samuel Florent allongé sur un transat au bord de la piscine. Il est torse nu et ne porte que son jean. Il a surtout entre les jambes une jeune femme……Je suis pétrifiée. Je regarde sans pouvoir me détacher cette fille qui engloutit,…….. Dans un moment de recul maladroit je heurte une chaise et trahit à coup sûr ma présence…

_ Je croyais que vous étiez partie. Que faites-vous là ?
_ Je vous choque
_Oh ! pardonnez moi ma naïveté et mon manque de tact, mais il aurait été plus simple de me prévenir.
_ A moins que vous désiriez profiter du spectacle
_ Je ne comptais pas vous remercier. Le spectacle, comme vous dites n’en valait pas la peine.

Un florilège d’émotions, c’est ce qui rend si bons ses romans.

On en oublierait presque qu’ils sont si sulfureux. Ben oui, il fallait bien arriver au moment critique où les amants se rencontrent et quels amants. Ils se sucent, se lèchent, s’embrassent, se griffent, se mordent s’emboîtent et ils aiment ça! 🙂

Quand c’est bien suggéré, l’érotisme, c’est de l’hédonisme qui n’est ni plus ni moins que la quête de chaque être humain rien de sale ou ni d’obscène

Merci à vous chère Angela pour ce moment offert dans le plaisir des sens. Je n’aurai qu ‘un reproche, TROP BON!  Gourmande comme je suis, j’ai dévoré vos livres, ma fin est proche plus que 3 tomes avant l’arrêt de la saga 🙁

Je souhaite à toutes mes lectrices de passer un aussi bon moment
Pour vous offrir ou faire offrir cette jolie mélodie, c’est par [su_button url= » » style= »bubbles » background= »#10c9e0″ size= »10″ radius= »20″ icon= »icon: heart-o » text_shadow= »1px 1px 1px #000000″ desc= »livre érotique auteure Angela Behelle » title= »achat »]sur la gamme[/su_button]

Laissez vos impressions dans les commentaires

A bientôt

Annah

Au bonheur de ces dames – livre de janvier

[su_button url= »http://www.amazon.fr/gp/product/2846283591/ref=as_li_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=6746&creativeASIN=2846283591&linkCode=as2&tag=annahcommenfa-21″ style= »bubbles » background= »#e0a610″ size= »10″ radius= »20″ icon= »icon: heart-o » text_shadow= »1px 1px 1px #000000″ title= »au bonheur de ces dames »]au bonheur de ces dames[/su_button]Au bonheur de ces dames

Voici un nouveau livre érotique pour bien commencer l’année.

Et quel livre ! Après la saga de la société et voisin voisine, Au bonheur de ces Dames est l’apogée, la maturité. Il est incontestable, Angela Behelle excelle dans son domaine.

Je n’ai pas lu la 4ème de couv avant de me plonger dans ce nouveau roman. Je voulais laisser le mystère planer. Je savais par expérience que je ne serais pas déçue. Étrange thématique à l’abord des premières pages que le dépucelage d’un jeune homme mal dégrossit aussi intelligent soit-il.

On aura pu croire que cela tournerait autour d’une banale histoire de gigolo??? C’était sans compter sur le raffinement et la plume experte et sensuelle d’Angela.

C’est une douceur sucrée qu’on se plaît à déguster…. lentement.

Ce livre est une merveille tant sur l’histoire, la place de la sexualité, la femme, l’amour et l’amitié. Oui aussi des scènes de sexe chargées d’intensité, occupent une bonne partie de notre de lecture, mais elles sont une belle leçon de la vie. Un appel à l’espoir et au dépassement de soi.

Ce livre est un sésame pour apprendre à vivre, pour soi sans tenir compte des carcans.

« Il ne faut pas se fier aux apparences ! » dixit l’auteure

Qui pourrait supposer de votre désir et la manière de l’assouvir. L’adage ne confirme t-il pas ses dires « ce ne sont pas ceux qui en parlent le plus qui le font le plus » Ce qui en parle de manière très crue, voire vulgaire, avec une place peu charitable de la femme remplacée par la putain cherchent surtout à cacher leurs peurs, passer à l’action et accepter leurs désirs profonds.

«  Le constat n’est pas de se retourner sur ce qu’on a fait, mais ce qui nous reste encore à découvrir »

On apprend la lenteur. On découvre ce qui peut éveiller le désir en soi, ce qu’il provoque chez l’autre et ce qui se répercute en nous. Comment chacun est amené à composé avec. La sexualité a une place déterminante dans notre avancé !

Ce livre est très émouvant !

Notre intérêt s’éveille page après page. Notre curiosité est piquée au vif à mesure que ce jeune impétueux s’éveille aux délices de l’amour

Fidèle à elle-même, l’auteure nous démontre l’importance de la femme dans le développement du désir. Nul gage que son âge soit un problème.

Son expérience et sa maturité sont des atouts de charme pour cette maîtresse à la poigne de fer. Elle est époustouflante digne d’une Scarlett des années 30 les bas de soie, le port de jarretelle, ses courbes assumées et une sexualité plurielle hédoniste et sans tabou.mmmm

Passé 40 ans nous avons que faire des conventions, il est venu le temps de réaliser ses pulsions !

Elle me semblait plus belle encore après cette courte séparation. Elle portait une robe noire dont la couleur contrastait magnifiquement avec sa peau laiteuse. Sa poitrine en paraissait d’autant plus voluptueuse.]

Je suppose que pour beaucoup d’adolescents Claudia est la représentation idéale de la femme pour leurs rêveries érotiques. Pourtant parmi eux, combien seraient-ils capables de relever le défi d’un parcours initiatique?

Prendre la place de Jérémy, n’est pas le gage de la facilité. Loin des clichés et la pauvreté de la sexualité des adolescents qui considèrent l’autre à leur service. Un étau serré dans lequel ils se vident maladroitement les couilles. Le cador qui rendrait service aux chiennes que nous sommes toutes en secret ?????

Je pense qu’ils seraient peu nombreux. Comment s’abandonner aveuglément, et ce même dans les mains expertes d’un ange, pousser se limites à son paroxysme, sans avoir peur ?

C’est à vous de trouver la réponse, au sein de ce livre incroyable

Il est une leçon en plusieurs chapitres sur : l’art et la manière de faire jouir une femme tout en augmentant sa capacité à prendre et profiter du moment

J’ai eu du mal à me déterminer si ce livre s’adressait en particulier aux femmes ou aux hommes.

N’est-il du fantasme de certaine d’imaginer un jeune plein de fougue et d’énergie s’évertuer à vous combler.Vous boire, vous téter, vous propulser sans vergogne vers de multiples orgasmes?

N’est-il pas du goût des hommes de piquer quelques astuces sur les plaisirs encore inavoués et inexplorés des femmes, pour devenir le conquérant de leur belle?

Alors, puisse ces quelques lignes, aider les nombreux hommes en devenir et permettre aux femmes d’éclore sans complexe.

EXTRAIT

Sa voix de velours s’infiltra comme un poison dans mes veines. Sa bouche revient se poser sur la mienne comme pour mieux me convaincre de l’impérieuse nécessité de lui obéir. Envoûté par le désir qu’elle ranimait sans cesse en moi, je ne pouvais que me soumettre. Et j’aimais ça à un point qui me faisait presque peur. Moi, le puceau de province, je ne me reconnaissais plus. Je m’apprêtais à enfourcher une femme sur ordre et j’en éprouvais, sur l’instant, une envie bestiale. Claudia me ramenait à la source, à la définition primaire de l’acte sexuel, au coït animal….]

[…Son parfum m’enveloppait comme un nuage invisible, protecteur et rassurant. J’étais de nouveau enfant après avoir été un homme.]

Vous pourrez retrouver plus d’informations sur la bibliographie de l’auteure via son site officiel

Et pour vous offrir cette histoire [su_button url= »http://www.amazon.fr/gp/product/2846283591/ref=as_li_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=6746&creativeASIN=2846283591&linkCode=as2&tag=annahcommenfa-21″ style= »bubbles » background= »#e0a610″ size= »10″ radius= »20″ icon= »icon: heart-o » text_shadow= »1px 1px 1px #000000″ title= »au bonheur de ces dames »]au bonheur de ces dames[/su_button]

Je vous souhaite de passer un moment aussi agréable que fut le mien

La fille du boudoir d’Angela Behelle – roman érotique

La fille du Boudoir d’Angela Behelle

le boudoir

Encore cet auteur, me direz-vous. Tu n’en as pas marre !

Non, effectivement je ne me lasse pas de son écriture.

Elle apporte une autre image de la femme dans ses romans érotiques.

Elle ne tombe pas dans le niant-niant ou le roman à l’eau de rose.

Ses histoires ne sont ni chastes ou prudes ni vicieuses ou perverses.

Elle appelle un chat un chat et si son héroïne doit se faire sodomiser, elle ne va pas par 4 chemins pour trouver la lune. Elle n’omet pas la violence ni l’ambiguïté des sentiments .

Elle met à l’honneur tout l’éventail de pratiques sexuelles à la portée de tout à chacun pour leur plus grand plaisir.

L’amant est rarement éconduit et se serre sans vergogne du corps de la femme.

Prise de positions différentes de ses confrères :  la femme le choisit et/ou l’assume.

Elle en joue.
C’est elle la sirène et l’homme qui se prend dans les filets. Féministe, je ne crois pas !

Il y a une vraie interaction entre ses personnages. Il est bien question de relations amoureuses.

Elle replace la femme dans sa séduction et le pouvoir qu’elle peut exercer sur les hommes.

La femme est mise à l’honneur.

Elle est toujours grandie, embellie, fantasmée, adulée, aimée.

isabelle

L’homme quant à lui est montré sans détour, avec ses penchants, ses fantasmes, ses faiblesses mais n’en reste pas moins à une place de choix.

Amoureux et respectueux de sa belle, il est prêt à toutes les folies.

Mais ce que j’aime par-dessus tout, c’est son rôle d’instigateur.

C’est lui qui a chaque fois décèle la vraie personnalité de la femme, son tempérament de feu, sa gourmandise, sa féminité.

Le magicien qui fait sortir le papillon de sa chrysalide

Il prend part à la transformation.

  • Employé à bon escient cela donne naissance à de jolies histoires., celle-ci est la sixième.

Des romans pour les femmes au travers des yeux d’une femme épanouie.

Elle ne rentre pas dans le cliché à la mode du dominant et la soumise.

On n’est pas dans une course effrénée où la femme se fait enfiler par tous les trous ou subits l’assaut de dizaines d’hommes !!!!  ou subit les caprices d’un dominateur.

C’est vrai qu’elle nourrit abondamment notre côté voyeur ! mais elle n’oublie pas notre côté romantique la quête du prince charmant. Torride Rrrrrrrrrrrr !

Elle parle de toutes les façons que l’on a de jouer de sa séduction, de la façon dont on tombe amoureux et les souffrances que cela implique de ne pas se retenir.

Aussi crues que peuvent être les scènes sexuelles, on reste dans le raffinement et l’élégance. Elle ne tombe jamais dans le graveleux.

Je partage sa vision sans tabou et c’est pourquoi je plonge inexorablement dans ses romans et me laisse piéger par ses héroïnes.

Ce roman « La fille du Boudoir » est une pure merveille et ne fait pas exception à la règle.

 

Je n’ai toujours pas su me départager. Je les aime tous !

Toujours aussi fourni et peu avare de détails croustillants dans ses scènes érotiques, sexy à souhait.

trio t6 fille du boudoir

Je n’en démords pas. J’aime ces héroïnes et leur caractère de chien.
Ces femmes aux multiples facettes  qui se laissent prendre au jeu de la séduction.

J’aime ses personnages qui se révèlent et assument leur sexualité.

Nos envies changent en fonction de l’âge seul les besoins du corps nous guident dans nos choix.  Pour moi reste, il est indissociable de l’amour.

La passion n’a que faire de la raison.

© Carmelo Blazquez

Il me semble que les besoins du corps, le manque que créer l’autre ne peut  s’altérer avec le temps ni le remplacé. Ce roman en est une belle démonstration.

On aurait pu s’attendre à une baisse, une lassitude dans l’écriture voire un essoufflement dans les passions amoureuses.

Si les plaisirs de la chair restent au cœur de ce nouveau roman érotique, c’est sans compter sur l’ingénue auteure qui se cache derrière.

Angela Behelle nous mène tantôt vers la passion, la violence, le déchirement, la tendresse voire le romantisme !! pas trop cul-cul, enfin 🙂

Vous l’aurez compris, le feu ardent ne s’est pas éteint, bien au contraire !

Pour continuer la balade au sein de cette organisation secrète, Angela a trouvé de nouvelles connexions entre les membres de la société.

L’entrée d’Isabelle Marle, membre respecté au sein de la société est très sollicitée par Alexis Duivel  pour une raison encore inconnue.

Fille d’un des membres fondateurs, elle a repris à la mort de ses parents l’hôtel familial et inclut les  petites manies aussi extravagantes qu’intensément sexuelles de ses habitués.

Et cette petite phrase qui complique la vie d’Isabelle et qui se déroule tout du long  « Votre plaisir est notre devoir »!

Qu’implique-t-elle ?

Qui devait succomber aux plaisirs ?

Tous les ingrédients étaient réunis

  • Transgresser un interdit :
    tomber amoureuse d’un client !
    Coucher avec les membres d’une même famille.
  • la discrétion:
    membre active de la société et l’adepte de ses principes
  • l’anonymat préservé jusqu’à s’en mordre les doigts.
    La dissimulation d’identité, fonction ou âge, reste une constante dans l’écriture d’Angela. Les secrets entretiennent le mystère
  • L’amour
    Ludovic et Isabelle ou colombine et Loick
    Ludovic et Gwen
    ou Loïck et Emilie peut être Ludovic et Valentine
    on s’emmêle un peu !

J’aime la fidélité  sans faille que déploie chacune de ces héroïnes pour la société et ses représentants.

Isabelle ne fait pas exception à la règle et fait abnégation de sa personne, s’il le faut !

A méditer,
Est-ce que le jeu en vaut la chandelle ?

Je vous laisse deviner le sort réservé à Isabelle

Cette histoire ne manque pas de rebondissement.

Je suis sûre qu’elle saura vous séduire tout autant que moi !

Résumé
pour vous mettre un peu l’eau à la bouche devant de beaux spécimens !

Le Boudoir est hôtel d’un genre particulier. C’est dans cet endroit insolite que certains initiés viennent se vouer à la luxure la plus raffinée et jouir des services que peut leur offrir ce joyau niché en plein cœur de Paris.

Ce fleuron de la Société est aujourd’hui dirigé par la fille de l’un de ses fondateurs. Fidèle à la mémoire de son père et toute dévouée à cet établissement qu’elle considère comme sa maison, Isabelle Marle connaît toutes les ficelles de son métier ainsi que tous les rouages de l’organisation secrète. Ce n’est pas un vain mot que d’affirmer qu’elle s’y consacre corps et âme.

C’est précisément ce qui pousse Alexis Duivel à faire appel à elle quand se présente une occasion exceptionnelle pour la Société d’étendre ses ramifications jusqu’en Bretagne, quitte à bousculer sérieusement le quotidien de la jeune femme.

Ce 6e opus vous mène vers de nouveaux horizons, où la passion est soumise aux tempêtes et aux déchaînements des sentiments contrariés.

Prévoyez un pull pour la traversée, il fait un peu frais au large

Je ne suis pas critique littéraire alors les commentaires sur la construction du texte, les fautes ou le comment du pourquoi l’auteur a imaginé cette histoire, sont des extrapolations dans lesquelles je ne m’aventure pas. Je laisse ce soin à d’autres

Moi, je vois donne juste mon sentiment de lectrice

Verdict : sans surprise > J’ai adoré!

la fille du boudoir

Tous les stratagèmes qu’elle use pour captiver son lectorat fonctionnent, sur moi.

Et ce n’est pas fini !

À la fin du livre, en bonus, vous aurez un lien que je ne vous donne pas.
Je vous sais trop curieuse pour résister. 🙂

  • je ne vous en dis pas davantage

Si vous voulez vous faire plaisir, c’est une piste à suivre

Je vous laisse découvrir La fille du boudoir aux éditions de la Bourdonnaye

pour vous offrir ce nouveau roman[su_button url= »http://www.amazon.fr/gp/product/B00GG8K94W/ref=as_li_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=6746&creativeASIN=B00GG8K94W&linkCode=as2&tag=annahcommenfa-21″ style= »bubbles » background= »#e0a610″ size= »10″ radius= »20″ icon= »icon: heart-o » text_shadow= »1px 1px 1px #000000″ title= »la fille du boudoir »]la fille du boudoir[/su_button]

Toutes les photos sont issues du pinterest d’angela 

et son site officiel

Bon week-end à toutes et à tous.

Annah

ANGELA BEHELLE, auteure romans érotiques

Faites chanter le coq, je viens de découvrir tout à fait par hasard si tant est qu’on y croie, un nouvel auteur français, en faite, UNE,

Angela Behelle. 

Angela Behelle prêt photo collection privée angela behelle
Angela Behelle prêt photo collection privée angela behelle

Vous allez me dire, mais nous la connaissons bien ! Elle a écrit bon nombre de romans.

Excusez mon manque de culture, mesdames.

Je vous l’avoue, je suis tombée dans l’érotisme que très tardivement et si je n’avais pas ouvert le blog, je ne pense pas que j’aurai poussé autant mes recherches sur le sujet.
Ce qui je l’avoue, aurait certainement été une erreur, de ma part.

Depuis que j’ai quitté les auteurs américains érigés comme les spécialistes du genre à grand renfort de campagnes marketing, je me délecte un peu plus à chaque nouvelle découverte européenne.

Nous sommes de nature plus sensuelle et subtile, qualifiées de romantiques invétérées avec qui tout homme qui se respecte voudrait avoir une aventure et pour cause quand on a des auteurs comme Angela Behelle pour entretenir nos fantasmes.

> Nous ne pouvons qu’être fantasques et coquines dans notre sexualité. Merci à vous !

Décrite comme la « 50 nuances Française ». Étonnant ! Étrange de la part d’un journaliste de  qualifier une personne par le nom d’un roman surtout quand ce n’est pas le sien.
Je rebondis dessus, car en faite, même si la comparaison n’est pas très gracieuse et ne rendre pas hommage à son style et à ses intrigues.

Je me range cependant derrière lui, car en faite, ça reprend assez bien les émotions qu’elle va susciter en vous. Pour la couleur, je pencherai vers une gamme de rouge qui sciait plus au ton de l’extase plutôt que le gris J

donc pour en revenir à ANGELA BEHELLE, je ne connaissais aucun de ces livres,

Très nombreux puisqu’elle ne dénombre pas moins de 13 ouvrages érotiques. Je ne lui ai pas demandé son âge, mais il ne me semble pas qu’elle soit si vieille !! Elle s’investit et le contenu s’en ressent.

Loin des stéréotypes, chaque tome, nous, révèle une histoire d’amour sensuel et torride et pas besoin de mettre en scène un milliardaire et une cruche.

Chaque femme décrite est une femme spéciale, forte, intelligente. Tout notre portrait !!:)

Bon et comme ses héroïnes, il nous est toutes arrivées de nous perdre.

Passer la journée en « pyjmout ». Sortir avec une tête affreuse. Négliger notre chevelure. Avoir la touffe qui ressemble plus au tablier de forgeron qu’au triangle riquiqui pour lequel on se torture habituellement.

Angela Behelle a réussi l’exploit avec ces histoires de nous faire sourire, rager nous prendre littéralement au jeu et en redemander.

Je pense qu’elle sera vous rendre plus exigeante envers votre désir.

Pour cela, il faudra plonger dans l’une de ses histoires !

Je ne vous parle pas de petites nouvelles érotiques jetées sur le coin d’une page, mais bien d’un vrai pavé jeté dans la marre de mon plaisir.
Il faut compter environ 300 pages pour arriver à bout de l’un des tomes.

Si comme moi vous une lectrice compulsive, vous n’avez pas fini de passer des nuits blanches.

Dès le premier Tome de la société « Qui de nous deux ? »

couverture romans érotiques Angela Behelle prêt photo photothèque privée Angela Behelle
couverture romans érotiques Angela Behelle prêt photo photothèque privée Angela Behelle

Angela a su me ferrer et je n’ai pu relever le nez et décrocher qu’à la fin, après plusieurs heures de lecture très tardives.

J’en suis déjà au 6 et je n’ai toujours pas récupéré en sommeil.Aïe.

A vous de vous prendre au jeu de cette intrigue en 10 tomes.

Oui tant que ça !

Pas de panique nous ne sommes ni dans 50 nuances ou crossfire.  Aucun risque de perdre des bouts de l’histoire à rallonge… Ici chaque tome est presque autonome. Vous pouvez les lire dans n’importe quel sens ou presque.  Vous arrêter à la fin sans sentir de frustration sauf celle de lire plus d’ouvrages bien écrit.

Puisque aujourd’hui je suppose être plus en avance  Et toc !

> Je vous conseille quand même de les prendre dans l’ordre, car si les histoires d’amour ne se ressemblent pas, elle a su introduire une seconde intrigue qui ne peut se révéler qu’au travers de la collection complète.

Son fil conducteur en trame de fond « la société », non seulement on peut continuer à suivre l’évolution de certains personnages au travers des tomes, mais elle a su imposer une vraie intrigue autour de son fonctionnement.

Le pouvoir de cette Société secrète, son intrication dans le plaisir et le pouvoir qu’elle exerce auprès de ses membres est fort intéressante. Si

> elle s’était orientée vers le polar nul doute qu’elle aurait su captiver son lectorat jusqu’à la dernière page.

Tout est orchestré d’une main de maître, si je puis dire.

Avec son scénario, elle nous ouvre les portes d’un monde parallèle où monsieur tout le monde peut être amené à se retrouver en fâcheuse position, s’il venait à se savoir, aucune de ses petites manies et perversités ne sera épargnée.

Elle montre bien qu’il n’y pas une sexualité, mais des sexualités, guidées par les fantasmes l’éducation, la fonction  qu’on exerce, le pouvoir,  les rencontres fortuites, un amant plus doué, un besoin inassouvi, notre évolution personnelle.

Ces livres allument le feu aux poudres. Il peut être amené à révéler la vraie femme en vous.

Il vous donnera quelques clés pour répondre à vos questions en matière de normalité. Il vous confondra dans le plaisir que quelque soit le moyen d’y parvenir.

Il doit être fait dans le consentement, tout gardant son libre arbitre sinon attention aux conséquences…

Gardez toujours en tête, le plaisir, la sensualité et la beauté

J’ai aimé chacun de ces tomes sans exception.

Ils sont tous bien différents est répondent à des désirs aussi variés que la domination la soumission, le voyeurisme, l’exhibitionnisme, le fétichisme, l’onanisme, le libertinage l’homosexualité le masochisme.

L’auteure fait un catalogue exhaustif des pratiques sexuelles  où chacun pourra alimenter son vice.  Soit les vivre par procuration, les laisser à l’état de fantasmes soit vous pourrez passer à l’acte en prenant l’une de ses idées.

Pour vous donner l’eau à la bouche voici le résumer du 1er Tome

LA SOCIÉTÉ « Qui de nous deux ? »

Un élève aussi farouche que séduisant, une société secrète, un lent apprentissage mené de main de maître qui éveille son corps et comble ses désirs les plus inavouables, Mickaëlla Valmur est loin d’imaginer ce que lui réserve cette étrange rentrée scolaire …..    aux éditions de la Bourdonnaye 

 

qui de nous deux prêt photo photothèque privée angela behelle
« Qui de nous deux » prêt photo photothèque privée angela behelle

 

Vous allez me dire encore une nouvelle potiche qui tombe au premier claquement de doigts. Non l’histoire est beaucoup plus subtile.

Ce qui nous manque souvent dans notre sexualité ce n’est pas de faire des prouesses en gymnastique tout connaître sur le kama sutra, mais bien de faire monter la pression.

Nous sommes toutes de novices concernant le plaisir, le nôtre et celui de notre partenaire. Nous connaissons mal notre potentiel érotique.

C’est pourquoi pour faire durer une relation, attiser le feu et exciter ses sens, toutes les leçons sont bonnes à prendre.

La tension sexuelle la mise en place de scènes érotiques, le jeu de cache-cache, la lenteur auxquels s’adonnent avec délectation les héros de son roman sont très importants pour votre couple.

On oublie trop souvent de se séduire

Avec ce roman, elle nous rappelle à l’ordre pour continuer à progresser et monter d’un cran sur l’échelle du plaisir :

Ne pas s’arrêter aux qu’en-dira-t-on et avoir peur !

Elle remet en place le pouvoir attribué à chacun et ainsi on comprend davantage le rôle d’une soumise, pas si démunie ! Elle nous explique bien le comment et le pourquoi, la dépendance sexuelle, le besoin du corps, sa soif jamais tarit.

Et puis, il y a un plus, je persiste sur le sujet du plaisir de la fontaine, l’orgasme du point G.
C’est la seule auteure à ma connaissance avoir eu l’intelligence de traiter le sujet avec subtilité. Elle démontre comme il est possible de le partager sans honte.

Hormis une scène un peu dure comme toujours au détour des scènes érotiques à caractère BDSM, ce livre, nous fait passer un agréable moment et donne beaucoup d’idées.

A la demande de l’auteure, je ne peux vous en offrir davantage et vous glisser quelques passages croustillants. Une mésaventure a conduit un ado à relier ses mots sur un site non réservé aux adultes avertis et conscients de leurs lectures. En échange ellevous offre  un lexique des membres, leur fonction, sans dévoiler leur implication dans la Société.

Ils sont par ordre d’apparition.

Mickaëlla VALMUR, 27 ans, professeur de philosophie au lycée St Haymard*. Veuve de Henri VALMUR, écrivain philosophe.

* Le nom du lycée n’est pas mentionné dans « Qui de nous deux ? ». Il l’était cependant dans un autre tome qui n’a pas été inclus dans la série. J’ai cru de bon ton de vous le révéler tout de même

Henri VALMUR, 64 ans, philosophe, écrivain. Décédé deux mois avant le début du récit.

Samuel FORGEAT, 35 ans, professeur de mathématiques au lycée St Haymard. Père en série.

Michel MOREL, 56 ans, proviseur du lycée St Haymard. Intéressé, dans tous les sens du terme.

Jacques DUIVEL, 51 ans, l’un des directeurs d’une importante société de cosmétiques de luxe. Mystérieux, dans tous les sens du terme également.

Éléonore Duivel, 48 ans, nez internationalement reconnu. Raffinée, élégante, discrète… ne pas se fier à cette description.

Aléxis DUIVEL, officiellement 17 ans… officieusement un peu plus. Officiellement lycéen,… officieusement plus doué que sa mère. Les renseignements particuliers sur ces personnages seraient si nombreux que je préfère vous laisser découvrir par vous-même.

Julia SIMON, 18 ans, lycéenne. Instrument pédagogique.

( Dans le tome 1, vous croiserez Charlotte, la femme ménage de Mickaëlla, George, l’indispensable majordome de la famille Duivel et enfin un certain Lucas, sans doute encore un peu traumatisé à l’heure qu’il est)

Si vous désirez connaître en connaître davantage vous n’avez plus qu’une solution… l’acheter ou vous le faire offrir.

Pour les adeptes du numérique, il existe en version téléchargeable pdf ou ebook epub et kindle

Site de l’auteure http://angelabehelle.wordpress.com/

Je vous souhaite un agréable moment en sa compagnie

A bientôt

Annah