Ouvrir son cœur – Apprendre à s’aimer !

« Quand on se conforme aux choses extérieures
le cœur peut voyager »
Tchouang Tseu

S’il y a une chose que j’ai appris avec le temps, c’est la difficulté (homme comme femme) à s’aimer.

On fuit les moindres instants avec soi. On devient hyper actif ou mère dévotion. Désolée de parler au féminin, c’est en connaissance de cause mais ça fonctionne aussi au masculin

On se met en couple parce qu’on projette sur l’autre ce qui nous est impossible de nous donner.

Et le pire des sentiments que nous redoutons, la solitude.

Une grande majorité des couples sont voués à l’échec justement à cause de cette peur.

On ne veut pas rester seul (e). On hurle le besoin d’être aimée mais on est le plus souvent enfermée dans sa propre souffrance incapable de s’ouvrir à l’autre.

On pense à tord en sorti du cocoon que c’est à l’homme de nous fournir une forme de protection, la sécurité si absente à l’intérieur de notre corps.

Les hommes tout courageux qu’ils sont, tentent vainement d’y répondre par une présence matérialiste. Ils nous comblent de petites et grandes attentions ; assoient la sécurité du foyer.

Malheureusement l’un comme l’autre, vous, vous projetez dans des rôles qui vous dépossèdent de votre essence. La société à évoluer pourtant chacun se bornent à stagner dans une posture qui on le sait rend malheureux.

Pas besoin de se culpabiliser, c’est un mécanisme de défense normal. L’inconnu et le changement d’ habitude est encore pire sur l’échelle des peurs

coeur

Comment réussir à ouvrir son coeur?

  1. Reconnaître notre propre imperméabilité aux gestes affectifs

On dissocie le cœur et le corps pourtant si utile dans la construction de la sexualité des femmes.
Vous ne pourrez pas sortir de l’image de la femme objet si vous n’avez que votre corps physique à donner à l’autre. On veut toute le grand amour et l’amant mémorable. Pourquoi croyez-vous que 50 nuances de gris ait fait autant de vente ? Il surf sur notre frustration !

Un test simple pour se confronter à sa résistance. La dureté comme réaction à la douleur physique comme émotionnelle. Voyez vos réactions quand on vous fait mal où que vos enfants se blessent. « Ça va passer, ce n’est rien, on enfouit, on refuse d’en reparler, on minimise. »

  1. avoir une relation avec son corps plus apaisé

Quand on se connait, il est plus facile d’identifier ses envies et ses besoins sans être en attente de l’autre ou de l’approbation d’un tiers. C’est en prenant soin de son corps de son intime tout en restant à l’écoute des mouvements qu’il est possible d’avancer avec plus de respect et de compréhension. Le plaisir est accepté comme étant un tout qui vous compose. Vous pouvez lâcher la culpabilité, la honte et le jugement négatif. Il est également plus facile de vivre à votre rythme

  1. La confiance en soi avec des objectifs clairs

Avec plus d’assurance et  moins de peur s’ouvrir à l’autre devient naturel. La communication est plus authentique. Vous êtes plus joyeux et la relation s’en ressent. Vous serez en mesure d’apporter de nouvelles réponses à vos problématiques sans craindre de finir seule. Le travail du 1er chakra racine le palais céleste et la zone intime, aident.

  1. Prendre son temps pour murir

A vouloir tout, tout de suite, il est des compromis pas toujours heureux. La patience s’épuise ainsi que l’espoir d’être heureux. Accepter qu’il y ait plusieurs étapes en lien avec les différents âges de la femme. Prendre son temps de les vivre tout en gardant à l’esprit qu’un nouveau cycle viendra.

  • L’envie de s’émanciper
  • L’envie d’enfants
  • L’envie de vivre pour soi
  • L’envie de partager

Vous aurez envie de consommer l’autre, de vous consumer puis de revenir à la source, intérioriser pour vous élever. Chacune de ces étapes est utile ! A vous de repérer à quelque niveau vous êtes et si vous en avez envie, identifier la suivante. Il est un cheminement sans jugement.

Avec le temps les cuirasses tombent, le cœur se remplit, vous vous ouvrez à vous puis au monde qui vous entourent. C’est dans la conscience de vouloir faire bouger les choses dans votre vie que le mouvement se mettra en marche.

« Jusqu’où votre cœur sera-t-il capable de voyager ? »

Si vous ressentez le besoin de faire le point, de discuter on se retrouve sur le site de coaching intime.

Echanges par mail et skype où que vous soyez en France

Bise

Annah

Comment faire l’amour ?

La question piège > Comment faire l’amour ?

Ma base ligne et pour cause cette question ne cesse de me tarauder.

Nous vivons une époque où faire l’amour est tellement codifié qu’il est presqu’impossible d’arriver vierge d’images, de postures, pour se laisser guider par l’instant présent.

« Il faut, on doit, c’est comme ça, tout le monde le fait ».

Vous comprendrez mieux pourquoi je m’insurge contre les livres érotiques où la jeune femme, belle de préférence mais toujours un peu mal dégrossit, tombe en pâmoison devant le bellâtre, riche surtout, dès qu’il la regarde et jouit à peine la main posé dans sa petite culotte.

Summum de l’extase quand il la pénètre, ils jouissent en simultané ????????

Non mais franchement, les auteurs n’ont-ils pas de vie sexuelle pour nous dépeindre une relation aussi stigmatisée

Je vous passe le corps à corps musclé où l’ingénue jouit debout plaquée contre le mur, les jambes verrouillées autour de sa taille.

A moins d’avoir 15 ans et pesé 30 kg toute mouillée peu de femmes parmi mes lectrices connaissent le plaisir de la sorte.

Comment trouver des repères pour vivre sa sexualité ?

Vous l’aurez compris hormis les détails cités plus haut, vivre sa sexualité et s’épanouir reste compliqué !

Nous profitons de la libération sexuelle, faire des expériences de toutes sortes restent autorisées et pourtant qui aujourd’hui peut clamer vivre la sexualité de ses rêves ???

Revers de la médaille, l’amour et le plaisir ne vont pas toujours de paire. Je suis choquée 

Nous pouvons éprouver beaucoup de sentiments pour un partenaire sans pour autant réussir à traduire ce sentiment en intensité sexuelle.

L’idéal serait de réunir les deux ! oui, non ??

Le but de ce blog est de vous permettre de vous interroger. Sortir de la dite « normalité » Trouver le rythme qui vous convient. Vous appuyer sur mes recherches. Avoir quelqu’un avec qui échanger sur vos doutes. Osez, parce que vous aurez les mots pour dire ce que vous aimeriez faire et /ou recevoir de votre partenaire. Exit la peur la culpabilité et la honte de jouir de votre corps comme bon vous semble.

La sexualité, s’il est un impératif, se doit d’être joyeux !

Marre d’osciller entre perversion ou pathologie.

Pourquoi ne pourrions-nous pas vivre simplement la sexualité qui nous fait envie ?

Nous passons notre temps à nous buter contre des étiquettes.

Ce ne sont plus nos envies ni les messages du corps qui nous guident mais la bienséance et la morale.

On peut pester autant que nous le voulons, nous insurger. Nous sommes malgré tout formatés !

Oui, il faudra faire avec ses croyances son éducation et ses peurs et ses inhibitions

Le corps et l’esprit ne sont pas toujours d’accord. Et s’est une bonne chose, cela oblige à se repositionner sans cesse.
Nager à contre courant ne sert à rien à moins de vouloir vous épuiser et rester frustré

En sexualité, nous souhaitons mais ce n’est pas pour autant que nous le pouvons.

Je ne dois pas je ne peux pas mon corps s’y refuse (enfin non plutôt mon cerveau et vis et versa) oui mais je ne lubrifie pas, je ne bande pas, j’ai envie, le scénario m’obsède mais je ne passe pas à l’acte. Finalement je plonge mais je suis déçue car ce n’est pas avec la bonne personne. Je vis d’une certaine manière au grand jour puis d’une autre en back stage. C’est une torture, n’est-ce pas ? 

Mon début de réponse

Il est important de vivre ce que nous sommes et non l’image que l’on voudrait être.

Il y a de bon jour de bonnes périodes et puis il y a le creux de la vague, c’est ainsi mais pas non plus dramatique.

La vie que vous avez à quelque chose de bon à vous apprendre surtout dans la difficulté

Laissez-vous du temps pour grandir et mûrir.
Ne vous jugez pas trop durement.

Essayez de libérer votre parole

Sortez de l’isolement, ne restez plus à souffrir dans votre coin emmuré dans votre silence, beaucoup de femmes vivent également les mêmes problématiques. On se retrouve sur le site de coaching intime

Et vous quelle solution avez-vous adopté pour être bien?

Laisse ton avis dans les commentaires

A bientôt

annah

Couple, amour à temps partiel

Couple – amour – désir et séparation

Connaissez-vous l’amour à temps partiel ?

Il existe toute les formes de couple les fusionnels, les amoureux transits, les indépendants, les libertins, les poli amoureux…Disons que je rentre dans la 1ère catégorie « le couple fusionnel » . Aujourd’hui, il me faut revoir mes objectifs et vivre cette union à temps partiel ?

Et toi, dans quelle catégorie de couple es-tu ?

  1. Ceux qui vivent chacun chez soi, chacun pour soi, par choix ! Se voir uniquement quand ils le désirent, exit la monotonie du quotidien.
  2. Et ceux qui par obligation pour des raisons professionnelles, change radicalement la dichotomie du couple. Négocier avec la qualité et non la quantité, idée absurde mais bien réelle. Se voir et se goûter qu’un tout petit peu.
  3. Ceux qui vivent à côté l’un de l’autre mais s’ennuient

Pour ma part l’éloignement de corps est une horreur ! La raison l’emporte sur la passion. Je préfère de loin, l’un à côté de l’autre, l’un sur l’autre ou sous l’autre 🙂

Peut-on trouver un intérêt positif à cette situation de couple?

Il est dit que l’éloignement, l’absence accroît le désir ! Il est bon de ne pas être trop l’un sur l’autre, de ne pas trop se connaître, pour avoir plaisir à continuer à se découvrir.

Eh bien après un mois de diète, je peux vous affirmer que ce sont des foutaises.

Je ne connais rien de mieux que de se frôler, se séduire, se regarder au quotidien. Se réveiller s’emboiter, sentir la chaleur de l’autre, prendre ensemble ses repas, partager des discussions, se titiller, s’agacer, s’enlacer, et à nouveau se lover, s’aimer pour enfin s’endormir repus, abreuvé de plaisir

Je sais d’avance que mon avis tranché ne sera pas au goût de toutes. Certains couples ne tiennent que par l’éloignement sinon trop de disputes. Dans leur cas ce serait de vivre au quotidien qui serait une torture.

Pour mon amoureux et moi l‘éloignement est un vrai supplice !

coupleComment vivre avec ces manques physiques et émotionnels ?

On vit par bribes L’autre raconte ce qu’il a fait, ce qu’il a découvert…. sans toi. (j’ai vu ça, j’ai discuté avec, j’ai découvert ceci mais moi j’ai rien vu, rien ressenti hormis de la frustration.)

Si des femmes parmi vous, ont trouvé une contre partie intéressante merci de me le faire savoir dans les commentaires ci-dessous

Certains me diront qu’il est très intéressant de vivre pleinement ce manque. Il augmente le désir de l’autre et cela va accroître le plaisir au moment des retrouvailles.

Oui et non !

D’abord et ce, bien malgré moi, le quotidien avec son organisation, ses corvées ont tendance à passer en premier. POURQUOI???

Deuxième point, on court partout la semaine, le week-end on est vannée 🙁 trop contente de se nicher dans se bras chauds et réconfortants.

Et troisième point très étrange du fonctionnement du corps.
A vivre seule, il est plus difficile de redonner les rennes à un tiers.
Le corps est en berne et les retrouvailles ne sont pas aussi étincelantes qu’on le souhaiterait.
l’envie est là, le désir de l’autre mais le corps est comme endormi.

ETRANGE! C’est comme si le corps pour punir l’autre se refusait à son savoir faire. Il semble plus long à monter voire à ne pas exploser du tout Rrrrrrrrrrrrrr

La mécanique du corps nous échappe ainsi que toutes les belles théories.

> Est-ce pareil pour vous ?

Questions

  1. Doit-on marquer davantage son territoire quand on rentre ?
  2. Doit-on être entretenir un lien plus sexuel pendant la semaine, tchat sensuel image érotique vocabulaire plus cru ?
  3. Doit-on fantasmer sur la manière sensuelle d’accueillir ce retour ?
  4. Doit-on s’accorder un temps sensuel plutôt que sexuel pour au préalable retrouver ses marques ?

A votre tour de me donner des conseils bien que j’ai déjà ma petite idée 🙂
Il est possible pour une fois que je m’adresse à un public restreint. Désolée !

Pour celles qui souhaiteraient être accompagner dans leur changement de vie, on se retrouve sur le site de coaching intime

Je vous embrasse

Annah

10 ETAPES POUR AVANCER DANS TON COUPLE

Bonjour à toi cher lecteur ou lectrice

Ce matin, j’ai eu envie d’écrire sur le faux problème du partenaire qui ne comprend rien!

As-tu déjà fait un flashback sur sur la création de ton couple ?
Revenir à tes motivations, te permettra peut être de comprendre que la personne qui partage ta vie est certainement celle qui te convient le mieux ! (en ce moment)

Oui, rien de moins dans une société kleenex où il suffit de jeter pour recommencer
Peu importe que le choix soit motivé par l’intervention d’un tiers, d’une mémoire familiale, d’un coup de cœur ou une soirée bien arrosée
Dans l’instant, face à elle/lui tu t’es senti bien. Tu as eu envie d’en connaître davantage et de partager encore plus de choses.
Tu as pris la décision de faire un bout de chemin avec cette personne. (j’espère qu’il y a eu consentement mutuel)

Puis, la mécanique c’est grippée, à cause d’elle ou de toi par négligence, habitude, incompréhension, rancœur ??? que sais-je ?

COMMENT AVANCER?

Je te propose un exercice pour débloquer la situation avant le crash

ETAPE 1
Inscris sur un carnet ou feuille volante le type de personne que tu aurais aimé avoir comme partenaire (homme comme femme) le genre dans ce cas ne subit pas les dogmes de la morale. Dresse la liste de ses caractéristiques physiques et psychiques et le type de passions communes

ETAPE 2
Sur une autre feuille, je te demande de dresser la liste des caractéristiques du partenaire actuel

ETAPE 3

A ce stade, peut être subsite un bug !
Croise les informations et essaie d’expliquer les raisons qui ont empêché d’y parvenir
Ex si tu aimes les femmes black à petite poitrine et au cul bien rebondi profil d’à peu près toutes tes ex mais que tu as épousé une femme à la peau claire avec de gros seins. Tu t’es comment dirais-je un peu éloigné du profil 🙂
Essaie de trouver un sens à ce revirement.
Surtout, il ne serre à rien de reprocher  à cette nouvelle personne de ne pas correspondre à ton type ou de vouloir la quitter pour revenir à tes premiers amours.

L’idée serait de mettre en évidence ce qui la/le caractérise et de comprendre que c’est bien ce dont tu as besoin ou recherche pour te sentir bien.

…………Passons à l’étape suivante!

ETAPE 4
J’aimerai que tu écris au moins TROIS choses qui ont de l’importance que tu voudrais faire mais que tu n’oses pas lui demander

ETAPE 5
Écris ce que tu penses qu’elle/il te donnerait comme réponse
Cette étape est très amusante car on ce fait toujours une fausse image du partenaire.

C’est bien souvent nos propres peurs qui façonne notre discours!

ETAPE 6
Est-ce que les réponses qui tu imagines correspondent à des peurs ?
Ex avoir une sexualité moins pépère. tu es une femme et tu souhaiterais expérimenter la sodomie
Tu as peur qu’il ne te respecte plus et dise de toi que tu es une salope ???
Est-ce que pour toi, l’image que tu offres qui a le plus d’importance ?
Même au détriment de tes désirs et ton intimité de couple
Ce qui coince pour t’épanouir et rencontrer ton/ta partenaire n’a peut être rien à voir avec la sexualité !

ETAPE 7
Transforme, j’ai peur de dire, de faire, de demander par j’ose….

ETAPE 8
Interroge-toi intérieurement sur ce que tu penses et ressens à cette évocation

ETAPE 9
De quoi as-tu le plus peur ?
Qu’elle ou il te voit comme pervers ou te dit non
Peut être que c’est le oui qui te fait peur
(Zut, plus de pare feu pour avoir un bon prétexte de ne pas assouvir un désir et passer sur cette peur):)

ETAPE 10
Est-ce que cette peur, tu ne l’aurais pas déjà ancrée en toi ?
As-tu dans ton souvenir entendu une personne prononcer ces mots et t’ont-ils fortement blessé ?

Si tu as besoin d’une personne pour démêler le nœud, n’hésite pas à me contacter ou sur le site coachdevie intime

Je vous embrasse tous et toutes
A bientôt
annah

Estime de soi – Atelier vidéo par mylhena

Comment gagner en estime de soi?

Défit n°1 apprendre à s’aimer

La réponse réside dans la définition que chacune de vous
se fait de l’épanouissement PERSONNEL.

Le tiercé gagnant serait :
l’épanouissement social/familiale et sexuel

Pourtant chacun de vous à connu une période à vide.
Nous avons toutes et tous des difficultés sur un des râteaux de votre vie.

« L’origine du problème a comme noyau commun une projection négative de votre potentiel de réussite et un langage inapproprié qui vient soutenir et renforcer la situation d’inconfort. » dixit mylhena

Elle a mis en place un questionnaire en ligne,  une série de 4 vidéos, des exercices et un fascicule pas à pas, tout ceci dans le but de vous offrir des compétences afin d’être plus sécurisé et autonome.

Si cette démarche vous intéresse, vous pouvez suivre le lien et vous rendre sur son site

[su_button url= »http://coachdevie-lyon.fr/ateliers/ » style= »bubbles » background= »#10c9e0″ size= »10″ radius= »20″ icon= »icon: heart-o » text_shadow= »1px 1px 1px #000000″ title= »inscription »] atelier estime de soi[/su_button]

Enfin, quelqu’un qui partage ses outils sans nous ruiner.

bon week end

Annah

L’après Saint Valentin

Bonjour à tous et à toutes

Je viens aux nouvelles après le jour J. 🙂

Comment se porte votre couple après la fête des amoureux ?

  • Vous savez, le jour ultime où il ne fallait pas se louper.
  • Le jour par excellence pour démontrer votre amour.
  • La date siglée d’un cœur sur le calendrier de votre vie.

Je m’amuse à regarder les couples autour de moi, se chamailler à cause de cette journée de Saint Valentin.

Il me semble aberrant de se dire que votre amour doit se concentrer en nectar doucereux sur une seule journée. Dégoulinant d’attention et d’affection sur simple motivation d’un tiers

Si ça n’a pas été le cas, peut être connaissez-vous un peu d’eau dans le gaz?

Une Saint Valentin ratée, c’est  synonyme de rupture imminente .

Un manque d’implication au sein du couple et vous précipitez votre fin ?????OUI /NON

Y-a-t-il, péril en la demeure si vous avez omis de vous déclarer et de mettre les petits plats dans les grands?

A cette question, vous et votre aimé (e), pouvez y répondre.

Ne trouveriez pas absurde de réduire une année d’amour, à une journée?

Comme si le désir que vous éprouviez pouvait se résumer à un florilège de niaiseries extérieures au langage de votre couple.

C’est bien que vous puissiez constituer des repères pour ne pas vous laisser happer par le quotidien

A contrario, comment imaginer être surpris, se laisser guider, être ému par la relation quand les choses sont aussi orchestrées?

Votre amour ne se résume à une check liste que l’on coche !

Il n’y a plus de légèreté à répondre à l’appel des sens si la Saint Valentin devient une contrainte.

Je suis obligée de me parer d’un ensemble coquin ….rouge de préférence parce que je vais avoir le droit à l’expression érigée du mâle dans toute sa splendeur. Moi, femme, je serais heureuse de me plier à ses fantasmes parce qu’il aura eu la gentillesse de m’offrir des fleurs et/ou du chocolat.

À quel moment, j’écoute mon désir
…..entre la poire et le fromage ?

Si je n’aime pas le rouge, suis-je vraiment obligée de porter ce déshabillé pour conférer à cette soirée un soupçon de romantisme ?

Juqu’à quel point, je cautionne la fête des amoureux.

Le plus important

J’ai envie d’attentions, mais j’ai surtout besoin d’être au diapason avec mon homme.

Lui aura peut-être passé une journée de mer…….. et n’aura peut être pas l’énergie pour courir les boutiques en quête d’un cadeau un tant soit peu original. Alors quoi, ça veut dire qu’il ne m’aime plus ou pas.

La relation se baserait alors sur une démonstration d’affection purement matérialiste.

Je ne donne pas cher du plaisir et de la longévité des couples montés sur ce modèle.

De mon côté, je trouve plus simple de vivre chaque moment comme de petits cadeaux, d’apprécier les attentions, les clins d’oeil et la complicité chaque jour renforcée plutôt que de miser sur une journée qui je tiens à vous le rappeler était synonyme de sacrifice.

Pour ceux qui en éprouveraient le besoin, vous pouvez déposer sur le blog quelque temps fort de votre soirée ou partager votre conception de l’amour.

Je vous embrasse

  1. À ceux qui auraient gardé de l’amertume ou refoulé leurs sentiments.
  2. Ceux qui auraient préféré se dérober mais qui s’y sont pliés

Votre coach de vie intime à votre écoute pour apaiser les tensions[su_button url= »http://coachdevie-lyon.fr/ » style= »bubbles » background= »#10dde0″ size= »10″ radius= »20″ icon= »icon: heart-o » text_shadow= »1px 1px 1px #000000″ title= »coach de vie »]http://coachdevie-lyon.fr/[/su_button]

Annah

image de couv trouvée sur Tumblr 7abad20297004c86e0626f96f1a41224, je ne connais pas le photographe

La femme et son plaisir

La femme une inconnue, son plaisir une énigme.

Beaucoup de questions en perspective sur le plaisir.

Pour bien comprendre, parlons avant tout de la femme.

Que mettez-vous derrière la représentation de la femme ?

La femme se fait : chatte, câline qui se love près de vous ou chienne, louve aux instincts primitifs qui vous dévore. Elle est vile, orgueilleuse parfois odieuse pourtant si charmante. Une femme est tantôt sèche ou généreuse, aimante et détestable

Un concentré d’émotion dans ce corps si sensuel. Pas si simple d’être dans la peau d’une femme.

Le dilemme plane toujours au-dessus de sa vertu !
Doit-elle choisir entre la mère et la putain, être une femme et/ou une maîtresse. ?

Putain, geisha, dhilo ou skases, selon vos origines, quelque soit cette appellation reste galvaudée et péjorative pour cette femme qui vit son plaisir.

En un mot, elle est une femme du 21e siècle. Elle choisit sa sexualité.

En quoi est-ce mal d’assumer son savoir-faire, porter le plaisir en son corps et le partager avec la personne de son choix ?

Doit-on la punir de vibrer, de jouir et de s’exprimer ?

Qui préférez-vous rencontrer ?  :

  • L’experte qui renvoie l’image d’autosatisfaction pour vous valoriser à grand renfort de jérémiades
  • ou la femme discrète et timide qui se laisse chavirer…… parfois………par surprise
    par un râle sourd venu des profondeurs qu’elle tente d’étouffer par convenance

Maintenant que vous avez fait votre choix.

Comment l’aider à accueillir ses orgasmes et leur laisser de la place pour grandir ?

La jouissance est-elle une question résumée à la connaissance technique de son anatomie ou naît-il dans un espace sécurisé ? Est-il préférable de l’obtenir seule ou de le partager ?

Auriez-vous peur, de votre femme ou de vous !
Peut-être doutez-vous de vos compétences, si elle jouit  supposez-vous qu’elle simule ?

Et si la femme prend du plaisir sa jouissance doit-elle être sonore

  1. un souffle ?
  2. Un grondement ?
  3. Un spasme ?
  4. Un hurlement ?

Dites-moi,  comment jouissez-vous ?

Messieurs, vous qui souhaitez tant lui offrir la jouissance

……Que se passera-t-il si votre femme se libère ?

Êtes-vous prêts à découvrir une autre facette d’elle-même ?

Qu’êtes-vous prêts à lâcher, de vos habitudes sexuelles,  pour l‘y conduire ?

La jouissance fait mal !

  • elle se heurte
  • elle se perd
  • elle se dévoile
  • elle se déploie

Elle se nourrit de votre histoire

Ainsi, elle va, elle vient, elle grossit, avec le temps s’amenuise

Le plaisir tout comme le désir n’ont pas de « bouton on » !

Il est impossible de reproduire deux fois le même contexte pour que la jouissance s’invite et vous donne satisfaction à tous les deux

Il vous faudra vous adapter à chaque fois et donc pas de recette miracle.

C’est facile d’accuser l’autre quand son couple va mal !

Mais ……Quand on voit toutes les interrogations que soulève le plaisir, on comprend mieux que la sexualité n’est pas si naturelle à vivre.

Gardez à l’esprit que cette impression d’échec n’est qu’un résultat non désiré sur l’un des râteaux et non le reflet de votre couple.

Pensez à communiquer, verbalisez vos envies et joignez le geste à la parole. 80% de votre communication passe par votre posture et votre attitude.

Pour nourrir se désir et passer une soirée en bonne compagnie, je vous propose un vieux film de Bertrand bélier (2005) « combien tu m’aimes ? » avec Monica Belluci, Bernard Campan, Gérard Depardieu, Édouard Bert et Jean-Pierre Daroussin admirable dans son rôle du médecin pragmatique qui  n’a que 5 doigts à offrir à l’amour 🙂

retrouvez encore plus d’actu sensuel sur mon facebook et sur ma chaîne youtube

pour ceux et celles qui auraient besoin de conseil [su_button url= »http://coachdevie-lyon.fr/ » style= »3d » background= »#2deaef » size= »10″ radius= »20″ icon= »icon: gittip » text_shadow= »1px 1px 1px #000000″ title= »votre coach »]coach de vie[/su_button]

Bonnes vacances à ceux qui auront le loisir d’en prendre.

Je vous embrasse tous

Annah