Définition : Inclination envers une personne, le plus souvent à caractère passionnel, fondé sur l’instinct sexuel, mais entraînant des comportements variés.

Alors là, on n’est pas aidé ! À t-on le droit de tout faire ? Quelle est la limite ? Comment sait-on que nous ne sommes pas déviants ?

Est-ce une définition plus acceptable ?

J’ai une relation sexuelle selon mon humeur, le temps et la configuration. Je m’y prend d’une certaine manière avec des intentions diverses, mais toujours consenties, avec des partenaires de les tous âges (majeur), consentants, de race ou orientation sexuelle cela m’importe peu, avec ou sans jouet, dans des postures variées. Cela ne transgresse jamais mes droits ou ne me met en danger de quelque manière que ce soit pour mon corps et mon psychisme. Et je m’octroie le droit d’arrêter à tout moment sans que cela ne porte à conséquence pour les personnes concernées.

Pour autant

  1. Dois-je être amoureuse de cet autre (homme ou femme) ?
    NON
  2. Combien de partenaires au cours d’une séance ?
    Selon mon choix, mon engagement envers une personne et mon choix de vie de couple, monogame ou polygame libertin, célibataire, polyamoureux
  3. A quelle fréquence est-il convenable d’avoir des rapports ?
    Plusieurs fois par jour si c’est un quickly ou 1 longue séance par semaine, laquelle est la mieux ???
  4. Notre échange, est-il passionnel ?
    Pas toujours ! Il peut être, sensoriel, doux vorace, curieux, détaché

Ce qui conditionne se partage, n’est pas toujours de la satisfaction sexuelle.
Le besoin de se rassurer par des caresses, le besoin d’affirmer sa présence sans contact, la capacité à donner sans recevoir, l’échange à distance.

Tout ceci, remplit le corps de satisfaction, de plaisir d’être avec l’autre ou de donner de l’amour sans engager l’instinct sexuel. À aucun moment, il n’a été mentionné la question du plaisir ou de la procréation.

De quelle manière normée ce dit plaisir ou dans quelle zone dois-je l’obtenir ?

Quelles parties de mon corps sont engagés ? Mon vagin/pénis exclusivement ?? Que faire du reste du corps ?
Mon plaisir, est-il inhérent à la stimulation d’une zone érogène définit comme active, sensoriellement plaisante au ressenti ??
Puis-je avoir du plaisir si je mélange la douleur ?

Pour toutes ces questions que je me pose, vous, vous avez apporté une réponse dans votre pratique.

Elle consiste à mettre l’accent sur les organes génitaux de chacun, mais avec quand même un focus sur la réponse au plaisir de l’homme. Le pourquoi du sexe dit quickly. Le sexe compulsif et mécanique qui est pratiqué pour se relâcher de la journée et bien démarrer la nouvelle, mais qui n’engage pas d’émotions.

Pas étonnant que vous arriviez rapidement au point de rupture du couple et/ou du désir.

Je vous invite à changer votre schéma comportemental dans l’intimité.

Mon conseil

  1. Répondez aux questions ci-dessus
  2. Cherchez à augmenter votre palette de plaisir.
  3. Devenez plus créatif, inventif 
  4. Surprenez votre partenaire.

Notre corps est conçu pour nous générer du plaisir, pourquoi se limiter ?
Si nous avons tant besoin d’un partenaire pour élaborer une relation intime, ce n’est pas pour répondre au besoin primaire de procréer ou de copuler comme des bêtes, mais pour s’amuser, se découvrir, goûter à l’intensité de la relation intime.

Il n’y a qu’au travers de ce moment d’unité que vous puissiez avoir une communication sincère avec votre partenaire.

Annah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook
Twitter
Pinterest
Instagram