Ce matin, j’avais envie de revenir sur un point avec vous, car je pense que nous prenons tous, le problème à l’envers concernant la sexualité.
Que nous soyons cis genre, non genré, binaire, trans, homo, hétéro, lesbienne, bi, polyamoureux et je ne sais quoi d’autre pour tenter de se définir autrement qu’en être humain.

À vrai dire, on s’en fout !

Le principe de base de la sexualité, c’est le partage magnétique de nos énergies au moyen de notre corps entier, ce qui comprend nos organes génitaux. Et la nature a été généreuse et très bien faite.

Le moyen d’arriver à l’extase n’est que notre propre expression créatrice et ne doit dans aucun cas être catégorisé. Cela ne sert qu’à sclérosé l’individu dans son élan et son besoin pour répondre à une norme régie exclusivement par la méconnaissance du corps et des peurs archaïques pour différencier le bien et le mal en chacun de nous.

La sexualité est un cadeau que notre nature humaine nous offre pour se rencontrer et tirer un plaisir divin de notre matériel. C’est une exploration de notre potentiel qu’une seule vie ne suffira pas à combler, ni comprendre.

Nous sommes multiples et en perpétuellement mouvement. Notre corps et ses besoins seront toujours prioritaires sur notre envie d’intellectualiser et résonner la sexualité. Pour maîtriser, on a besoin de disséquer, catégoriser, enfermer et moraliser pour se détacher et se sentir au-dessus.

On parle d’un corps émotionnel instinctif pourquoi vouloir réfréner une telle capacité ?

Vous êtes de bonnes filles et de bons garçons à vouloir bien faire les choses, mais en fait, c’est en se débarrassant de cette idée que vous pourrez jouir de votre corps et en faire profiter vos partenaires.

Votre méconnaissance et votre manque de curiosité font le lit de votre désert sexuel. Votre manque de libido, l’inexistence des rencontres intimes, vos douleurs, l’évitement ne sont que les conséquences d’une mauvaise dynamique de départ.

Dans quels termes vous a-t-on parlé de la sexualité ? Que croyez-vous devoir faire pour atteindre le plaisir ? À quoi servent vos organes génitaux ? Quelle est votre intention quand vous répondez à vos besoins de libération sexuelle ? Quelle place donner à la sexualité dans votre vie ?

Interrogez-vous plutôt sur la source ?
Quel regard mature portez-vous sur la sexualité ?
Que souhaitez-vous vivre ?

Vous êtes adulte !

Quand on ne prend pas sa responsabilité face à l’expérience, on cherche toujours à blâmer un tiers. Le parent trop strict, une partenaire frigide, un manque de transmission, des pratiques répréhensibles (pour qui, pourquoi), un passif lourd.

A part, vous maintenir dans l’immobilité et vous infantiliser.
Je ne suis pas bien….tant pis. Ce n’est pas de ma faute, c’est ….l’autre qui….
Vous ne cherchez toujours pas à renverser la vapeur et trouver des solutions pour vous épanouir. Vous restez sur vos positions. Votre égo est le plus fort.

Super contrôle du futile.

La sexualité est rendue tabou uniquement par ce que vous ne vous reconnaissez pas comme être sexué et vous la pervertissez en la détournant de son essence, qui n’est certainement pas de se reproduire, mais bien d’atteindre un niveau de conscience bien plus grande pour faire de sa matrice un être autonome et vibrant connecté au monde.

Quand on vit une sexualité saine et joyeuse, toutes ses considérations de perversité, de quantité de partenaires, de fréquence de rapports ou de postures sont oubliées.

De quoi avez-vous besoin pour vous épanouir ?
Qui avez-vous choisi consciemment ou inconsciemment pour vivre cette expérience, qui n’est absolument pas un long fleuve tranquille bercé par des « je t’aime ».
C’est un cheminement qui dérange, qui demande à s’affirmer, tomber, se relever, s’affiner et s’épanouir.

Il est important de voir dans son binôme, le miroir des choses qui sont à changer en vous.

Il est en résistance et c’est tant mieux vous allez développer de nouveaux mécanismes de comportement. Il n’ose pas alors vous serez plus inventif.

La sexualité est là pour vous interroger.
Ce que vous vivez à l’heure actuelle est ce que vous avez institué. Si cela ne vous convient pas changez de regard, avant de partenaire 🙂

Le fantasme du trio , se perdre dans la danse de corps réceptifs et consentants, offre un contentement momentané, car même s’il semble motivé par l’envie de booster sa libido, il est une manière de désobéir à l’ordre établi et gagner en fun. Vous ne vous affranchissez pas totalement de votre cadre puisque vous vous sentez souvent coupable au point de cacher cette sexualité.

Quand vous tentez d’épicer la relation avec des jouets, des scénarios, ou vidéos, votre manière de consommer reste inchangée. La récurrence de faire toujours les mêmes choses, le même jouet, le scénario favori, le même lieu et vous invitez la lassitude

Changez votre approche et la réponse apportée ne sera plus pour contrecarrer l’ennuie ou la peur d’une longue relation monogame.

Amusez-vous , testez les techniques ou les jouets pas parce que c’est tendance mais parce que cela vous excite, vous intrigue ou répond à un besoin (contrôle, pouvoir, abandon) et surtout n’y mettez pas d’étiquette.

L’expérience était bonne, vous continuez à vous explorer.
L’expérience n’était pas agréable, vous vous réajustez et changez le contexte.

Mylhena
coach de vie intime
Je reste à votre disposition pour des séances d’accompagnement individuel ou en couple.

#Article issu de la plate forme de formation en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.