« Il vaut mieux bien faire le mal que mal faire le bien. »
Ovide

Votre corps est une mécanique puissante qui possède les éléments nécessaire pour vous procurer un état d’extase à condition de savoir quelles zones stimuler et comment.

Afin d’augmenter le plaisir de votre compagne, mais également pour renforcer le lien qui vous unis.
Pratiquez l’art du plaisir avec assiduité.

Apprenez à cultiver une meilleure qualité orgasmique et jouez avec la production naturelle d’hormones du bien-être.

Regardons de plus près comment utiliser une zone érotique délaissée par la femme.

La poitrine
Oui, ce joyau est appétissant. Elle vous attire visuellement. C’est plaisant de regarder ses rondeurs monter et descendre. Entre apercevoir ce globe laiteux et poudré au travers de la dentelle de sa lingerie. Son odeur, sa chaleur rassurante et ce moelleux sous vos doigts, elle invite à ne pas rester sage.

Saviez-vous qu’elle participait aussi à son plaisir … À elle. Cette zone ultra-sensible est en réalité reliée à son sexe par son système nerveux. Stimulez cette zone et vous allez faire scintiller son centre du plaisir.

Le massage de la poitrine est perçu chez beaucoup de femmes comme un acte plaisant et lui ouvre les porte de l’orgasme. Certaines se contentent même de la stimulation unique de cette zone pour jouir. ( cela remet en péril le schéma phallo centré comme source unique du déclenchement du plaisir chez la femme)

J’insiste, négliger cette zone serait un sacrilège !

Le secret du plaisir, réside dans votre posture.
Si vous restez à l’état du petit garçon qui vient se réconforter en son sein, il ne se passera pas grand chose en terme d’érotisme surtout si elle a allaité.

Cette petite zone de chair à besoin de votre doigté ou de pinces pour commander au cerveau la libération du cocktail du plaisir (sérotonine, endorphines, ocytocine, dopamine).

Petit rappel,
Ce jeu ne pourra se faire dans toutes les phases de son cycle.
Avant les règles ou en phase d’ovulation, sa poitrine est plus sensible. Son ressenti risque d’être plus inconfortable, voire douloureux.

Comment augmenter son plaisir et induire une sensation d’euphorie ?

Je vais buter dans le cadre de la morale. Encore 🙂 Associer le plaisir et la douleur reste un tabou.
À vous de voir.

Il est important de comprendre que la douleur ne vient pas de l’objet même si cela vous intrigue et que vous imaginez pleins de choses. La douleur vient du retour du sang dans le téton. Plus la constriction a été forte, plus vous avez fait durer le plaisir et plus la douleur sera vive. Ce que j’ai remarqué : la sensation perdure dans le temps selon le type de pinces. L’impression que votre sein est toujours torturé.

Si vous deviez saisir un point important dans l’utilisation des pinces, c’est que le jeu commence qu’une fois retirées.

Quelques règles s’imposent !
Commencez par mesurer la douleur sur votre corps.
Il y a des pinces plus vicieuses les unes que les autres, c’est un moyen test avant achat.
Posez la pince sur la peau située entre votre pouce et votre index

Vous pouvez également utiliser des pinces à linge standard en bois.
Sinon des baguettes chinoises et un élastique à chaque extrémité.

Au moment de la morsure de la pince, le cerveau enverra des endorphines qui vont anesthésier la zone et permettre au corps de supporter la pression. Vous pouvez vous attaquer au deuxième téton.

La douleur est un bon moyen pour déconnecter le cerveau trop encombré pour se concentrer sur des sensations corporelles.

Il est important de ne pas insister trop longtemps sur le tissu érectile. Je vous invite si votre femme souhaite ressentir plus de douleur, d’enlever les pinces et de les reposer plus tard dans la séance..
Il convient de ne pas dépasser plus de 15 min au risque d’endommager les tissus.

Vous avez raison de vous méfier, ce type de pratiques semble inoffensif en apparence, mais pourrait s’avérer être un jeu dangereux pour les novices.
Vous jouerez à alterner le plaisir et la douleur. La femme est très rarement bonne conseillère pour évaluer son niveau de douleur.
Au début, la peur fausse le ressenti car il est intensifié.
Au cours de la séance, les endorphines et le cocktail de plaisir vont l’anesthésier et la mettre dans un état second, sa perception en sera altérée. Elle ne sera plus consciente de dépasser sa tolérance.

Précaution
Je vous rappelle vos obligations.
C’est à celui qui pose les pinces de veiller au confort de celui qui les reçoit.
Soyez vigilant des différents changements très subtile du corps, sa couleur par exemple.

  • le blanchiment est signe d’un manque de sang dans les tissus

  • la couleur violette montre une stagnation du sang

  • vous pouvez lui demandez si elle sent des palpitations

  • quand on connaît parfaitement sa partenaire on ressent sa vibration. Poser votre main et vous ressentirez s’il y a un changement

Vous adoptez la posture non pas du dominant au sens SM mais celui qui prend la responsabilité de la sécurité et du bien-être de son/sa partenaire de jeu.

La préparation
Avant d’injecter de la douleur, induire le plaisir par le massage avec de l’huile sur toute la surface du sein. Commencez par lui faire goûter ce plaisir. Pincez le téton entre le pouce et l’index, puis tirez en avant, toujours en douceur. On n’attaque jamais à froid !

La zone à pincer
Pour le rendre érectile, pincez la base et non la pointe du téton.
Plus la surface est large et moins c’est douloureux.

QUESTIONS EXISTENTIELLES
L’homme
Suis-je devenu sadique ?
Ai-je l’autorisation de faire mal à ma femme ?
En quoi, la pincer ou la mordre représente un intérêt érotique.
Je ne suis pas un dominant sado- maso et encore moins un adepte des jeux extrêmes !

La femme
Je suis : soit maso – soit perverse.
Non, vous n’êtes pas maso !
Les pinces sont de très beaux bijoux surtout celles équipées d’une chaînette.
Oui, vous allez alimenter le vice de votre homme et lui offrir l’opportunité de tirer sur vos tétons sans encombre. Une sensation très étrange d’être à sa merci alors que vous avez consenti au JEU.
Oui, il est bien question de jeu érotico sensoriel.

La perception de la douleur

• la douleur dépend de la sensibilité du téton
• de votre vécu
• si vous jouez souvent avec
• si vous tirez dessus
• si vous avez allaité
• si vous êtes adeptes des caresses dans la zone
• ça dépend de la phase du cycle
• ça dépend du type de morsure avec crochet, barre plate avec ressort
• ça dépend du type de pinces (en métal, en bois)
• ça dépend du temps en place
• ça dépend de votre perception de la douleur ( et oui, nous ne sommes pas toutes égales)

La douleur
Je dirai que la douleur la plus forte est celle qui vient quand on retire les pinces.
Attention, ne pas les poser trop longtemps surtout au début, car la douleur dépend du temps de pause.
La circulation qui se rétablit va donner une impression de picotements jusqu’à ressentir des brûlures.Vous ne pourrez négliger cette zone qui va se rappeler à vous, d’une manière la plus coquine

Astuce
Il est possible de calmer vos tétons avec un gant frais.
Si c’est supportable, une caresse avec la langue est encore meilleure.

Vous allez créer ensemble un contexte favorable au toucher voluptueux.
Chacun peut trouver son compte dans cet échange.

L’avantage d’utiliser des pinces pour provoquer une petite douleur, c’est que vous avez les mains libres pour apporter du plaisir dans une autre zone. C’est la perturbation des sens.
J’ai mal ou j’ai du plaisir ? J’aime ou je déteste ? Il s’occupe de moi, encore ou arrête ?
Son cerveau ne saura plus sur quoi se concentrer. Vous allez la rendre folle. 🙂

Belle découverte !
Annah

PS : nous reviendrons sur les différents types de pinces dans un prochain article

Pour ceux qui désirent partager leur expérience, vous pouvez contacter notre coach intime en mail privé. (contact@mylhena.fr)
Un interview de quelques minutes sous forme de podcast

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.