Le plaisir et la sexualité

Posted on Août 20 2014 - 3:49 by annah

Je pense qu’on gagnerait en plaisir à apprendre davantage sur la sexualité.

couple 6
On engage encore trop souvent l’acte sexuel dans le but de la procréation et on oublie le plaisir.

Après s’être mis en ménage, bébé arrivé, l’acte devient vite un devoir conjugal presque une obligation dont il faut se débarrasser.

Je ne dis pas que c’est le cas pour tous les couples, mais je suis surprise du manque de connaissances de la jeune génération malgré l’accès facile à l’info.

Ils manquent de repères dans une société hyper sexualisée. L’être humain en devient asexué.

Les hommes ne se retrouvent pas ! Les repères qu’ils prennent en visionnant des films pornos leur montrent des acteurs capables de bander pendant des heures, avec des membres énormes qui sont loin de refléter la réalité.

Les femmes voient des chiennes qui hurlent qui se font prendre dans tous les sens, loin de correspondre à l’éducation transmise par la religion, la famille et la société.

Une femme doit bien se tenir recevoir l’homme et surtout ne pas trop crier.

Il y a vraiment trop d’écart entre la nature profonde de chacun et ses besoins

Comment faut-il s’y prendre pour avoir du plaisir sans se culpabiliser ?

couple 9
Tous actes spontanés deviennent répréhensibles et sujets à discussion : la masturbation, la sodomie l’utilisation de toys, l’emploie de liens, le bondage, l’association de la douleur et le plaisir, boire le sperme ou voir les fluides corporels

Un exemple tout simple :

la fellation

Les hommes rêvent de femmes s’y adonnant avec gourmandise et pourtant s’il rencontre une femme libérée qui n’a pas besoin d’être convaincue pour se mettre à genoux, un doute subsiste.

L’homme apprécie la cochonne comme aventure plaisante de courte durée, mais est-il raisonnable de la prendre comme femme ?

> Se peut-il que la mère de ses futurs enfants se comporte ainsi ???

Une femme peut-elle être à la fois – une femme, une mère et une maîtresse

couple 8

La sexualité est tellement compartimentée qu’on en arrive à ne plus pouvoir passer d’une case à l’autre.

Cette société moralisatrice façonne des hommes et des femmes frustrés.
Comment peut-on être bien dans son corps quand on véhicule tant de préjugés et de tabous ?

Il est plus que temps de réapprendre à cultiver le plaisir et se faire du bien.

couple 7
Lâchez prise et acceptez ce que votre corps a à vous offrir.
Soyez curieux
À vous de poser vos propres limites.
La seule contrainte, vous faire du bien.
Communiquez et amusez-vous.
Annah

1 Comment so far. Feel free to join this conversation.

  1. fredouille 20 août 2014 at 17 h 54 min - Reply

    Merci d’ouvrir le débat Annah . Vous avez raison. Le sexe devrait, DOIT impérativement être associé au plaisir.
    Mais je rajouterai l’écoute et le respect aussi. Il faut écouter son/sa partenaire pour être à la portée de son plaisir.
    Il faut aussi respecter la jeune maman fatiguée qui n’a pas toujours envie, fàce à cet homme géniteur, toujours en rût … 🙂
    Et puis pourquoi ça serait à elle de lui faire plaisir d’abord ? Messieurs, n’oublions pas que si nous voulons prendre du plaisir il faut aussi savoir en donner.
    Sur la question du porno, j’ai toujours considéré qu’il ne devait pas être mis entre les mains (oui, je sais, elle est facile celle là …) de jeunes dont la sexualité n’est pas encore mature.
    Cela tronque tellement la perception de la réalité. Moi je me délecte de certains pornos (je dis certains car TOUS ne me plaisent pas).
    Ils me font fantasmer et parfois me donnent des idées. Mais je n’y crois pas plus que quand je regarde un film de S.F. ou le Grand Bleu … c’est une fiction quoi !
    Et moi, franchement, les chiennes ca me plait 🙂 Je me comporte bien en chien moi aussi, quand je la prends en levrette ! Egalité, 1 à 1, voilà.
    Qu’on ne vienne pas me parler de l’image du sexe (et donc de la femme) véhiculée par les religions. A croire que Dieu (s’il existe) est un mec, tiens !
    Les 3 grandes religions monothéistes, toutes, résument la femme à un instrument de reproduction, un moyen de survie de l’espèce.
    Et du coup cette épouse sacrée ne pourrait être qu’une femme modèle de maternité et de dévouement, mélange de docilité, de bienveillance et d’amour asexué.
    C’est çà ouhais … pour mieux la dénigrer quand elle sort du rang ! Pour conserver une supériorité sociale, pour mieux s’assurer un pouvoir « politique » en fait.
    Bon sang les mecs, il faudrait quand même se demander qui est le plus gourmand : la chienne qui suce ou le cochon qui se fait sucer la queue ?
    Alors à la question posée, moi je réponds que OUI : une femme peut être une épouse, une mère ET une maîtresse.
    Elle est tout çà à la fois. Je suis bien un époux, un père ET un amant moi.
    Prenons du plaisir, faisons nous du bien, profitons-en et sortons des normes … jusqu’à la lie !

Leave A Response