La douleur physique peut-elle apporter du plaisir ?

Posted on Oct 13 2017 - 9:17 by annah

Désir/fantasmes comment négocier?

Cette question simple en théorie pour celles qui ont tenté de changer de mode opératoire, ont pu très vite se rendre compte du fossé qui sépare l’envie de la pratique.
Pas simple de coordonner la tête et le corps.
Votre désir mène la danse, votre tête à donner son accord pourtant à la première marque sur votre postérieur et votre volonté est mise à mal. La douleur est trop forte.
Comment est-ce possible ? Le coup n’est pas si fort. Pourquoi la sensation est à ce point exacerbée

Se pourrait-il que vous soyez douillette ?

1. A vraie dire, c’est souvent l’angoisse projetée sur la séance qui augmente vos perceptions et la tension sexuelle. Nous sommes dotés pour vivre le plaisir/douleur. C’est l’ambigüité de l’être humain et ce qui nous compose : l’ombre et la lumière. On aime se faire peur, on aime la tension mais notre cerveau très prolixe nous joue des tours.

2. Parfois vous êtes juste indisponible. Il faut aussi l’accepter. Nous n’appréhendons pas toujours une séance sous un angle favorable. Parfois les émotions sont tellement refoulées, douloureuses que vous retrouver dans une posture où vous n’avez pas d’autre choix que de laisser couler les larmes. La traversée du désert. Vous pouvez vous y opposer. Sortir la tigresse tapis aux tréfonds, rugir, jurer, bouger, crier, vouloir mordre ou lui garder un chien de votre chienne. Rien n’amoindrira la douleur

Il vous faut passer par la case « céder les armes ».
Certaines n’iront pas jusque là, malheureusement! Elles ne veulent pas, ne peuvent pas, ne sont pas prêtes. Ce qui est gênant car elles garderont cette mauvaise expérience comme référence et cela risque d’accentuer leur appréhension pour un essai ultérieur. De même, les coups de martinet ont marqué bon nombre d’esprit. Ce qui explique pourquoi en règle générale nous ne sommes pas chaudes pour tendre notre croupe.

3. Certaines se font des films avec leurs momy porn ou leurs films cochons saupoudrés à l’eau de rose. D’autres vivent des relations virtuels et dans ce contexte il est très facile d’avoir la palme de la soumission et se penser aimer et résister au fouet badine cravache ou tout autres instruments. Ca vous semble absurde, pourtant il est difficile pour beaucoup de faire la distinction entre leur sexualité rêvée et la réalité d’un corps en chair et en os. 
Il serait plus sage de remettre à plus tard !

Sommes-nous masochistes ?

Pour ma part la réponse est non au contraire, je dirais que je suis à l’écoute de mes besoins peu importe la voix emprunter.
Les vrais maso sont pour moi les personnes qui laissent leurs peurs dicter leur vie. Elles supposent au fond d’elles un certain penchant, une prédisposition pourtant les codes de bonnes tenues les empêchent de passer à l’action.
Les pires sont celles qui se coupent juste au moment où elles prennent conscience que c’est bon. Là c’est une vraie punition infligée au corps.

Dans ce cas que dire du coït. Une personne extérieure novice pourrait très bien voir cela comme de la barbarie. On se prend, on se retourne, on fait des acrobaties. Les coups de butoir n’ont rien de langoureux la majore partie du temps. Vous criez, suez. C’est plutôt bestial si on lui retire la coquille sentimentale.
Je dirai dans cette condition, nous sommes tous capables de jouer et ressentir du plaisir au travers de douleur. Si celle-ci ne porte pas de connotation malsaine. Tout est toujours lier avec l’image que l’on de la sexualité la position que l’on souhaite avoir dans ce jeu et l’image que l’on pourrait renvoyer à sa /son partenaire.

Je sais que notre éducation est biaisée sur le sujet à cela les réseaux ne sont pas près de nous réconcilier quand on voit le nombre de plans cul salace, d’annonces vulgaires ou images dégradantes
Moi, je vous parle d’une relation consensuelle entre adultes qui cherchent à pousser plus loin la découverte des sens , explorer leurs fantasmes et créer de nouveaux besoins.

Douleur – croyances à r

evoir

• la fessée n’est pas toujours une punition
• ni dégradante pour celui qui la reçoit.
• celui qui la prodigue n’est pas un pervers  cela ne relève pas de la cruauté, du machisme ou du sadisme, besoin malsain et refouler se venger des faibles des femmes des minorités.
• Un dominant n’est pas un impuissant qui trouve cet angle pour se faire valoir
• Les hommes comme les femmes aiment donner et recevoir une fessée

Comment me faire chauffer la peau peut-il m’apporter du plaisir ?

La peur – sécrétion d’endorphines à faire

Expérience à mener à deux 

J’ai envie au travers de cette expérience, vous compreniez l’incidence de la respiration sur la douleur. Si vous partenaire arrive à caler les coups sur l’expire, vous allez fondre comme si à chaque fois vous rentriez un peu plus à l’intérieur de vous. Vous allez ressentir la chaleur parcourir votre corps et vous détendre. A ce stade au lieu d’arrêter, vous aller en demander davantage « plus fort » « encore » « continu » plus rapide ». L’onde se lance, ça résonne au plus profond de votre être. C’est un peu comme une décorporation. Vous aurez l’impression de vous flottez comme si vous quittiez la lourdeur de votre corps. Vous pouvez alors vous concentrer sur un espace dans lequel vous êtes bien une plage de sable fin avec la chaleur dans votre dos….
Approfondir votre respiration imaginer que vous respiriez par la plante des pieds jusqu’à la base du crâne. Votre attention est ailleurs ! Seule une main un changement de rythme ou une parole peuvent vous faire redescendre et prendre conscience de la zone travaillée (en général, on se concentre sur le dos et les fesses)
Toujours garder dans une main une clé ou un mot de garde.
Vous pouvez le faire habiller si vous peur d’être marqué ou simplement pour mener le jeu comme ce qu’il devrait être : une expérience pour déterminer les besoins de votre corps
Pour cette mise à l’étrier du plaisir/douleur je choisis la CRAVACHE avec un embout large le martinet risque de distraire votre attention et la badine un peu trop large d’impacte. Exit les longes ou fouets à petites lanières trop vicieux et réservés aux personnes expérimentées.
Bien évidemment vous aurez discuté de vos appréhensions respectives et à mettre en place que si vous êtes certaines de votre partenaire

A expliquer

Leave A Response