Harmonie entre le corps et l’esprit

Posted on Mai 18 2015 - 10:51 by annah

Harmonie à cultiver

Aujourd’hui, pas d’article direct, en rapport avec la sexualité, mais un article pour comprendre le lien « corps-esprit »

Il est hautement préférable d’essayer de comprendre le sens de ce que nous vivons, plutôt que de le faire taire.

Cet adage, il m’a fallu l’assimiler au prix d’une immobilisation de 8 semaines. J’ai fait la sourde oreille jusqu’au clash. Adieu harmonie!

C’est aussi la raison de cet article. Je souffle ma bougie. Il a un an jours pour jours j’ai perdue toute mobilité, j’ai du réapprendre à marcher. Adieu Harmonie!

Je ne fais pas exception à la règle tant que tout semble aller pour le mieux, on ne va pas inutilement se remettre en question 🙂  Tenter de bousculer ses habitudes, pourquoi donc ?

De toute manière, comment faire et on n’a pas le temps ! On remet au lendemain jusqu’au jour où…..

Avec les lectures qui traitent du sujet, on fait très vite une indigestion.

Faut-il choisir la psychologie ou le développement personnel ? À vrai dire, l’un est issue de l’autre sauf qu’il est traduit en langage simplifié, pour les néophytes.

Pas toujours simples de se retrouver entre le moi, le surmoi, le conscient, l’inconscient.

J’ai eu la chance d’éplucher un livre fort intéressant pendant cette convalescence. Je l’avais oublié jusqu’à ce qu’il me retombe entre les mains ce week-end.

Hasard ou pas je me permets de vous le proposer

Harmonie – le livre

Son auteur, Michel ODOUL  fondateur de l’institut de shiatsu en France et accessoirement formateur lors de stage en développement personnel.
Chacun sera à même de trouver son Bonheur et/ou l’Harmonie dans cet ouvrage

« dit moi où tu as mal , je te dirai pourquoi »

Souvenez-vous, je vous ai dit que le corps parlait, qu’on veille l’entendre ou non. Il a des choses à dire.

Pour Michel Odoul, il y aurait corrélation entre l’ancienneté des tensions et la gravité de la maladie déclarée. Comme si la maladie devenait une soupape pour nettoyer le corps. Ne tardez pas à poser l’appareil auditif !!

Vous allez très vite comprendre, de quoi je parle, dès lors que survient une pathologie, c’est la perte de nos repères.
Le problème c’est que le pont entre le corps et l’esprit ne se fait pas toujours de façon évidente.

Pour moi l’immobilisation forcée signifiait qu’il était plus que temps de prendre du repos et me recaler

j’avais choisi de me réorienter pour faire du conseil, mais je devais accepter de me former(retourner à l’école).
Reconnaître ses limites intellectuelles
perte de repères géographique, changement de secteur
mes fondations venaient de s’effondrer.
Dans la reconstruction, il est parfois nécessaire d’éliminer les personnes néfastes, rupture inévitable avec le lien familiale,

trop de choses, trop d’infos !  Plutôt que de morceler les choses, j’ai tout pris à bras le corps, superwoman.
Mon corps et mon esprit n’étaient manifestement pas d’accord. Ils ont dit stop de manière brutale.

A l’hôpital, les médecins n’y comprenaient rien, après la batterie d’examens toujours rien !

Le mot clé : l’acceptation
Il y avait des manques, il m’a fallu accepter que je ne pusse pas tout contrôler
Accepter que mon corps se dérobe pour me protéger afin que j’arrête de m’enliser !

Harmonie et surdité

La problématique, si tôt enfouie, peut ressortir sous forme de blessure, grosse fatigue ou maladie grave, que bien des années après. Nous restons souvent sourds au 1er niveau d’alerte (entorse, coupure, coups, tension, etc..)car nous ne savons pas décoder les signaux que le corps nous envoie.  Il ne suffit pas de vouloir pour pouvoir. Toutes ces énergies bloquées ou refoulées nous pompent et nous pourrissent le quotidien, mine de rien !

Plutôt que de déraciner,  on coupe (on s’endort à coup de médoc) alors la mauvaise graine se multiplie. On s’auto alimente en rancœurs en ressentiments en pensées négatives, on s’asphyxie. (Je suis nulle je suis maladroite, pas performante, pas compétente )

En plus, comme nous sommes tous un peu têtus, nous avons la fâcheuse tendance à récidiver sans vraiment comprendre et là ça devient carrément énervant.

Harmonie – un petit rien

Les alertes auxquelles j’étais restée sourde, entorse au poignet gauche, tendinite, problème de bas du dos, grosse fatigue, petits soucis de fille, problème de genoux. Là encore, je ne reliais pas les infos. Je me disais surtout que c’était une mauvaise passe !!!

Pour mieux accepter l’épreuve, comprendre la source, des blessures, permet de lâcher consciemment quelques émotions négatives.

On intègre l’expérience comme une étape sans alourdir la charge.

Les remises en question pour trouver l’Harmonie ne sont faciles pour personne !

Malheureusement, il vous faudra comprendre cette épreuve (l’alerte à plus ou moins grande échelle) pour pouvoir grandir et passer à la marche suivante, que ce soit dans le domaine affectif, professionnel ou familial.

Alors si vous ne voulez pas vous retrouver dans une position aussi inconfortable que moi, posez-vous. 🙂
Prenez soin de vous et si vous avez besoin de conseils, ce n’est pas une faiblesse !

Bien au contraire, comprendre que l’on a ses propres limites et accepter de se faire accompagner et déjà un pas vers la guérison.

Un regard neuf peut parfois déverrouiller rapidement une situation

En résumé, pour trouver l’Harmonie, il faut trouver l’accord parfait entre le corps et l’esprit.  Savoir qui on est, pour être sûre où l’on va et ce qu’il faut mettre en œuvre pour réaliser son projet de vie

bien à vous

Annah

Vous pourrez le retrouver le livre de Michel Odoul

Leave A Response