Quel est la fréquence des rapports sexuels?

Posted on Août 2 2013 - 9:55 by annah

bonjour,

Aujourd’hui, je vais répondre à une question qui m’a été posée par Amandine et Jérémie,

> Qu’elle est la fréquence sexuelle d’un couple entre guillemets normal

c’est une question assez fréquente que les couples se posent pour se comparer aux autres couples c’est une question à la fois saine et inutile quand on s’interroge sur son couple. Se trouver dans la moyenne est sans doute rassurant et agréable à savoir, mais la fréquence des rapports sexuelsn’est pas à comparer avec notre activité sexuelle.

pinterest

pinterest

On retrouve cette inquiétude chez beaucoup de couples, c’est souvent le moyen qu’ont trouvé les femmes pour estimer la santé de leur couple, ou elles s’en servent comme indice de satisfaction
Lorsque femmes un homme refuse voir évite les rapports sexuels, beaucoup de questions se posent alors. Est-ce que cette baisse d’activité est due, à un éloignement du partenaire ?

EST-CE QUE TOUT VA BIEN ?

Mais la vérité n’est pas forcément là. Si tu me désires et si tu m’aimes donc tu me fais l’amour. Mais les besoins des couples varient selon beaucoup de critères physiologiques, psychologiques, etc.

COMMENT DEFINIR LE PROBLEME?

Il n’existe pas de norme, il n’existe pas un nombre permettant de comparer l’activité sexuelle d’un couple à l’activité des autres couples. On définit le rapport sexuel connu d’activité sensuelle avec pénétration et éjaculation pour l’homme, vous remarquerez que dans cette définition nous les femmes somment exclues.

Dans ce cas, les chiffres varient selon les âges, les couples et selon les besoins.

Par contre si nous donnons une nouvelle définition au rapport sexuel par exemple par le nombre d’orgasmes, nous aurions un plus grand nombre d’activités, la pratique de la masturbation individuelle ou mutuelle nous permet souvent d’arriver à l’orgasme sans avoir recours à la pénétration.

FACTEURS

Le nombre d’actes sexuels peut dépendre aussi de l’âge, des besoins, de l’état physique, psychologique, et pour nous les femmes de l’État hormonal, mais nous pouvons intégrer aussi la disponibilité la complicité et aussi l’État général du couple.

Les études prouvent qu’il n’y a aucun lien direct entre le désir et la fréquence des rapports.

Le désir est un événement complexe, physique et psychologique. L’activité sexuelle est la réponse à ce désir, mais n’importe quel événement peut empêcher la traduction du désir en activité sexuelle, les femmes souffrent par exemple avant les règles, elles désirent, mais participent peu à l’activité sexuelle avant leur règle.

Des critères psychologiques peuvent affecter aussi le désir sexuel, la dépression masculine ou féminine joue un grand rôle sur l’envie.

Beaucoup de couples, comme je l’ai écrit dans un précédent article, ne s’accordent pas la disponibilité nécessaire pour traduire leur désir.
http://comment-faire-l-amour.fr/comment-trouver-un-moment-pour-faire-un-calin/

Le stress de la vie quotidienne, pour les femmes le travail, le ménage, les enfants, le manger, empêche de trouver des moments de plénitude, de calme et de sérénité. Il en est de même pour les hommes qui de plus en plus n’arrivent pas à se deconnecter de la vie professionnelle. Cette disponibilité peut être altérée par chagrin deuil, lassitude, etc.

DU DESIR SEXUEL A L’ACTIVITE SEXUELLE

Que ce soit pour les femmes ou pour les hommes, il faut soustraire de notre cerveau, que la pénétration est la seule définition de notre activité sexuelle. Souvent ce qui pense cela néglige en grande partie les autres paramètres de l’activité sexuelle.

Nous pourrions intégrer dans nos jeux, la masturbation individuelle ou mutuelle, le sexe oral, et tout autre jeu. J’ai eu l’occasion de rencontrer un couple qui après 20 ans de vie commune, n’avait jamais pratiqué la pénétration.

N’oublions pas aussi, Mesdames et  Messieurs les fameux préliminaires, caresses des zones les plus sensibles de nos corps (seins, cuisses), ou tenter d’érotiser d’autres parties du corps pour chercher à varier le plaisir et augmenter la satisfaction.

En vérité, l’homme apprend avec le temps à aimer, le corps entier, la femme apprend, aimer les organes sexuels.

En conclusion,
jeter à la poubelle tous les chiffres, toutes les règles, toutes les études ou enquêtes qui ont été faites sur les rapports sexuels, car en fait il n’existe aucune règle applicable à la majorité des couples.

L’idée est surtout de discuter avec notre partenaire, quand vous n’êtes pas satisfaite/satisfaits. Seul un vrai dialogue entre vous fera avancer votre sexualité.

Toutefois si le problème de votre sexualité est un élément important dans votre vie et vie de couple, n’oubliez pas qu’il y a toujours un spécialiste prêt à vous écouter et à vous aider.

L’essentiel est la satisfaction sexuelle globale et non pas le nombre des rapports.

Annah

Leave A Response