Exprimer son désir – dilemme, crier, gémir ou rester muette ?

Posted on Oct 24 2017 - 6:33 by annah

Choisir entre le silence d’une carpe, la lionne qui rugit ou les petits cris sensuels.

Quelle l’attitude vous permettrait de conserver la bien séance et garder la face à exprimer votre plaisir?

Cette question, les femmes se la posent souvent. Malheureusement dans la conscience collective, une femme qui crie, hurle, grogne, soupir bruyamment est une chienne voire une salope. Enfin, rien de très convenable ! Et surtout à l’opposé de l’éducation reçue pour bien se tenir. Une fille doit être jolie, mettre en valeur l’homme qui l’accompagne et si possible ne pas faire de vague.

Les temps ont changé pourtant s’exprimer et montrer le plaisir que procure l’acte sexuel reste difficile à assumer. Ce qui se vit entre vous, reste à votre discrétion. A vous de créer l’intimité qui vous ressemble. Le témoignage sonore est un gage de complicité sexuelle, sensuelle entre adultes consentants

Les croyances ont la vie dure dans l’action. Encore trop de femmes pensent qu’elles doivent laisser leur côté romantique de côté à la faveur du côté bestiale de l’homme. Ecarter les cuisses pour son plaisir à lui et uniquement pour lui. D’ailleurs, seuls les hommes sont des affamés du sexe. « Ils ne pensent qu’à ça » cette petite phrase, je l’ai encore entendu cette semaine.

Combien de petites filles en âge de comprendre ce qui se passe entre un homme et une femme l’auront entendu de la bouche de leur mère ?

Si elles ne se sentent pas considérée et accompagnée, comment se positionner autrement que dans la passivité. Pouvez-vous comprendre leur difficulté à se projeter dans le plaisir. Pourquoi ou pour qui devraient-elles s’évertuer à expliquer ce qui leur ferait plaisir, si vous ne les écoutez pas?

C’est bien pour ça que de petites malines prennent des amants pour au moins une fois dans leur vie, s’autoriser à se déchaîner, crier, jouir. S’autoriser à être de petite filles sales, cochonnes, gourmandes, délurées, espiègles le temps de l’interlude.

Comment voulez-vous qu’elles puissent imaginer convenable et intéressant avec le partenaire officiel tombé dans la routine et qui connaît leur famille, pouvoir crier sous les va et vient de votre langue ? Comment accepter que vos doigts au fond de leur intimité qui chatouillent le point essentiel de l’alphabet, puissent être destinés à leur donner du plaisir. Comment vivre sa sexualité sans contrainte ni risque de chantage?

Comment assumer cette part d’ombre en elles, si vous ne les encouragez pas ? Pourquoi messieurs ne les détrompez-vous pas sur ce qui doit se faire et partager dans un couple ?
Question bête, le savez-vous ?
Tout comme vous, elles auraient à gagner à assumer leur côté sauvage si souvent réfréné.

Elles pensent à tord car personne n’a démenti et aucune expérience antérieure n’est venue contredire l’idée que parfois les hommes aiment donner du plaisir aux femmes..

Avouez leur qu’il est jouissif pour vous de voir imprimé le plaisir sur leur visage quand elles s’abandonnent. Dites leur que vous vous délectez de les entendre crier, frémir et réagir sous vos gestes.

C’est jouissif même si un masque de terreur se peint sur leur visage pendant qu’elles tombent. Oui elles ne sont plus policées aussi présentables avec des gouttes de sueur qui perlent sur le front et collent leurs cheveux. A qui aura remarqué se voile dans les yeux quand elles sont perchées dans les limbes du plaisir, sait qu’il est difficile de garder le silence et se plaît à entendre cette variation dans la voix, cassé, chevrotante ou stridente quand elles crient votre petit nom.

Et bien, permettez moi de vous dire que vous êtes tout aussi ballots l’un que l’autre à ne pas clairement vous exprimer sur vos besoins et vos doutes.
Quand lui avez vous notifié que le silence était perturbant et peu encourageant à poursuivre vos avances ? Lui avez-vous dit que vous aimiez ses soupirs lascifs ? Avez-vous vu l’interaction entre action et réaction pour progresser dans la montée du désir ?

Vous n’avez pas de penchant pour la nécrophilie. Il n’y a rien de plus troublant que de pénétrer une femme qui n’a non seulement pas d’appétence mais qui en plus ne réagit pas. Les hommes qui ont vécu cette situation savent de quoi je parle. C’est terrible et cela coupe toutes ardeurs.

C’est vraiment du gâchis !

Allez les chipies, vous avez tout à gagner à savourer le plaisir. Le cri libère vos envies coquines, aide à la montée. Il est agréable d’être impudique ! Oh oui, revendiquez votre plaisir. Vous êtes si belles quand vous prenez votre pied 🙂

Qu’est-ce qui est le plus important, garder la face ou profiter de ce que votre corps a à vous offrir ?
Qu’auriez-vous à gagner à vous libérer ?

en attendant de rugir de plaisir, laissez dans les commentaires ci-dessous

Sensuellement vôtre
Annah

Leave A Response