Vous vous doutez bien que l’auteur n’a jamais imaginé ce que je vais vous révéler ci-dessous. Quand il écrit une scène de sexe, c’est pour vous exciter et donner corps à son histoire. Point ! Il se base sur son expérience personnelle, prend les statistiques de vos meilleurs fantasmes érotiques ou se réfère aux scénarios les plus répandus dans le monde du porno.

Utiliser un toys, se faire attacher, fesser, sodomiser, parler de son membre « extra large, surdimensionné », utiliser un héro à la carrure impressionnante, les hanches fines avec des abdos à se damner a un but transgressif pour exciter le lecteur. Faire des choses qui ne semblent pas donner à tous, confirme l’expertise de cet homme hédonisme au plaisir sexuel hors norme.

MOUNT TOME 2 : la reine de pique

LE CONTEXTE joue beaucoup dans la montée de l’excitation.

3 facteurs à intégrer

  1. sortir de la chambre à coucher
  2. avoir le goût du risque
  3. aimer braver les interdits

L’exhibitionnisme/ voyeurisme

Les personnes qui aiment se montrer ont besoin de se sentir aimer. Elles se mirent dans le regard d’un tiers. Problème sous-jacent de confiance en soi. Le partenaire devrait jouer le rôle du protecteur car elles risquent de se mettre en danger pour obtenir son approbation. Il primordial de les aider même en dehors de la sexualité à obtenir une valeur haute pour les stabiliser. Au risque de devenir la proie de pseudo dominants qui prendront l’ascendant et les blessent autant sur le plan physique que psychique.

Dans le cas de cette scène où keira se colle à la fenêtre pendant qu’elle se fait prendre par Mount, je ne pourrais qualifier le besoin de keira d’exhibitionniste.

C’est  lui qui l’expose pour montrer au monde extérieur qu’elle est à lui et que la jouissance qu’il tire d’elle, ses cries, ses gémissements assoient son contrôle sur son désir, son plaisir et son corps

Ce qui l’excite, c’est la peur d’être vue ou entendue le fait de l’exposer aux yeux d’inconnues va l’aider à rentrer en elle et se concentrer sur ses sensations et décupler son ressenti.

C’est la leçon de l’abandon. Le partenaire est en maîtrise de ce qui pourrait lui procurer du plaisir même si pour cela il la met en déséquilibre émotionnel.

La pièce est faiblement éclairée, mais suffisamment pour offrir une vue parfaite de l’extérieur

Le froid provenant de la fenêtre qui me fait trembler et la chaleur de Mount dans mon dos créent en moi des sensations contradictoires, mais habituelles quand je suis avec lui. Mount fait crisser la fermeture Éclair de ma robe en l’ouvrant. Ses doigts font glisser les bretelles de mes épaules, mais je les rattrape avec mes coudes, en serrant ma robe contre ma poitrine. – Quelqu’un pourrait me voir. Sa voix est basse et implacable. – Ils peuvent regarder, mais ils ne peuvent pas toucher ce qui m’appartient

mes deux mains à plat sur la vitre. Un grand frisson me parcourt, mes tétons se dressent

Ma peau touche la paroi de verre froide.

Sa main glisse alors sur mon ventre et vient jouer avec l’élastique de mon string qu’il fait claquer avant de l’arracher. Il prend ma chatte dans sa main pendant que ses dents frôlent mon épaule et qu’il grogne de satisfaction. –  J’ai intérêt à montrer au monde extérieur à qui appartient ce con, au cas où il leur viendrait des idées. Le frisson défendu à l’idée d’être vue ne fait qu’ajouter à mes émotions confuses. Mount glisse un doigt dans ma fente qui est déjà humide. Quand il le passe autour de mon piercing, je me mets à rouler des hanches. Tout mon corps meurt d’envie d’aller plus loin

Il continue à me baiser plus profondément avec ses doigts et je crispe les poings. Mais je m’efforce de les garder posés sur la vitre et de ne jamais rompre le contact, même lorsque Mount sort sa queue et entreprend de se branler entre mes fesses. – Un jour, bientôt, on ne se posera plus non plus la question de savoir à qui appartient ce cul parce que, quand je vais plonger ma queue dedans, tu vas hurler mon nom. Ses mots orduriers déclenchent un autre gémissement en moi. Mount bouge, il place son sexe devant mon con et enfonce le bout son gland. J’ouvre la bouche, prête à le supplier, sauf que cette fois-ci, il ne me fait pas attendre. Il s’enfonce profondément, en une seule poussée. Ses deux mains pressent les miennes sur la vitre. Il me laboure sans pitié, et j’adore chaque seconde

Si vous êtes adeptes de ce jeu, partagez avec nous vos expériences et vos impressions.

Sensuellement vôtre

Annah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.