Couple, amour à temps partiel

Posted on Sep 27 2016 - 9:40 by annah

Couple – amour – désir et séparation

Connaissez-vous l’amour à temps partiel ?

Il existe toute les formes de couple les fusionnels, les amoureux transits, les indépendants, les libertins, les poli amoureux…Disons que je rentre dans la 1ère catégorie « le couple fusionnel » . Aujourd’hui, il me faut revoir mes objectifs et vivre cette union à temps partiel ?

Et toi, dans quelle catégorie de couple es-tu ?

  1. Ceux qui vivent chacun chez soi, chacun pour soi, par choix ! Se voir uniquement quand ils le désirent, exit la monotonie du quotidien.
  2. Et ceux qui par obligation pour des raisons professionnelles, change radicalement la dichotomie du couple. Négocier avec la qualité et non la quantité, idée absurde mais bien réelle. Se voir et se goûter qu’un tout petit peu.
  3. Ceux qui vivent à côté l’un de l’autre mais s’ennuient

Pour ma part l’éloignement de corps est une horreur ! La raison l’emporte sur la passion. Je préfère de loin, l’un à côté de l’autre, l’un sur l’autre ou sous l’autre 🙂

Peut-on trouver un intérêt positif à cette situation de couple?

Il est dit que l’éloignement, l’absence accroît le désir ! Il est bon de ne pas être trop l’un sur l’autre, de ne pas trop se connaître, pour avoir plaisir à continuer à se découvrir.

Eh bien après un mois de diète, je peux vous affirmer que ce sont des foutaises.

Je ne connais rien de mieux que de se frôler, se séduire, se regarder au quotidien. Se réveiller s’emboiter, sentir la chaleur de l’autre, prendre ensemble ses repas, partager des discussions, se titiller, s’agacer, s’enlacer, et à nouveau se lover, s’aimer pour enfin s’endormir repus, abreuvé de plaisir

Je sais d’avance que mon avis tranché ne sera pas au goût de toutes. Certains couples ne tiennent que par l’éloignement sinon trop de disputes. Dans leur cas ce serait de vivre au quotidien qui serait une torture.

Pour mon amoureux et moi l‘éloignement est un vrai supplice !

coupleComment vivre avec ces manques physiques et émotionnels ?

On vit par bribes L’autre raconte ce qu’il a fait, ce qu’il a découvert…. sans toi. (j’ai vu ça, j’ai discuté avec, j’ai découvert ceci mais moi j’ai rien vu, rien ressenti hormis de la frustration.)

Si des femmes parmi vous, ont trouvé une contre partie intéressante merci de me le faire savoir dans les commentaires ci-dessous

Certains me diront qu’il est très intéressant de vivre pleinement ce manque. Il augmente le désir de l’autre et cela va accroître le plaisir au moment des retrouvailles.

Oui et non !

D’abord et ce, bien malgré moi, le quotidien avec son organisation, ses corvées ont tendance à passer en premier. POURQUOI???

Deuxième point, on court partout la semaine, le week-end on est vannée 🙁 trop contente de se nicher dans se bras chauds et réconfortants.

Et troisième point très étrange du fonctionnement du corps.
A vivre seule, il est plus difficile de redonner les rennes à un tiers.
Le corps est en berne et les retrouvailles ne sont pas aussi étincelantes qu’on le souhaiterait.
l’envie est là, le désir de l’autre mais le corps est comme endormi.

ETRANGE! C’est comme si le corps pour punir l’autre se refusait à son savoir faire. Il semble plus long à monter voire à ne pas exploser du tout Rrrrrrrrrrrrrr

La mécanique du corps nous échappe ainsi que toutes les belles théories.

> Est-ce pareil pour vous ?

Questions

  1. Doit-on marquer davantage son territoire quand on rentre ?
  2. Doit-on être entretenir un lien plus sexuel pendant la semaine, tchat sensuel image érotique vocabulaire plus cru ?
  3. Doit-on fantasmer sur la manière sensuelle d’accueillir ce retour ?
  4. Doit-on s’accorder un temps sensuel plutôt que sexuel pour au préalable retrouver ses marques ?

A votre tour de me donner des conseils bien que j’ai déjà ma petite idée 🙂
Il est possible pour une fois que je m’adresse à un public restreint. Désolée !

Pour celles qui souhaiteraient être accompagner dans leur changement de vie, on se retrouve sur le site de coaching intime

Je vous embrasse

Annah

3 Comments so far. Feel free to join this conversation.

  1. fredouille 26 octobre 2016 at 22 h 40 min - Reply

    … le couple fusionnel … oui, j’en suis aussi ! 26 fois j’en suis, 26 fois plutôt qu’une ! Pourquoi 26 ? Ce n’est pas la taille de mon sexe ! 26 c’est la date d’aujourd’hui. 26 c’est probablement le nombre de fois que je lui ai demandé avant qu’elle ne le fasse enfin, avant qu’elle n’y arrive aujourd’hui. 26 c’est certainement le nombre de minutes qu’elle a pris. 26 c’est presque le nombre de secondes pendant lesquelles je l’ai vue se cambrer sous le plaisir de la jouissance alors que pour la première fois elle arrivait à jouir devant moi en se caressant le clitoris. 26 c’est la date d’aujourd’hui. 26 c’est aussi le nombre d’années qui nous sépare depuis notre première rencontre. 26, c’est surtout le nombre d’années d’un amour réciproque qui n’a pas faibli. 26/10/2016

  2. Thalie 15 mars 2017 at 0 h 56 min - Reply

    L’homme que j’aime vit loin de moi. Heureusement que les sextos existent, la matin avant de partir travailler, nous prenons le temps de nous émoustiller, de nous imaginer ensemble . Nos corps se réveillent avec le désir de l’autre. C’est ainsi que je me suis découverte femme fontaine.
    d’être seule m’a permis de m’explorer.
    Il y a maintenant les sex-toy connectés.

    • annah 15 mars 2017 at 13 h 30 min - Reply

      j’apporterais une petite rectification à ton témoignage votre désir s’éveille en même temps que vos corps et se prolonge avec la faim de l’autre. La connaissance de soi permet d’accepter d’agrandir son champ d’action et c’est encouragé par l’autre que l’on peut se déculpabiliser de se croire « hors norme » et ce n’est que le début !

Leave A Response