Ma queue éclatait sous tes lèvres Comme une prune de juillet.
Guillaume Apollinaire

C’est une cuisse blanche à la mienne enlacée Un regard embrasé d’où jaillit la pensée Ce sont surtout deux seins Fruits d’amour arrondis par une main divine Qui tous deux à la fois vibrent sur la poitrine Qu’on prend à pleine mains!
Alfred de Musset

Ah! baise-moi des baisers de ta bouche! Car tes amours sont plus délicieuses que le vin, Et tes parfums ont une odeur suave; Ton nom même est un parfum répandu, C’est pour cela que t’aiment les jeunes filles. Entraîne-moi à ta suite; courons! Le roi m’a conduite dans ses appartements. En toi nous frémissons de joie et d’allégresse. Tes caresses nous griseront plus que le vin, Comme on a raison de t’aimer! Le Cantique des cantiques

et vous comment entretenez-vous votre désir ?

Annah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.