LIVRE DU MOIS : Histoire érotique Annabelle de Sara.Agnes.L

Annabelle de Sara Agnès L.

Sara Agnès L
histoire érotique BDSM

 

Résumé Une éditrice de littérature adolescente se fait transférer un auteur érotique dont les textes n’ont rien à voir avec une sexualité traditionnelle. Annabelle devra donc faire ses preuves pour amadouer l’auteur, mais à quel prix ? Alors qu’elle mise sur son professionnalisme hors pair, John lui fera découvrir tout un monde dans lequel elle basculera petit à petit.

 

Mon avis sur Annabelle tome 1

Sara. Agnès. L, reste l’une de mes favorites du genre érotique. Elle ne s’arrête pas à accumuler les exploits érotiques où la femme n’est plus qu’une poupée gonflable dans laquelle n’importante et surtout le plus grand nombre peuvent la défoncer.

Elle traite des sujets dérangeants sans complaisance. Elle pose une histoire qui se lirait très bien sans toutes ces scènes sexuelles. Elle sait nous captiver. Elle maintient la pression et garde le dénouement jusqu’aux dernières pages. L’écriture est fluide. Elle nous questionne au travers de ses personnages. > Elle m’a souvent déstabilisée !

On s’offusque. Je me souviens avoir beaucoup pestée, après l’héroïne au début du livre « mais quelle idiote de céder si vite. Pourquoi et comment peut –elle accepter ça. Au prix de quelles compromissions.

Les scènes BDSM sont tellement bien décrites qu’on a l’impression de jouer les voyeurs. Pour ma part, ces passages ont été très très dérangeants, je me suis même demandé, si j’étais capable d’en lire davantage? Comme je vous le disais, elle n’épargne rien, ni le lecteur, ni ses personnages !

  • N’aillez pas peur, allez jusqu’au bout.
    Si je devais noter un tel roman, je lui mettrais au moins un 8/10

Pour celle qui en redemanderait, il y a une suite…mais que dans quelques semaines, patience !

Formats exsistants Chez ATRAMANTA

Version PDF (lecture sur ordinateur)
Version EPUB (lecture sur liseuse/tablette)
Version Amazon Kindle (format Mobipocket)

aussi disponible chez  Fnac.com, iTunes,

Bonne lecture

Livre de la semaine : LA RENCONTRE de Paul Fontaine

Bonjour à toutes !

Un petit peu de lecture avant le week-end.

J’ai toujours beaucoup de mal à trouver de bons auteurs dans le domaine du roman érotique.

Je tenais à vous faire partager ma trouvaille.

Le sujet bien qu’un peu lourd mérite le détour. Ames douillettes tournez la page !

plaisir ou torture roulette de rotenberg Photo de paul fontaine
plaisir ou torture
roulette de rotenberg
Photo de paul fontaine

La rencontre par Paul FONTAINE
son écriture et sa vision permet d’alléger et rendre intéressant ce sujet SM.

celle d’êtres humains, heureux dans une relation forte, sans tricherie.

 

 

La relation de domination/soumission est une relation qui doit être basée sur l’échange, le respect, l’attention à l’autre. Je ne cherche pas à faire du prosélytisme, j’apporte juste mon témoignage, à partir de mon expérience d’une relation réussie.
Paul Fontaine

Le contrepied de l’auteur de présenter le livre au travers de la vision du maître. Il humanise le dominant trop souvent perçu comme bourreau. Il nous fait partager ses doutes, nous transmet ses émotions et le tout avec beaucoup d’humour.

> Je voudrais, par ce roman, rendre hommage à la Femme qui offre sa soumission, sa confiance, son abandon, son lâcher-prise. C’est la soumise qui fait le Maître, c’est elle qui lui confie, à travers son obéissance, la responsabilité de son plaisir, de sa sexualité, de son épanouissement…

…Car sans soumise, point de Maître.

Attention cette œuvre est encore en cours d’écriture !
Pour les plus impatientes s’abstenir, on est très vite captivée et l’attente du dénouement ce veut pesante …….

Moi, j’ai pris un vrai plaisir et je me languis de la suite.

Je ne me vois pas rejouer Sodome et Gomor dans la chambre à coucher et bien que peu portée sur le châtiment, je me suis beaucoup amusée. Il y a quelques passages qui pourront vous donner des idées faciles à transposer. Il est fait étale d’un très grand nombre de plaisirs!

Je ne vous cache pas que par mon côté coquine, j’aurais bien voulu être une petite souris au restaurant quand la télécommande a actionné la mise en marche de jouets intimes de ces dames HIHIHI

> Postez vos encouragements pour l’auteur peut être cela l’aidera à nous offrir plus vite la suite 🙂

Bonne lecture ! sur atramenta

50 NUANCES PLUS SOMBRES

Bonjour à toutes

Pour celles qui ont accepté de monter dans le train de FIFTY SHADES of GREY «  cinquante de nuances de GREY »

Voici le 2e volet de cette trilogie : « Cinquante nuances plus sombres »50 nuances plus sombres

Êtes-vous restées sur votre faim après cette rupture déchirante? Ana était incapable de supporter qu’on lui fasse mal et la fessée de punition fut la limite à ne pas dépasser. C’est le cœur en miette qu’elle claque la porte. Alors, alors……………. RIEN !!! Continuer la lecture de 50 NUANCES PLUS SOMBRES

50 NUANCES DE GREY ou Fifty Shades of Grey

Voilà j’y suis le blog à sa rubrique LIVRES et @book en partenariat avec e-book occasion spécialiste des livres numériques d’occasions.

J’essaierai de vous proposer un livre érotique tous les mois.

Je commencerai avec l’incontournable et très controversé 50 nuances de GREY

Je ne pouvais pas passer à côté d’un tel phénomène de société !

littérature erotique
50 nuances de GREY
E.L.JAMES

A moi, le petit couplet sur cette trilogie !

Que dire ?

Tout le monde en a parlé et les adeptes du gargarisme intellectuel en parlent encore !

Cette trilogie a été décriée dans : les journaux, TV, magazines féminins en tous genres même les quotidiens régionaux y sont allés de leur couplet, que rajouter de plus.

Les critiques, les écrivains, les vrais et même les auteurs de romans érotiques vous diront que c’est un navet, fade sans histoire en plus mal écrite

  • Seule critique positive  « le magazine Elle » ce roman va révolutionner votre vie sexuelle !

Mon Avis
La coquine que je suis a été amusée d’être prise dans le pot de confiture comme lorsqu’enfant je lisais les romans Harlequin.

J’ai lu la trilogie en 1 week-end !!

Je me suis beaucoup amusée à cette lecture dévergondée pas tant que l’histoire soit plausible cela dit nous étions déjà habituées avec nos contes pour enfants. C’est la version revisitée de cendrillon, sexuée et plus que satisfaite.

Au moins, cette fois, une partie de l’histoire sur le plaisir et pas la moindre semble plus facile à transposer dans notre vie. C’est votre couple qui va en avoir les bénéfices. Attention aux fesses rouges !

Ce roman à démocratisé l’utilisation de gods, vibromasseurs et liens en tout genre !
Nous avons enfin le droit d’user des menottes sans passer par la case BDSM.

Les pompiers n’ont pas fini d’intervenir chez des couples qui auront oublié leurs clés J

Voilà ce que représente ce roman, un BON pour le plaisir sans honte sans connotation pervers
Chacun fait ce qu’il veut dans sa chambre, vous êtes des couples, adultes et consentants

Quelle progression, quel chemin avons-nous faits pour osez sans honte revendiquer le droit d’avoir des lectures pornographiques d’où son nom « MUMMY PORN »

Cela m’a amusée de vous imaginer, vous, toutes ces femmes et quelques hommes, faire la queue dans votre librairie avec le passage obligé devant la caissière et vous les joues roses avec l’un des 3 livres dans les mains !!

Alors, à l’avenir pour les plus timides, n’hésitez pas à télécharger la version numérique sur le blog Annah

Déculpabilisez-vous et amusez-vous et usez de gourmandise

E.L JAMES nous dresse un tableau romantique avec beaucoup de passages par la chambre rouge de la douleur !! Douleur, Douleur pas tant que ça puisqu’ apparemment elle a l’aire de prendre un vrai plaisir et la phrase qui reviendra très souvent « vous satisfaire est ma priorité »! Plutôt encouragent !

Attention même si le personnage principal est présenté avec un penchant pour le BDSM vous ne trouverez aucune scène qui s’en rapproche même un peu. Il nous est compté juste du sexe soft !

C’est un roman érotique qui fait du bien à notre libido.

Pile ce qu’il nous faut pour se réchauffer de ces dernières journées moroses

NON, toujours pas intéressée ! Au moins, j’aurais essayé!

Pour les curieux qui se laisse tenté, au pire vous aurez perdu 4heures de votre temps et pleins de scénarios à ramener dans votre chambre.

Petit rappel :
pour ceux qui n’ont pas fait partie de la 1ère vague des 40 millions de lecteurs et lectrices

Jeune femme vierge inexpérimentée étudiante encore dans sa bulle. En face l’homme d’affaires impétueux, ambitieux et milliardaire, de surcroît adapte des pratiques BDSM où les sentiments n’ont que peu de place.

 Résumé du 1er : 50 nuances de Grey

Lorsqu’Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe le richissime jeune chef d’entreprise Christian Grey, elle le trouve très séduisant, mais profondément intimidant. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l’oublier – jusqu’à ce qu’il débarque dans le magasin où elle travaille et l’invite à un rendez-vous en tête-à-tête.

Naïve et innocente, Ana ne se reconnait pas dans son désir pour cet homme. Quand il la prévient de garder ses distances, cela ne fait que raviver son trouble.

Mais Grey est tourmenté par des démons intérieurs, et consumé par le besoin de tout contrôler. Lorsqu’ils entament une liaison passionnée, Ana découvre ses propres désirs, ainsi que les secrets obscurs que Grey tient à dissimuler aux regards indiscrets…

Bonne lecture !

  • Postez un billet pour donner votre avis pour ou contre
  • Dites moi ce que vous en avez fait

Trilogie E.L. JAMES
50 nuances de Grey
50 nuances de Grey plus sombre
50 nuances de Grey plus claires

Vous pouvez retrouver toute la collection de 50 Nuances de GREY, Au format Ebook et En Occasion sur notre site Partenaire:http://ebook-occasion.com/53559-mommy-porn-

50-nuances-grey250

ou au format papier chez amazon

IDEE DE LECTURE : « JEUX ATTACHANTS »

Récit écrit par ERIK –  PENSEES COQUINES

Je vous soumets une petite nouvelle écrite par un homme que je n’ai pas encore eu le plaisir de rencontrer !

J’ai trouvé son travail très intéressant et je pense qu’il vous donnera l’étincelle pour passer à l’acte

« JEUX ATTACHANTS » est une nouvelle érotique qui  illustre bien mes propos de la semaine !

Quand un couple dépose ses fantasmes, l’idée germe doucement jusqu’au jour ou l’un des partenaires devienne le metteur en scène.

Bonne lecture,

Me voici au pied du mur. Nous en avons souvent parlé avec Julien. Qui a été le premier à lancer le sujet ? Lui, sûrement ! Qui a été le premier à y penser ? Pour être franche, je ne le sais vraiment pas. Ce qui est sûr, c’est que mon homme a su prendre le temps. Le temps pour que ce fantasme investisse mon esprit, mes pensées, mes rêves. Le temps pour que j’en arrive à être impatiente qu’il se réalise. Je n’ai rien dit à Julien, mais il a su quand j’étais prête. Et maintenant, me voila debout devant lui, vêtue d’un ensemble en dentelle rouge, avec mon porte-jarretelles noir qui remonte haut sur mon ventre et mes bas noirs. Sur le lit, trônent les objets de mon fantasme qui me font déjà frissonner : des liens et un bandeau. Les premiers accords d’une symphonie de Gustave Mahler jaillissent des haut-parleurs.

Sans un mot, Jérôme me montre le bandeau. C’est moi qui dois le mettre en place pour débuter la séance, montrant ainsi mon plein acquiescement. Tout à l’heure, c’est moi aussi qui retirerai mon bandeau, quand la musique ce sera tue. Et même en cours de séance, si je veux abdiquer, la phrase convenue est « Y’en a marre de Mahler » ! Je mets donc mon bandeau avec application. Je ne veux rien voir, même pas une fine bande sur les côtés. Je tends les bras et mon homme m’entrave les poignets. Il a du s’exercer : les liens ne me font pas mal, bien que je sois dans l’incapacité à les faire glisser. J’entends quelques pas sur le parquet, puis ses doigts sur la fermeture de mon soutien-gorge. Il l’enlève. Encore quelques bruits de pas et je sens sa langue, puis sa bouche sur mes tétons qu’il mordille quelques instants. Il me tire par les cordes, m’oblige à avancer. Il me fait monter sur le lit, à plat ventre. Mes mains sont contre les barreaux de la tête de lit, liées à eux.

De nouveaux liens enserrent mon coude droit. Ça, on n’en avait pas parlé. Mais je ne dis rien. Je lui fais confiance. Ses mains saisissent mon genou droit, m’obligent à le remonter jusqu’à ce qu’il touche mon coude. Les voici liés l’un à l’autre. Il les tire un peu vers l’extérieur. Le même manège se reproduit sur le côté gauche. Je dois être d’une indécence totale, mon postérieur ainsi exposé. Mon sexe et ma raie juste protégés par la fin tissue de mon string

Quelques bruits de pas, puis plus rien. L’attente. Je ne dis rien. Je ne veux pas l’implorer. Je me concentre sur la musique. Je ne veux pas penser à mon impossibilité de me libérer sans son aide. A la symphonie s’ajoute le bruit d’une ambulance, puis des cris d’oiseaux, le chant d’une baleine, des bruits de pas, des conversations. Julien a ajouté différents bruitages à la musique. Il est très doué à ce jeu là. Mais je ne suis pas bête non plus. Je sais ce qu’il cherche, me désorienter, m’empêcher de discerner le vrai du faux dans les bruits qui me parviennent. Ne pas savoir si nous sommes seuls ou non.

J’en suis encore à ces réflexions que je sens quelque chose de froid contre ma fesse. Un objet tout en long. Métallique probablement. Il glisse sur ma peau. Se soulève. Se repose ailleurs. Glisse à nouveau. Puis un clac sonore. J’y suis. Des ciseaux ! Des dizaines de clacs. Ils s’attaquent à mon string. Le tissu glisse, mon intimité est maintenant complètement exposée.

De nouveau l’attente, l’ouïe brouillée par tous les bruitages superposés à l’œuvre de Mahler. Malgré moi, je sens l’excitation monter. Oh, quelqu’un souffle sur mon entrejambe. C’est très agréable. Je dois faire un effort pour ne pas bouger, ne pas gémir, rester impassible. En plus du souffle, je sens maintenant une douce caresse, très fine, faisant des arabesques sur mes fesses puis glissant sur mes cuisses, prenant soin de ne pas se poser directement sur ma fente. Un pinceau, oui c’est ça, c’est avec un pinceau de peintre qu’il me caresse. Enfin si c’est bien Julien, car il m’est impossible de le vérifier. C’est trop bon, je ne peux plus m’empêcher de bouger les fesses pour répondre à ces douces caresses, de gémir de contentement. Et comme en récompense, le pinceau vient jouer sur ma fente, glisse dans mon vagin, enveloppe mon clitoris. Ne pouvant me caresser, je frotte mes seins contre les draps. Tout mon corps réclame du plaisir ! Cet amuse-bouche est délicieux, mais jai hâte d’arriver au plat de résistance. Mais je me tais. Je ne m’abaisserai pas à le supplier…

Un nouveau blanc. Le pinceau s’est retiré. La musique est de plus en plus forte. Les bruitages sont toujours là. Je ne sais plus ce qui se passe dans la pièce. Quelque chose de dure glisse à l’orée de ma grotte, parcourant ma fente de bas en haut et de haut en bas. Ça a la taille d’un gland, mais c’est trop froid pour être la queue de mon homme. Ça me pénètre et commence des va et vient. Oui, le doute n’est plus permis. Il s’agit bien d’un gode. Il va et vient profondément en moi. Quand j’entends le bruit de succion, j’ai un peu honte. Je dois mouiller en abondance. J’aime cette situation et ça se voit ! Quand je sens une main prendre appui contre mes fesses, un doute me saisit. Elle est trop fine pour être celle de Julien. Trop fine pour être masculine même. Est-ce une femme qui me baise avec ce toy ? Une vague impression de ressentiment me traverse. Julien. Comment a-t-il osé ? Il sait bien que je ne suis pas attirée par les femmes. Certes, il m’est arrivé de flirter avec l’une ou l’autre lors de nos soirées libertines. Mais j’en ai toujours conclu que j’étais 100% hétéro. Il le sait bien. Mais je ne dirai rien. Je m’en suis remise à lui. Il fait de moi ce qu’il veut.

Après être un moment resté plongé dans mon minou, le gode va et vient beaucoup plus vite. La main posée sur ma fesse est bien plus grosse, masculine maintenant, sans aucun doute. Un pouce inquisiteur prend possession de ma raie, vient titiller et assouplir ma rondelle. Je me sens complètement à sa merci. Son jouet consentant. Il presse plus fort sur mon anus et je sens mon anneau céder pour laisser passer ce pouce. Je perds mes repères habituels : humiliée devant je ne sais pas combien de regard, consentante malgré tout, excitée comme jamais, salope même ! Une pensée fugitive me perturbe. Et si quelqu’un prenait des photos, ou même me filmait ? Non, on avait été clairs sur ce sujet. Je fais confiance à Julien.

Le pouce tourne dans mon petit trou. J’ai un peu mal. Mais il se retire bientôt, remplacé par quelque chose de dure, comme une boule puis un rétrécissement autour duquel mon anus se resserre. Un plug. Ils m’ont pluguée ! Les va et vient du gode en moi reprennent de plus belle. Je ne sais pas qui le manipule, mais il sait y faire. J’oublie rapidement l’autre toy pour ne plus faire attention qu’à mon plaisir qui monte inexorablement… avant que le jouet ne soit retiré et me laisse haletante, insatisfaite !

– Non ! J’ai trop envie, je veux être baisée ! Baisez-moi ! S’il vous plait…

Julien a gagné. J’en suis consciente. Je m’abaisse pour me faire prendre. J’ai trop envie ! Et rien ne se passe. Je suis là pantelante, le cul plugué. J’en pleurerais de frustration, de désir, tout amour propre refoulé.

Enfin, je sens un sexe, un gros, un vrai me prendre les mains agrippés à mes hanches. Il va et vient en moi rapidement. Mon plaisir monte. Oui, je sens que je vais venir ! Oh non, il se retire et je sens son sperme gicler sur sur mes fesses, jusque dans mon dos… Me laissant insatisfaite.

Plus rien pendant plusieurs minutes. Julien serait-il capable de me laisser ainsi ? Veut-il me punir d’avoir voulu jouer ce jeu ? Je ne veux pas y croire.

Enfin, après une attente qui m’a paru interminable, une nouvelle queue ramone à nouveau ma chatte. Mon plaisir monte à nouveau. Cette fois-ci, je ne fais rien pour me retenir. Je veux jouir, maintenant. Tant pis si je viens avant lui. C’est bon, c’est si bon. Je ne pense plus qu’à ça. Je n’entends même plus la musique. J’imagine le spectacle que je dois donner, mon postérieur exposé, mis en valeur par mes bas et mon porte-jaretelle, le plug sortant de mon petit trou, cette queue me pistonnant, me ramonant…. Ouiiii, je laisse l’orgasme me posséder, je crie !

A nouveau, du sperme macule mes fesses, souille mes bas. Je me laisse un instant gagner par une douce torpeur.

Quand je reprends pleinement conscience. Quelqu’un défait mes liens et me fait mettre debout. Dix secondes plus tard, la musique s’arrête. Je retire mon bandeau et le pose sur le lit à côté des liens, d’un gode très réaliste et d’un plug.

– Les autres sont partis, demandais-je ?

– Les autres, mais quels autres ?

Vous pourrez retrouver d’autres récits et l’actualité littéraire d’Erik sur
 http://eriktorrent.canalblog.com/