INTERVIEW Odile Bréhat écrivain

Tout d’abord, merci Odile d’avoir bien voulu répondre à quelques questions!

Comment vous est venue l’idée d’écrire et surtout des romans érotiques ?

Quand j’étais petite, j’écrivais perpétuellement et j’avais une imagination débordante. Mais à l’école on m’a très vite brimée, car il fallait se contenter de commenter des auteurs et des textes choisis, ou écrire sur un sujet imposé avec une structure de plan très rigide

Je suis tombée dans l’érotisme après avoir lu Sarah Agnès L. que j’ai adorée (Annabelle en particulier)

Pourquoi vous êtes vous lancé dans l’écriture de votre roman ?

j’ai  lu le fameux 50 shades parce que tout le monde en faisant une montagne et j’ai été totalement déçue. En fait l’histoire aurait pu tellement être mieux exploitée, j’en suis ressortie frustrée par le personnage féminin qui m’a très fortement horripilé. Du coup je me suis écrit mon roman (Et Rougir de Plaisir). Cela m’a permis d’évacuer la frustration et de me faire plaisir

Shunga est déjà votre 2e roman, précédemment vous avez sortit
« Et rougir de plaisir »

Comment c’est passé l’écriture?

Je trouve que je m’en suis mieux sortie avec Shunga qu’avec Et Rougir de Plaisir, sûrement car le premier roman a dérouillé un peu ma plume. Cela faisait des années que je n’avais rien écrit.
Je suis d’accord avec vous, pour ma part, je n’ai pas accroché. C’est un bon point de départ pour développer les personnages de second plan dans shunga

Lien 

Comment se developpe l’exercice d’écriture?
Comment trouvez-vous votre sujet?

Souvent le début d’une histoire me vient quand je suis dans un état un peu inconscient juste avant de m’endormir. Je mets alors l’idée de côté, je la cultive on peut dire et je vois si ça prend racine.

Concernant le mécanisme d’écriture, c’est assez complexe à expliquer. C’est comme une émotion qui déborderait par mes doigts sur le clavier. J’ai tout de suite plusieurs situations qui me viennent à l’esprit. Je les jette sur une page et après les mécanismes, les interactions entre les protagonistes se dessinent un peu mieux. Je vais passer pour une folle, mais je compare cela à un état proche de la transe.

Lorsque j’écris, je ne perçois plus rien autour de moi, je suis dans ma bulle, et je n’ai pas l’impression de réfléchir, mais juste que ça dégouline de moi. Je prends beaucoup de plaisir à faire vivre mes personnages de papier.

Et pour les scènes de sexe ?

Pour décrire les scènes de sexe, je mélange fantasme et vie réelle. Je ne sais parler que des émotions que j’ai déjà ressenties, c’est pourquoi je m’inspire de mes sensations pour dépeindre celle des personnages.

Vous arrive t-il de prendre des idées des romans que vous lisez ?

Souvent je me dis : « mince pourquoi je n’ai pas eu l’idée de cette histoire ? »

j’ai peur de me faire influencer et de plagier inconsciemment alors je cesse  de lire des roman !

Avez–vous déjà le prochain en tête ou une petite idée du sujet pour nous faire languir ?

Je pense que pour le prochain je vais explorer le côté fantastique des légendes populaires et urbaines.

Auriez-vous des auteurs à conseiller à mes lecteurs ?

  • le tout premier que j’ai lu c’est Sade « Justine » et j’ai adoré

Sinon comme auteur contemporain,

  • je place Sarah Agnès vraiment très haut.
  • J’ai aussi beaucoup accroché sur Paul Fontaine et son univers BDSM
  • Irène Cao et
  • Tara Sue Me viennent ensuite dans mes préférences

Savez-vous si ce 2e roman Shunga a bien été accueilli ?

Oui j’ai eu 3 fois plus de lecteurs que pour « et rougir de plaisir » 859 personnes ont déjà téléchargé SHUNGA et il a eu de bonnes critiques sur Atramenta

Commentaires
Très bon texte, évocateur, bien écrit par une femme qui semble avoir une excellente expérience. Dans les descriptions érotiques, les détails intimes et les mots prononcés revêtent une importance particulière et l’auteure semble exceller dans le déroulement du déchaînement amoureux. GC

A vous de plonger et me dire ce que vous en avez pensé !

A bientôt
Annah

Livre du mois : SHUNGA d’Odile Bréhat

gentleman à louer - SHUNGA d'odile bréhat
gentleman à louer – SHUNGA d’odile bréhat

Caroline fait appel à un escort-boy pour l’accompagner dans un restaurant un peu spécial. Elle ne sait pas encore où la mènera cette aventure..

Encore une belle pépite française à l’état brut.

SHUNGA

de son ancien titre, je le trouvais plus sensuel ! ca donnait un peu du mystère ! On s’attendait davantage à plonger dans l’univers des geishas ou dans le libertinage japonais.

Aujourd’hui c’est:

Gentleman à louer

> titre plus racoleur pour les lectrices de romans érotiques et plus vraisemblable avec l’histoire.
Dans tous les cas, cela ne retire rien au contenu qui est splendide.

Ce nouvel auteur vient à peine de plonger de l’écriture érotique.

Comme quoi des vocations arrivent à tout âge !

Et, je peux vous dire qu’ elle aurait des leçons à donner à ses paires. Les standards du genre mommy porn américains qui dégoulinent de superlatifs, qui étalent le luxe comme référence d’une interaction sensuelle et sexuelle. Des histoires vides et insipides comme peut en écrire Sylvia Day pour ne nommer qu’elle.

Je n’en pouvais plus de lire les mêmes scénarios,  l’idiote du village, la pauvre secrétaire ou l’étudiante qui tombe éperdument amoureuse  du plus bel homme de la planète, richissime surtout. Marre des contes de fées pour midinettes. Vous savez, les histoires des éditions Harlequin ennuyeuses à mourir.

Je cherchais ce que j’allais vous présenter ce mois-ci et je suis tombée par hasard sur Odile Bréhat.

C’est un auteur comme je les aime, humain, gourmand et hédoniste

J’ai plongé tête baissée dans son 2e roman, l’histoire d’amour très cochonne est dépeinte sans vulgarité, les fantasmes restent réalisables et semblent empreints d’une certaine expérience, un subtil mélange entre son vécu et une bonne dose d’imaginaire.

Son roman est plein de rebondissements. Le style est fluide et le vocabulaire élaboré. Enfin quelqu’un qui n’a pas besoin de dire ma grosse queue, mon membre ou ma bite pour parler de virilité.

Vous n’allez pas vous ennuyer !

Nous sommes de la même génération et avons en commun plusieurs auteurs érotiques. Tout comme moi, elle a un faible pour Sara Agnès. Je vous l’ai présenté, il y a déjà quelques mois avec le roman ANNABEL 1 et ANNABEL 2

Voici ce qu’elle en pense :

« Ce qu’elle écrit est délicieusement porno, les histoires sont bien construites, vraisemblables, on peut se projeter et surtout elle utilise un style simple qui rend l’histoire dynamique et vivante. »OB

  • Cette réplique peut tout à fait s’applique à Odile Bréhat

J’aime son parti pris, la sincérité de son écriture. L’histoire d’amour en toile de fond se tient sans compromis. Elle malmène ses protagonistes. Vous allez retrouver toute la palette des sentiments  que l’on peut ressentir lors d’une rupture. Toutefois, elle a su alléger le récit en parsemant de petites touches d’humour.

Je repense notamment moment où Caroline est surprise sur les containers à poubelles en tenue de soirée juste pour pouvoir s’infiltrer dans une soirée privée ! et bien évidemment, elle se fera surprendre…

C’est une très belle histoire sensuelle qui met en avant les relations humaines, quelles qu’elles soient.
Elle montre joliment une autre manière de vivre l’amour, que l’on soit hétérosexuel, lesbien ou homosexuel.

Le plaisir sera au rendez-vous, bien sûr ! De scènes érotiques, celles du « dark shunga » sont incroyables, intenses à souhait, des détails intimes, un bon rythme, je ne doute pas qu’ils sauront vous donner quelques idées.

daito-keigo-2_jpg!xlSmall

Ce roman a réveillé la voyeuse qui sommeillait et peut-être que je me suis retrouvée dans le côté maso de Caroline.

Extrait :

J’envoie valdinguer la petite voix qui me dit de reprendre le contrôle et m’abandonne corps et âme à ses désirs…

Il caresse les manques qu’il a laissés sur mon corps et j’avoue avec trouble, j’adore qu’il me tatoue ainsi…

S’il me veut douce et obéissante, je saurais me faire douce et docile, parce que malgré moi, malgré tout, je lui fais confiance aveugle et je crois que j’ai follement envie de me laisser guider….

Petit plus, les scènes du restaurant shunga au début du livre, sont très visuelles.

peinture japonaise
peinture japonaise

Je suis allée faire quelques recherches et voici ce que j’ai pu dénicher sur le « shunga »

C’est une représentation érotique de la vie joueuse menée dans les palais japonais. Une satire représentant l’homme et la femme dans la vie quotidienne, habillés pour  bien mettre en valeur la partie dénudée et caricaturée (taille des organes génitaux peu réaliste)

Ces scènes offrent une grande variété de mise en scènes généralement hétérosexuelles, mais pas seulement. On peut voir notamment  des scènes homosexuelles, lesbiennes et même de scènes de zoophilie qui on trouvé clémence au travers de cet art.

Les peintures japonaises alimentent bien l’imaginaire sans rentrer dans la vulgarité

peinture érotique japonaise
peinture érotique japonaise

a-shunga-1_jpg!xlSmall a-shunga-4_jpg!xlSmall

Bonne lecture

On se retrouve la semaine prochaine pour l’interview avec Odile
Annah

LIVRE Irène CAO « tout entière »

Ce 3e volet

ceedit photo edition lattès
crédit photo edition lattès

Tout entière

est une pure merveille beaucoup plus intense que les 2 précédents. On est balayé par la force des sentiments. On est ému et attristé par son récit. On a la larme à l’œil parfois, mais c’est avec le sourire la plupart du temps qu’on accompagne la vie agitée de l’héroïne. Cette histoire est empreinte de tendresse.

On la suit avec autant d’attention qu’avec une amie qui vient partager un moment de vie.

Ce roman est vraiment émouvant sur bien des égards, l’amitié et ses travers dans le temps. La passion nourricière et dévastatrice. L’amour inconditionnel pour un homme, un amant, un mari pour découvrir que c’est son âme sœur.

> Elle ne fait pas dans les compromis, pas de platitude, de passages mièvres ou fleur bleue.

« Tout entière »

est surprenant dès les premières pages. Le besoin d’autodestruction, l’auteure n’épargne rien à son héroïne. Les rebondissements arrivent avant même de se lacer. Pas de redondances. Déjà les dernières pages sont là après 3 petites heures,  j’ai un goût de trop peu !

Un roman pour adultes qui n’occulte pas notre sexualité sans pour autant tomber dans le salace ou la pornographie

Mon reproche c’est tout bonnement trop court, une quinzaine d’heures m’auront suffit pour mettre un terme à cette trilogie passionnante.

Pas étonnement qu’elle remporte un tel succès.

Je finirais avec ce passage très encourageant

« Les gens heureux voient tout plus beau, parce que le regard qu’ils portent sur le monde reflète les couleurs de leur âme »

Auteure à suivre!

credit photo edition latès
credit photo edition lattès

Bonne lecture!

Je vous laisse en de bonnes mains avec cette trilogie italienne d’Irène CAO!

 

Pour vous mettre en appétit petit extrait

les jambes bloquées par les siennes, j’essaie de me retourner : une étincelle diabolique danse dans son regard de braise. D’une main, il me caresse les fesses, les malaxe avec délices pour détendre mes muscles. Un de ses doigts glisse alors au-dessus de mon vagin et s’immobilise juste avant mon anus. Il ne veut quand même pas…….

 

curieuse pour savoir la suite il faudra le lire 🙂

à très bientôt
Annah

 

Un nouvel auteur érotique CLAIRE DE LA CHATLYS

Avis aux ronchons du lundi, il vous est fortement conseillé de passer à une autre lecture!

La semaine d’après météo France s’annonce orageuse alors pour mettre un peu de baume au cœur et rappeler à l’ordre certain casanier caché derrière leurs écrans qui sont restés à l’heure d’hiver !

Je voulais partager avec vous, les écrits érotiques d’une auteure que je suis depuis presque 6 mois.

CLAIRE DE LA CHATLYS est un blog où vous trouverez bon nombre de publications, d’écrits érotiques, ebooks, textes et poèmes érotiques, peinture même.

claire de la chatlys
photothèque privée claire de la chatlys

L’artiste De la CHATLYS,  est complète dans le domaine de la sensualité.

Avec son accord, voici un extrait pour titiller votre libido, en ce début de semaine

Corsé

Le drap n’est plus. La nuit non plus. Étriquée dans mon uniforme, je me presse. Après la douche et mon café corsé, je rassemble mes affaires. En me dictant mes oublis possibles et impardonnables : Sacoche dans l’entrée à ramasser. Clefs sur le comptoir à récupérer. Baiser à te livrer…, et tout ça, juste avant de filer telle une chatte…

Allongé comme une offrande à l’air, tu dors. De ta beauté forte et fière. Me cachant ta toute-puissance. M’offrant le dessin de ta peau. Comme il serait plaisant de te succomber. De caresser ton dos. De me perdre sur tes fesses. De succomber entre tes cuisses. Et sans mots dire, de dévorer tes bourses pleines avant de gober ta grande bonté… 

Faites vous plaisir!

Tournez sur le blog et sa page facebook.

Régalez-vous de ses écrits érotiques, de ses mots taquins, la coquine est généreuse et sans chichi!

> Pour ceux qui souhaiteraient poster un commentaire, tous les encouragements seront les bienvenus!

120px-Attentionceux qui trouvent de la jouissance dans la descente en flèche, qui ont les mots durs et amers du frustré qui n’osent rien.

La demoiselle a du répondant!

C’est aussi pour sa plume acerbe que je l’apprécie.

A bon entendeur de l’auto-érection voici un petit texte qui résume bien ce que tout blogueur vie au quotidien

L’auto-édition du net ne doit pas devenir une auto érection. Elle doit être une base plurielle ouverte à tous afin de se faire plaisir. De se détendre dans la lecture d’informations dont on n’aurait pas forcément accès sans le net et la profusion des échanges immatériels.  la suite 

Bonne Lecture érotique et une Bonne semaine
Annah

Irène CAO : « POUR TES LEVRES » Tome 2

Sur tes yeux Tome 1
L’amitié, la promesse d’un amour sincère, un travail passionnant, la rencontre, le trouble et la désillusion.

Dans le tome 2,
on garde la même trame sensuelle, toujours très captivante !

L’art est toujours omniprésent, les doutes s’installent, des conflits intérieurs se révèlent, la passion prend le pas, la trahison, le déchirement et une rupture sont de mise, l’érotisme prend toute sa place !

Nous nous sommes quittés à Venise avec le cœur d’Elena en miette après une rupture inattendue !

3 mois ce sont écoulés après avoir touchée le fond, déprimée recluse dans son appartement.
Après avoir pleuré toutes les larmes de son corps et tari la source. Elle reprend le dessus et décide de s’excuser pour son attitude et qui sait reconquérir le cœur de Fillipo, son ami, son âme sœur.

Out Léonardo ! Amour 1 – Passion 0

Elle change de vie, de ville, d’apparence et coupe tout contact pouvant la faire replonger !

Ele a décidé que la raison prendrait le pas sur un amour passionnel et dévastateur.

Elle se persuade que de construire leur avenir ensemble à ROME est la meilleure chose à faire.
La sécurité des bras de Fillipo saura-t-elle, lui faire oublier les ombres du passé ?

Le destin en décidera autrement!

Leonardo, la tentation personnifiée, la sensualité à l’état brute.
Il tente le tout pour le tout, il ne peut se résigner à l’oublier. Il passe un pacte avec le destin !
« Si elle vient à lui après le clin d’œil de la fleur de grenade sur son gâteau d’anniversaire, il s’abandonnera dans cet amour avec sincérité et rien ne l’arrêtera.

L’étau se ressert ! La pauvre Eléna prise au piège.

> Dilemme, qui choisir ?
> Sa volonté, ses principes et son amour pour Fillipo vont-ils voler en éclat ?
> Va-t-elle s’abandonner à ce corps à corps où leur peau et leurs os ne forment plus qu’un tout?
> Va t-elle s’abandonner dans cet amour passionnel dont elle rêve avec Léonardo?

Je ne vous en dis pas plus !

J’ai retardé mon article le plus possible pour être au plus proche de la date de sortie de la suite et fin du Tome 3 « tout entière » le 5 Mai 2014

pour tes lèvres d'irene cao
pour tes lèvres d’irene cao

Mon avis

Cette trilogie est un petit bijou de sensualité tout le contraire de l’étalage de scènes de baises dans les Mommy Porn.

Ici l’auteure nous mène dans une grande aventure. Elle nous fait partager l’amour de son pays. C’est une incitation aux voyages. De Venise, nous passons à Rome. Elle nous dépeint la Dolce Vita à Italienne.
Au détour de la fontaine de l’Acqua Paola, le belvédère di Monteverde au coucher du soleil, la peau dorée au soleil sur un rocher chauffé à blanc. L’odeur des embruns, du sel, des algues, de la mer et des pins, nous embaument les narines.
La chaleur de la plage Sabaudia, toute droite sortie d’un tableau de DE CHIRICO, nous réchauffe le cœur !

Vos l’aurez compris, les amateurs d’art ne seront pas en reste dans ce tome 2
Une nouvelle restauration pour la fresque «l’Adoration des Mages » de Giovanni Baglione dans l’église Saint-Louis- des- Français ou ce tableau monumental « la Madone des Palfreniers » du Caravage.

Elle nous porte hors du temps comme ses amants maudits.

Après s’être découverts, apprivoisés, aimés, ils se sont déchirés.
Le dénouement est très loin encore de la fin espérée.
Irène Cao va continuer à nous tenir en haleine jusqu’aux dernières lignes de la trilogie.

J’ai hâte de suivre la nouvelle aventure d’Elena, survivante prête pour le bonheur.

Elle a su créer un personnage auquel toute femme moderne peut s’identifier !
Comme Elé, on se cherche, on s’affirme, on se bat, survit, on rebondit !
Tout comme elle, on sait exactement ce qu’on attend de la vie.

Je soupçonne une part d’autobiographie dans cette œuvre.
Il faut avoir connu la passion, pour savoir la mettre en scène !

> Je vous le recommande d’autant que les ponts de mai arrivent à grands pas.

Bonne lecture !
Annah

Lecture érotique SUR TES YEUX de l’italienne Irène Cao

Best-seller en Italie déjà traduit dans 10 pays. Les éditions Lattès sont déjà à la 2e réédition plus de 100 000 exemplaire pour ce premier tome

la trilogie du moment!

« sur des yeux », « pour tes lèvres » tome 2 sortie prévue pour début mars, « tout entière » sortie encore inconnue.

livre érotique
livre érotique

Enfin, une aventure érotique tellement européenne et actuelle !

 

J’ai suivi Eléna au travers de Venise, passé les petits ponts de bois, pris le vaporetto, poussée la porte de petites chapelles pour y découvrir de vrais trésors de la Renaissance. J’ai flâné, je me suis laissé imprégner des embruns et  éclabousser par la marée qui montait.

Quel beau voyage ! Le texte est délicat, empreint d’une belle sensualité. Le trio amoureux tellement bien ficelé que l’on plonge tête la première. C’est une belle histoire faite pour les épicuriens.

Eléna est entourée d’amants, d’amies, tous aussi haut en en couleur, pour l’accompagner dans ce voyage initiatique. Découvrir qui elle est vraiment. Ce qui au départ n’était qu’un jeu instauré par le bel amant Léonardo, un défi à relever, va s’avérer plus intense, plus possédant. On se laisse prendre.

Bercé par luxuriance de Venise, son architecture, son carnaval, son histoire et ses mystères au détour d’une vieille porte cochère. On tombe dans l’hédonisme. Quel bonheur ! Si j’avais eu le tome 2, je crois que je n’aurais pu me résoudre à le lire sitôt le premier terminé.

Ce livre est comme un bon vin qu’on savoure. On garde en bouche sa douceur et sa chaleur hmmm…

Résumé

tableau de titien, venice l'assomption de la vierge
tableau de titien, venice l’assomption de la vierge

 

Si on pouvait capturer le plaisir, Elena le ferait avec les yeux. Âgée de vingt-neuf ans, d’une beauté innocente, mais radieuse, elle ignore encore ce qu’est la passion. Son monde est fait d’art et de couleurs – celles de la fresque qu’elle restaure à Venise, la ville où elle a vu le jour – jusqu’à sa rencontre avec Leonardo, un chef cuisinier de renommée internationale. En entrant dans sa vie, celui-ci emporte tout sur son passage : son histoire d’amour naissante avec Filippo, l’idée qu’elle s’est toujours faite d’elle-même et, surtout, sa façon de vivre les plaisirs de la chair.

Leonardo, qui vient de s’installer dans le palais où elle travaille, s’apprête à lui ouvrir les portes d’un paradis inexploré, dont lui seul possède les clés. Il sait que le plaisir doit conquérir tous les sens, qu’il a une forme, une odeur, une saveur, et va initier Elena à une condition : qu’elle ne tombe jamais amoureuse de lui. Mais comment résister au magnétisme de cet homme et au tourbillon des sens qu’il éveille en elle ?

Traduit de l’italien par Léa Tozzi

> N’hésitez à me donner votre avis

Bonne lecture!
Annah
La critique pour le moins élogieuse rare dans ce type de lecture érotique sensuelle ou mommy porn je vous laisse l’appellation.

Madame Figaro : Sur tes yeux
 » Dans la veine de Fifty shades of Grey, mais en beaucoup plus subtil et mieux écrit (cela mérite d’être souligné), dans une ambiance plus propice aux polissonneries et à la sensualité, voilà le premier volet d’une « Trilogie italienne » dont on attend la suite avec impatience ! » V.G.

Femme actuelle : Sur tes yeux
 » Une sorte de parcours initiatique, aussi voluptueux que licencieux, auquel on adhère sans retenue. Vite, on veut a suite ! » M.P.

Marie France : Sur tes yeux
Le style extrêmement fluide, un scénario bien ficelé (il y a un autre homme dans la boucle) et des scènes hot d’une belle puissance évocatrice nous mettent l’eau à la bouche pour connaître la suite de cette quête du plaisir. BB

LIVRE DU MOIS : LES CHAUSSURES ROUGES DE JUNE SUMMER

Cette fois, je ne vais pas vous emmener dans du lourd ! Des relations tumultueuses, des rapports ambigus, des orientations sexuelles adressés à quelques initiés BDSM ou libertins.

 Le rouge que je vise cette fois est plus celui de la passion !

 

Présentation

Sébastien, cadre bancaire à Genève, travaille dans un bureau doté d’une fenêtre située de plain-pied avec une rue très fréquentée. Un jour, il voit passer une paire de chaussures portées par une inconnue qui l’électrisent et l’entraînent dans des fantasmes érotiques très sensuels. Il fera tout pour rencontrer cette femme aux chaussures rouges, dans une quête qui devient existentielle.

MON AVIS

Un roman léger et sensuel qui nous ouvre la petite porte du monde des fétichistes, où l’excitation sexuelle est causée par le contact visuel d’un objet, dans le cas présent ………. « Les chaussures rouges ».

L’attente interminable, ses va –et viens au bord de la fenêtre

Cette histoire érotique nous replonge dans les prémisses d’une relation amoureuse. Le coup de foudre : fantasmer, attendre, s’impatienter, la monté de désir, l’excitation, la déception….le doute

Son roman est très fluide, sans vulgarité, ni fausse pudeur ! Les scénarios sont bien montés et riches de détails. June Summer est très subtile dans son écriture et l’on se laisse prendre au jeu

Elle nous inclut davantage, nous prend à parti contrairement à ses écrits habituels. Le protagoniste dépose ses impressions, ses pensées intimes. On s’attache à lui, on devient son confident.

On voudrait presque gifler l’une de ses collègues de bureau !

Tous les personnages : l’amie, les collègues de bureau, le patron qu’ils soient principaux ou secondaires jouent un rôle important et donnent du corps à l’histoire.

A lire sans complexe!

vous pouvez retrouver June Summer à cette adresse http://www.june-summer-d-eros-auteure.com/#!books/cnec

Annah

chez Atramenta, Amazone
Format Kindle   2,99€  
Broché —         14,15€

Lecture érotique : JEU DE COUPLE d’Erik Torrent

Ce podcast est une lecture du texte que m’a écrit Erik TORRENT, « Jeu de Couple »

Vous pouvez l’écouter directement sur le blog en cliquant sur le bouton « play » ou le télécharger en cliquant sur télécharger ou en faisant un clic droit ici, puis « enregister sous »

Jeu de couple

 

Depuis ce matin, Robin n’est pas avare en compliments. Il multiplie les attentions plus ou moins discrètes et les gestes de moins en moins subtils : un baiser dans la nuque, une caresse sur une fesse, une main qui vient épouser la rondeur d’un sein. Aucun doute n’est permis. Il a envie d’elle ! C’est d’ailleurs plutôt flatteur et en général cela contribue efficacement à la mettre dans de bonnes conditions. Mais ce soir, rien. Sa libido reste en berne. Delphine est mal à l’aise. Elle s’en veut de décevoir son homme dont le désir est plus que légitime : cela fait plus d’une semaine qu’elle se refuse à lui.

 

Alors qu’il regarde un policier américain à la télé, elle vient de prendre un long bain moussant pour se détendre, accompagnée par son CD fétiche des Cranberries. Cependant, plus elle cherche à faire monter son désir, plus il se dérobe. Dépitée, elle s’apprête à chercher une nouvelle excuse qui ne lui fasse pas trop mal. C’est alors qu’elle repense à ce conseil trouvé sur le blog d’une amie. Cela l’avait fait sourire. Mais si elle essayait ? Elle n’a rien à perdre ! Une histoire se forme peu à peu dans son esprit, réveillant sa nature joueuse. Elle se dépêche de se sécher, de se coiffer, de se parfumer avant de passer une nuisette. Elle vaporise aussi un peu du précieux élixir sur un de ses foulards en soie qu’elle vient de chercher dans sa commode. En passant près du salon, elle s’adresse à Robin.

–         Chéri, je vais lire un peu au lit. J’espère que tu ne tarderas pas trop !

–         T’inquiète, je finis juste cet épisode. J’ai mis les suivants à enregistrer.

 

En feuilletant une revue, elle guette les faits et gestes de son homme. Il se lève de son fauteuil et éteint la télé puis la lumière du salon. Il prend sa douche, puis se lave les dents. Enfin, il rentre dans la chambre. Il la dévisage pendant une fraction de seconde, cherchant sans doute à repérer les prémices des débats souhaités.

–         Mon amour, tu me fais confiance ? commence Delphine.

–         Mais bien sûr ! Quelle idée…

–         Justement, ce sont des idées… coquines qui me sont passées par la tête alors que je prenais mon bain. Tu es prêt à me suivre ?

–         Jusqu’au bout du monde, tu le sais bien.

–         Alors, voilà, je vais tout te raconter, mais pour bien écouter, j’aimerais que tu me fasses confiance et que tu te laisses faire… Dac ?

Robin sourit en acquiesçant. Il aime tant cette forte complicité qui les unit.

 

C’est ainsi que peu après, il se retrouve allongé sur le dos, les yeux bandés avec le foulard de la femme qu’il aime, son odorat enivré par son parfum fétiche. Il se sent à sa merci, revêtu uniquement du fin tissu de son pantalon de pyjama. Que lui a-t-elle préparé ? Après quelques très longues secondes, il entend sa voix lui susurrer à l’oreille.

–         Il fait chaud, tu ne trouves pas ? Chut, ne dis rien. Nous marchons dans la rue. C’est l’été. Il y a beaucoup de monde. Quoi de plus normal, nous sommes sur les Champs Elysées. Nous nous tenons par le bras, comme les deux amoureux que nous sommes. Ma démarche est un peu raide. Je m’appuie un peu plus sur toi. Tu imagines pourquoi ?

–         Euh, tu as un caillou dans ta chaussure…

–         Non, non, ce n’est pas là que ça se passe.

–         Euh, plus haut ?

 

Delphine ne répond pas, elle prend un objet dans le tiroir ouvert de sa table de nuit, le met dans un repli de la couverture pour étouffer un peu le bruit avant de mettre la télécommande sur « on ».

– Mais bien sûr, comment n’y ai-je pas pensé tout de suite ! Ton œuf.

– Oh coquin, tu veux dire l’œuf que tu m’as offert et dont tu gardes la télécommande. Tu n’as pas honte de le mettre en route comme ça, en pleine rue ?

– Justement, la circulation couvre le bruit de vibration !

 

Delphine lui agrippe fermement son avant-bras. De l’autre main, elle monte le variateur du sex-toy, toujours enfoui dans les couvertures, en gémissant légèrement :

–         Oh, tu exagères !

Elle se réjouit de voir une forme familière soulever doucement le bas du pyjama de son homme. Au moins, elle arrive toujours à lui faire de l’effet.

 

Robin sent l’excitation monter. Il se force à rester immobile pour laisser sa compagne mener le jeu à sa guise. Il a l’impression que sa voix suave s’insinue dans chaque parcelle de son corps, comme une caresse légère et délicieuse. Serait-ce sa cécité temporaire imposée ? Il a l’impression que chaque sensation est décuplée. Il se laisse transporter dans le scénario qu’elle a mis en place et répond.

–         Dis-moi que tu n’apprécies pas, reprend-il… et j’arrête tout de suite. Promis !

–         C’est que. Comment dire ça en pleine rue… Ce n’est pas tant l’œuf qui me gêne pour marcher, en tous cas, tant que tu restes raisonnable avec la télécommande… C’est plutôt euh, ton dernier cadeau que je viens enfin d’étrenner.

 

Delphine regarde le joli plug argenté qui est toujours dans son tiroir ouvert. Ils en avaient parlé à mots couverts avant que Robin lui offre. Mais elle reste très ambiguë face à cet objet. Elle ressent une attirance certaine tout en n’arrivant pas à passer à l’acte. Peut-être une envie de transgresser certains interdits ou de se donner encore plus totalement à l’homme de sa vie. Jusqu’ici ses propres tabous et la peur d’avoir mal ont toujours eu le dessus. Mais le mettre en scène ainsi lui plaît bien. Elle sent même ses tétons durcir à cette idée. Elle se rapproche de l’oreille de son amant.

–         Et toi ça te fait quoi de te promener avec ta femme remplie par tous les trous ?

–         C’est très bandant ! Tu n’as qu’à vérifier par toi-même.

Effectivement, Delphine peut constater que son sexe se dresse sous son pyjama comme s’il en cherchait la sortie. Mais elle reste dans le scénario.

–         Vérifier en pleine rue ! Tu n’y penses pas… J’ai déjà accepté de mettre les toys pour assouvir tes fantasmes, mais non, je ne toucherai pas ta queue en public !

Robin cherche à se redresser et tâtonne d’une main à la recherche du corps de sa bien aimée qui se dérobe.

–         Non, non, il n’est pas davantage question que tu me caresses sur les Champs ! Tant pis pour toi si c’est un autre de tes fantasmes.

 

Elle reprend son récit.

–         Mais où m’entraînes-tu ? Cette petite rue m’a l’air mal famée. J’étais plus à l’aise sur les Champs. Cette boutique aux néons roses est d’un goût ! Tu veux vraiment qu’on entre ?

–         T’ai-je déjà déçue ? On y va.

–         Nous sommes dans un sex-shop. A ma grande surprise, tu le traverses sans un regard pour les articles exposés. Tu m’entraînes vers une porte au fond de la boutique ornée d’un sens interdit et de l’inscription « Privé ». Nous voici dans un couloir avec des pièces de part et d’autres. Les portes sont vitrées. Certaines ont un rideau tiré, d’autres non. Je ne suis pas à l’aise. Nous nous arrêtons devant une porte.

–         Aie confiance, ma chérie. Tu sais que je ne veux que ton bien !

 

Robin est transporté par ce récit et surtout par la merveilleuse conteuse. Pour être franc, il la laisse continuer pour lui faire plaisir. Au fond de lui, il s’impatiente de passer à l’action !

–         A travers la vitre, nous voyons un grand lit, poursuit-elle. Trois personnes nues s’y prélassent. Quand je dis prélasser, ce n’est pas vraiment le mot juste. Trois personnes sont en train de baiser. L’homme est allongé sur le dos, comme toi en ce moment. Une femme le chevauche, empalée sur sa grosse et longue queue. Mmm, très désirable cette queue d’ailleurs !

 

Delphine sourit en voyant son homme soulever en vain ses fesses. Il va falloir qu’elle abrège si elle veut en profiter un peu avant qu’il n’éjacule dans son pyjama ! Elle-même s’est laissée prendre au jeu. Ses mains parcourent ses seins et même son bas-ventre sans qu’elle l’ait cherché sciemment. Elle ferme les yeux et cherche à réunir le fantasme de Robin d’une partie à trois et le sien d’être doigtée par la petite porte. Sa voix devient de plus en plus rauque.

–         L’autre femme les embrasse à pleine bouche, l’un, puis l’autre. Elle caresse leurs poitrines. Peu à peu, elle se concentre sur la femme. Sa main descend dans son dos, puis sur ses fesses. Profitant des mouvements de va et vient sur la queue bien dure, elle glisse un doigt dans sa raie, descend jusqu’à sentir le frottement du pénis enduit de cyprine. Son majeur remonte un peu pour masser son œillet. Il redescend rechercher un peu de cyprine, puis, sentant l’anus bien souple, elle enfonce le doigt d’un coup au moment où la femme s’empale à nouveau sur la queue.

 

Delphine est trempée de désir. Elle a même laissé son doigt s’égarer jusqu’à sa propre rondelle, la massant doucement sans oser aller plus loin. Tout en continuant son récit, elle baisse le pyjama de Robin, décalotte sa verge, se met à califourchon au dessus de lui et s’empale d’un coup prenant ainsi la place de l’héroïne de son récit.

–         Oh oui, ma chérie, j’ai tellement envie de toi !

Il pose les mains sur ses fesses, accompagne ses mouvements qui deviennent rapidement une vraie cavalcade. Les yeux toujours bandés, il cherche ses seins avec sa bouche, les léchant au passage, les tétant quand il peut, allant jusqu’à les mordiller.

 

Enfin, quand il la sent prête à venir, il glisse un doigt dans sa raie, trouve facilement son œillet et y immisce une phalange. Non seulement elle le laisse faire, mais elle émet un feulement révélateur de sa jouissance. De quelques coups de reins, Robin la rejoint et libère sa semence en elle.

 

Quelques instants plus tard, alors qu’ils sont tendrement enlacés l’un contre l’autre et qu’elle lui a retiré le bandeau, il lui susurre en souriant.

–         La prochaine fois, ce sera moi le scénariste, mais pour cela, il faut que je me procure des menottes…

Livre de la semaine : LA RENCONTRE de Paul Fontaine

Bonjour à toutes !

Un petit peu de lecture avant le week-end.

J’ai toujours beaucoup de mal à trouver de bons auteurs dans le domaine du roman érotique.

Je tenais à vous faire partager ma trouvaille.

Le sujet bien qu’un peu lourd mérite le détour. Ames douillettes tournez la page !

plaisir ou torture roulette de rotenberg Photo de paul fontaine
plaisir ou torture
roulette de rotenberg
Photo de paul fontaine

La rencontre par Paul FONTAINE
son écriture et sa vision permet d’alléger et rendre intéressant ce sujet SM.

celle d’êtres humains, heureux dans une relation forte, sans tricherie.

 

 

La relation de domination/soumission est une relation qui doit être basée sur l’échange, le respect, l’attention à l’autre. Je ne cherche pas à faire du prosélytisme, j’apporte juste mon témoignage, à partir de mon expérience d’une relation réussie.
Paul Fontaine

Le contrepied de l’auteur de présenter le livre au travers de la vision du maître. Il humanise le dominant trop souvent perçu comme bourreau. Il nous fait partager ses doutes, nous transmet ses émotions et le tout avec beaucoup d’humour.

> Je voudrais, par ce roman, rendre hommage à la Femme qui offre sa soumission, sa confiance, son abandon, son lâcher-prise. C’est la soumise qui fait le Maître, c’est elle qui lui confie, à travers son obéissance, la responsabilité de son plaisir, de sa sexualité, de son épanouissement…

…Car sans soumise, point de Maître.

Attention cette œuvre est encore en cours d’écriture !
Pour les plus impatientes s’abstenir, on est très vite captivée et l’attente du dénouement ce veut pesante …….

Moi, j’ai pris un vrai plaisir et je me languis de la suite.

Je ne me vois pas rejouer Sodome et Gomor dans la chambre à coucher et bien que peu portée sur le châtiment, je me suis beaucoup amusée. Il y a quelques passages qui pourront vous donner des idées faciles à transposer. Il est fait étale d’un très grand nombre de plaisirs!

Je ne vous cache pas que par mon côté coquine, j’aurais bien voulu être une petite souris au restaurant quand la télécommande a actionné la mise en marche de jouets intimes de ces dames HIHIHI

> Postez vos encouragements pour l’auteur peut être cela l’aidera à nous offrir plus vite la suite 🙂

Bonne lecture ! sur atramenta