BDSM sexualité à risques?

Posted on Avr 10 2015 - 11:41 by annah

Fifty shades une histoire de passion ou de torture?

À bien regarder, si on fait un petit retour sur impressions après l’effet « Fifty Shades of Grey », il semblerait que vous soyez nombreux à vouloir tenter l’expérience BDSM. La lecture de la trilogie  est loin d’avoir assouvi votre besoin de fantaisie sexuelle et cette deuxième couche passée récemment avec la sortie du film, le jour de la Saint Valentin, n’a fait qu’échauffer votre goût pour l’aventure, bande de fripons !

Le soutien apporter avec cette panoplie dite SM, aux couleurs du très élégant Christian vous plonge au cœur d’une pratique plus extrême. Bonjour, plumeau, bandeau, masque, cravate, cordes boules de geisha, fouets, cravache, menottes et j’en passe. Vous n’avez pas fini de faire bouillir vos sens.

À cela à vrai dire, je ne trouve pas grand-chose à redire. C’est important d’être curieux, faire évoluer son couple, repousser les limites. Ensemble se diriger vers de nouveaux sentiers. Mais parce qu’il y un mais dans votre résonnement vous avez oublié une chose, l’arbre qui cache la forêt !

Désillusion après une séance BDSM

Vous aviez juste envie de sortir d’une sexualité qui vous semblait un peu trop classique voire monotone, pour le coup vous risquez d’être servit !

Effectivement, il fut question d’une chambre de la douleur, la chambre rouge ou d’innombrables objets mêlant la douleur au plaisir. Pour la mise en pratique à part quelques fessées érotiques des liens, des boules de geisha et un lou pour couper l’un des 5 sens. On ne peut pas vraiment dire qu’il y avait de quoi fouetter un chat.

Pourtant, l’envie de transposer la vie d’ Anastasia et transformer votre époux en dominant persiste. Vous attendez de lui qu’il fonde devant vos yeux de biche et accepte de vous malmener!!! et à la clé,  des orgasmes en séries, à vous faire exploser le cerveau. Je crains que vous vous trompiez grandement.

Soit, vous mari n’est pas l’homme que vous croyiez avoir épousé soit vous sous-estimiez ses capacités et si effectivement, il se révèle dominant, là, c’est vous qui surestimé votre capacité d’endurance.

Attention, à vouloir trop en faire, vous risquez de vous perdre et déséquilibrer votre couple !

Ceci dit, je ne doute pas que vous repreniez rapidement vos esprits!

Quant après  2 ou 3 fessées bien marquées, votre sang aura fait un tour à grande vitesse, des larmes perleront sur vos joues ou des cris sortiront de votre bouche, les choses devraient très vite revenir à la normale et rester dans les limites de l’acceptable.

Mon inquiétude va à la jeune génération qui consomme le porno comme des bonbons et qui ne sait pas grand-chose de l’amour et dans leur pratique de la sexualité le respect fait défaut.

Quel sort sera réservé à la jeune fille candide qui tombera sous les coups d’un séducteur plus âgé qui lui fera goûter aux plaisirs de la chair dans ce monde violent ? Quels seront ses attentes envers hommes ensuite ? Quelle image gardera-t-elle du plaisir et de la complicité ?

Le BDSM – le fruit défendu

À force d’utiliser des images BDSM comme propagande, elles rentrent dans le paysage. On ne fait plus vraiment attention. À trop voir, on ne voit plus rien et on perd sa vigilance au profit de l’identité de masse. Choisir la pratique BDSM, ne relève plus d’un choix, mais devient un rite initiatique de passage pour trouver les voies impénétrables du plaisir.

La sexualité est un acte de partage, fait entre deux personnes consentantes. Le problème à vouloir faire plaisir à l’autre, se conformer à la tendance, on arrive à accepter des choses qui ne nous ressemble pas et ne relève pas d’une envie profonde.

Gardez votre libre arbitre même sous la pression.

BDSM – Que se cache-t-il derrière cette acronyme ?

La lettre B pour la pratique de BONDAGE, l’art de nouer des liens.

C’est là que vous me tombez dessus. Oui, mais toi, tu en parles souvent sous le nom de baku, shibari ou bondage. Tu as écrit plusieurs articles sur le sujet et même créé une galerie photo. Alors, Annah ne serais-tu pas un peu BDSM sur les bords ? C’est un NON, catégorique ! Quand on été violée, c’est quitte ou double. J’ai fait le choix de préserver mon libre arbitre et ma santé mentale. Cela ne m’empêche pas de m’amuser !

Je présente le shibari sous sa forme la plus simple, un art à part entière. Le résultat obtenu est  souvent très beau à voir et à vivre. C’est une pratique que j’aime mettre en avant, car elle révèle la complicité du couple. Il favorise l’abandon de soi (si difficile à obtenir, le fameux lâcher-prise).

La personne qui l’exerce, demande une grande dextérité pour ne pas blesser l’autre. Il exige un très haut niveau de confiance entre les partenaires. Vous resserrez les liens au sens propre comme au figuré.

L’intérêt du Bondage sur le couple?

Il émane une tension érotique au moment de la création de la suspension.
La manière d’enlacer le corps pour former les nœuds, les frôlements, les échanges de regards, c’est très intense.

Attention toutefois, à ne pas confondre avec la réalité du BDSM, lors d’une soirée bondage en club et exécuter par un maître qui retire du plaisir à contraindre sa soumise et jubile de détenir tout pouvoir sur elle.

La figure est primitive, dans l’obtention d’une vue imprenable sur ses orifices et/ou pour lui imposer un écartement contre nature dans le but de faire durer le supplice et/ou le cas échéant l’exposer et/ou la faire prendre par une autre personne de l’assistance !!! Puisque la soumise est sensé être consentante en aucune manière cela ne peut se requalifier en viol, ça y ressemblait bien pourtant ???

Vient la lettre D pour DOMINATION qui peut réserver quelques surprises même codifiée cette passation de pouvoir comporte des risques. Si par exemple, la personne présente un déséquilibre psychique et confond la réalité avec le jeu.
Dernièrement, un homme a été arrêté et condamné pour avoir tranché le sein de sa soumise. Elle le lui avait offert ???? Il avait par conséquent le droit de le prendre.

Je vous parle de mélanger douleur et plaisir, mordre dans le fruit défendu pour augmenter l’afflux d’adrénaline, mais il y a des limites.

La barrière à ne pas franchir reste l’obtention du plaisir uniquement au travers la souffrance.

Oui , je sais, une soumise vous dira qu’elle transcende le moment. L’ attachement éprouvé envers son maître, une dévotion sans faille et un courage à toute épreuve sont les conditions requises pour réussir à dépasser ses limites.

C’est rappeler la partie morbide et sombre sur le devant de la scène. Dans cette optique, où s’arrêtent la cruauté et la bestialité de l’homme ?

Franchement , dans la galerie photo ci-jointe cela tient de la pathologie ou alors on ne regarde pas les mêmes images !!

GALERIE

BDSM ineversion des rôles dominante-soumis

Image issue de tumblr
_nidx42PlzY1txu10lo1_500

Comment le déroulant ne se stoppait pas, j’ai préféré retirer la galerie pour les âmes sensibles. Les images seront disponibles sur une page annexe en cliquant sur un lien (pas encore actif) Merci de votre compréhension!

La 3e lettre S à vous de savoir si vous l’attachez à la SOUMISSION ou au SADISME!
On est très loin du dénie d’orgasme que Christian impose un soir de vengeance à Anastasia.

Ici, il est aussi intéressant de tirer la ficelle sur la notion de contrôle et la segmentation entre la vie réelle et le jeu. Est-il possible de ne pas amener avec vous, vos rancoeurs colère et frustration de la journée dans la salle de jeu ?

Les mots codes, rouge, stop ou vanille suffiront-ils à arrêter le jeu à temps ? Comment éviter les dérapages,  perdre le contrôle de la situation, aux risques de blesser grièvement l’un des protagonistes ???? Surtout si c’est un homme de Neandertal qui tient la canne.

Sadisme allant de pair avec MASOCHISME notre dernière lettre M. Le dominant sadique et la soumisse masochiste sont en osmose !

Cette pratique si codifiée soulève tant de curiosité qu’on est en droit de se poser la question de sa source et ses limites.

Comment est-il envisageable et acceptable sous couvert d’une sexualité plus élaborée, de porter atteinte à ce point à l’intégrité d’une personne et lui infliger des châtiments d’une telle envergure ?

Les tortures/plaisirs sont-elles acceptables pour vous ?

  1. Poser un ou des cadenas sur les grandes lèvres,
  2. étirer jusqu’à la déformation irréversible des lèvres ou des tétons.
  3. Fister un anus avec des objets tellement larges et longs, souvent inadaptés au point que les sphincters internes comme externes ne se rétractent plus.
  4. marquer sa soumise et faire des scarifications entailles indélébiles, des brûlures de l’épiderme au 3e degrés
  5. frapper une personne jusqu’au sang

Peut- on conclure que cette branche extrême de la sexualité trouve racine dans la paraphilie ? (pratiques sexuelles déviantes : obtenir du plaisir sexuel de manière inadaptée dans des circonstances inhabituelles) troubles répertoriés dans   » Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux » aussi appelé DSM  ou DSM 5.

Le plus incroyable, la réponse des chercheurs. Il semblerait que les adeptes de pratiques BDSM soient moins névrosés et vivent mieux leur sexualité que les lambdas que nous sommes ?????

Un jeu de rôle, maître/soumis ça vous intéresse?

Que pensez-vous de la pratique BDSM?

Laissez un commentaire sur l’image que vous avez de cette pratique  extrême.

Dites-moi si vous êtes en accord avec ces conclusions?

Le BDSM me rend perplexe

Quel point de l’étude est devenu acceptable pour que des chercheurs arrivent  à cette conclusion.

Ils ont dû étudier des couples en harmonie et respectueux des règles d’hygiène et de sécurité, toujours attentifs de leur santé physique comme mentale.

Très loin des ces personnes maîtres et soumises présentent sur les réseaux.

Je ne navigue pourtant pas dans la dark web ou les sites extrêmes et/ou pornographiques. Ils s’hameçonnent grâce à mes articles sur les seuls mots clés, fessées, sextoys ou bondage.

J’avoue ne pas partager le même goût qu’eux pour les images qu’ils postent sur tumblr, pinterest, twitter. Depuis la sortie du film fifty shades, les choses se sont accélérées, il n’y a plus de filtres, plus aucune retenue à se dévoiler au grand public.

Je suis désolée d’admettre qu’en lieu et place de l’échange, du plaisir érotique, de la sensualité ;  le glauque, l’humiliation, la dépravation ainsi que les Gif pornographiques ont pris place.

J’aime l’harmonie en toutes choses ! Je suis au bord de l’écoeurement et pourtant je suis plutôt une personne tolérante et pas trop coincée.

Veillez à bien réfléchir avant de vous engager, acceptez les conditions en connaissance de cause et surtout, surtout n’essayez pas de dépasser vos objectifs.

On peut aimer la sexualité, les sensations fortes, être inventif, parfois cochon et respecter la personne qui partage le jeu sans tomber dans la pratique très extrême du BDSM.

Annah

* Toutes les photos sont issues de tumblr voire pinterest. Certaines de ses images sont attachées à des sites BDSM privés!

* Merci aux auteurs pour leur compréhension

2 Comments so far. Feel free to join this conversation.

  1. Sen 18 avril 2015 at 22 h 25 min - Reply

    Salut!

    J’aime bien ton site, tu y expliques des choses qui ont du sens et ça fait du bien au milieu des images et des concepts hypersexualisés et si faux dont nous sommes bombardés aujourd’hui. Je t’en remercie 🙂

    Je suis d’accord avec ton post dans le sens où, en cas de problème, la personne dite « soumise » se retrouve sans défense face à son ou sa partenaire, ce qui peut être très dangereux…
    Idem, 50 shades of grey tient plus de la relation d’une pervers narcissique (sociopathe) et de sa victime que du bondage… Anastasia présentant de nombreux signes cliniques du syndrome de Stockholm comme le disent certains psychologues s’étant penchés sur la question (d’ailleurs étant en fac de psycho je suis moi-même tout à fait d’accord).
    Enfin bref, il y a deux risques différents dont on parle, là:

    1) La banalisation de telles pratiques et leur mécompréhension, faute directe aux récits/films érotiques et films pornos violents en vogue actuellement, qui effectivement risquent de modifier la sexualité de beaucoup de jeunes (ou moins jeunes d’ailleurs…), et pas en bien… J’ai vingt ans et je dois bien avouer que l’idée de me trouver un/une partenaire me pose problème dans le sens où en trouver un-e sain-e d’esprit concernant les pratiques sexuelles semble devenu… très difficile :'( Je me retrouvais jusque là face à des jeunes aillant pour seul modèle le porno (forcément, les nouvelles générations découvrent le sexe à travers ça) et tentant de l’imiter. Seuls objectifs: la performance et l’image de soi.
    Aujourd’hui même schéma… certaines conversations tournant avec légèreté et enthousiasme autour du bdsm en plus (les pratiques suivent forcément, bon je ne me suis pas risquée à vérifier 😉 ). Les gens ne font plus la différence entre amour et violence à travers le sexe! Dans la polémique qu’à créé 50shades j’ai trouvé de très nombreux commentaires affirmant qu’il s’agit d’une belle histoire d’amour: une jeune femme aidant son homme blessé à se relever… Le livre serait donc très sain, sombre mais pas pire qu’un autre. Pour les partisans de cette idée, voici de bons arguments montrant à quel point ce n’est pas ça, l’amour: https://www.youtube.com/watch?v=o92hv7La9Sk

    2) Se retrouver face à un-e tordu-e… Contre ça, les meilleures choses à faire je pense sont déjà d’apprendre à connaitre le/la partenaire sur le LONG TERME avant de tenter quoi que ce soit, et ne pas en faire si on sens que l’autre est sur les nerfs etc… Bref, savoir se respecter et instaurer des limites, des sécurités… Ainsi qu’une véritable communication entre les deux personnes, demander régulièrement si ça va, tout arrêter au moindre malaise ou doute etc. LacyGreen (oui encore elle^^) a fait une vidéo sur cette question de la communication sur youtube, très intéressante.
    Les pratiques que tu listes sont vraiment extrêmes, je ne sais pas si elles sont si répandues que ça. Il ne s’agit même plus de bdsm à mon sens, là, mais plutôt de torture… surtout si on considère les séquelles irréversibles.
    Non si tu es avec une personne saine d’esprit et, qui plus est, qui tient à toi un mot d’alerte devrait suffire à tout arrêter je crois, quand même!^^
    D’autres risques à mon avis plus répandus sont les séquelles physiques par manque de connaissances (choisir un matériaux pouvant blesser par exemple, sans le savoir), ce qui implique de très bien se renseigner avant chaque pas en avant; et psychologiques (baisse voir perte d’estime de soi, humiliation, peur etc) si les deux personnes ne sont pas totalement prêtes, ce qui demande ici une parfaite communication et de ne surtout pas insister si le-la partenaire ne veut pas se lancer.
    Pour finir je pense que le bdsm en groupe est effectivement une pratique à risque, car connaitre aussi bien chaque membre du groupe et avoir une complicité réciproque avec chacun d’eux me semble difficile…

    Pour conclure je plussoie, le bdsm est bien considéré dans le monde psy comme une perversion (très répandue malheureusement -au moins en tant que fantasme-, ce qui la différencie de la déviance en fait, mais là je joue sur les mots), donc pas très normal en effet… Après il n’y a rien de problématique à vouloir se faire attacher etc, tant que TOUTES les conditions safe sont respectées cela peut être même très excitant (enfin je pense, n’aillant jamais pratiqué moi-même…), mais aimer infliger de la douleur ou en recevoir, cela est, j’insiste, médicalement considéré comme une perversion. …et c’est d’ailleurs là qu’on voit à quel point notre société dérape, faut voir les statistiques du nombre de personnes attirées par ces pratiques, ça fait peur…

    Voilà, ton article m’a donné envie de partager, du coup j’ai écrit un roman –‘
    Désolée ~

    • annah 22 avril 2015 at 10 h 11 min - Reply

      merci c’est bien d’avoir aussi la vision d’une jeune adulte et d’une personne sensible à la santé mentale. Il est effectivement important de bien respecter l’autre dans ses attentes ses envies et sa capacité à pouvoir poser des limites. Inciter sous le coup de l’autorité ou l’expérience une personne en recherche d’elle même à participer à des pratiques extrêmes est dangereux pour sa santé mentale, sa sexualité futur et son corps. Le BDSM devrait rester minoritaire et non banalisé aux yeux du grand public, surtout chez les jeunes inexpérimentés et en manque de repères puisqu’ils font leur éducation sur you por……Attention à bien choisir son partenaire et à se renseigner sur l’étendue des actes possible d’être posés!
      Toujours savoir dans quoi en s’engage avant de fermer les yeux!

      bien à vous
      annah

Leave A Response