Chose promise chose due, je saute dans le bain avec toi.
J’aurais pu continuer avec mes gros bras, t’expliquer comment faire l’amour de manière technique.

Je pourrais te demander ta relation avec ta mère et poser un tas de questions pour comprendre l’origine du problème.
Je laisse mylhéna t’aider dans ce sens.

J’ai comme parti-pris de continuer à partager, peut être d’une manière différente.
On verra si l’expérience porte ses fruits…. Plus de plaisir dans ton intimité !

Ces dernières années, j’avais comme conviction de pouvoir t’aider en miroir.
Si je t’expliquais ma situation de départ puis si je partageais ce que j’arrivais et acceptais de faire dans ma sexualité aujourd’hui cela aurait une incidence sur la tienne.

Effectivement, pour les plus coquins et coquines, j’ai apporté de l’eau à leur moulin
Malheureusement, je me suis également aperçue que bon nombre de femmes malgré l’envie de se découvrir, restaient interdites.

Je ne vais plus me focaliser sur les outils déclencheurs de jouissance (pour le moment plus de tests produits, désolée !).
Je vais essayer de t’expliquer pourquoi je le fais et l’incidence que cela a pu avoir sur mon corps et mon esprit.

Je garde dans l’idée que la sexualité reste un des moyens pour se sentir bien dans sa vie. Continuons cette belle aventure, à la découverte de toi.

Au début, nous les femmes nous sommes des bébés peut initier à la chose
On nous garde dans un cocon pour préserver notre virginité, pour entretenir une image de fille bien sage et respectueuse. On se doit de présenter une certaine respectabilité.

Vous avez toutes ce mot au bord des lèvres dès qu’une fille se laisse séduire et succombe le premier soir, quand elle perd sa virginité trop jeune, quand elle clame aimer les plaisirs de la chair quand celle-ci ose prendre les commandes et se servir des hommes, quand elle a joui.

Oui, c’est une SALOPE !

C’est con ! Expression qui tombe bien et qui définit ton sexe, on tourne en boucle 🙂 Comment se déprécier sans le savoir !
Dès lors, tu t’es tiré une balle dans le pied.

Après, comment aimer faire l’amour, accepter les bizarreries, accueillir l’autre quand on a en tête d’être salie ? Dans les faits : on dégouline de plaisir, de sueur, on partage nos fluides, c’est vrai qu’à bien regarder, c’est sale, mais tu n’as plus 5 ans !

Tant que tu entretiendras de la honte sur tes pensées érotiques, tu garderas de culpabilité à faire l’amour.

La sexualité est un jeu consensuel et consenti alors pourquoi l’enfermer dans une cage ?

Tu sais, au début, j’étais comme toi passive, j’avais peur, je ne voulais pas qu’on me regarde qu’on m’entende. Je ne disais jamais ce que je ressentais. À la limite, tout ce qu’il voulait si ça lui faisait plaisir, pourquoi pas.
Nous étions perdants à ne pas se déterminer comme une personne sexuellement active.

Dire, ça, j’aime, ça, non, pourquoi, qu’est-ce qui me dérange ? Est-ce la position ou le contexte, le jour ou ma disponibilité dans le corps ?? Tout ceci permet de s’ajuster, de partager, de s’impliquer, d’être attentif à l’autre, à soi.

Sais-tu comment tu aimes faire l’amour ?
Aimes-tu être contrainte avec une main, maintenu fermement aux hanches, attachée ou complètement libre d’actions ? Dessus ou dessous les yeux bandés dans le noir ou au grand jour ?

De quoi aurais-tu besoin pour juste avoir un déclic ?
Regarde de ton côté : veux-tu être directive ou t’abandonner ? Saurais-tu être plus frivole ? À quand remonte l’achat d’une lingerie qui te met en valeur ? Oui, tu as besoin de te sentir belle, tu as plus de confiance en toi l’impression de maîtriser son désir en tout cas de le susciter.
Regarde de son côté : tu veux qu’il soit plus tonique, plus curieux, plus libéré, plus attentif à ton corps et à tes envies ? C’est déculpabilisant pour toi si c’est lui qui pose l’action car toi, tu restes une gentille fille bien obéissante.

Je sais, je t’ennuie avec mes questions indiscrètes, mais moi, je prends mon pied et pas toi !
Alors, nous allons reprendre les bases, soit rassurer de ma discrétion.
C’est plus facile ainsi que de te retrouver devant le sexothérapeute et de devoir lui répondre. Attention, ça n’empêche pas l’accompagnement, si tu as des problèmes fonctionnels.

Je t’embrasse.
Annah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook
Twitter
Pinterest
Instagram