Des livres de boules sommes toutes un peu, beaucoup chiants !

Je pense que je sature après avoir bouquiné un très grand nombre d’histoires dites coquines, proposées par une majorité d’auteurs féminines américaines. Je crois que c’est justement là que je me heurte. Comment des femmes qui écrivent pour des femmes, des histoires sensuelles sont à ce point dévalorisantes pour leurs congénères ? On tourne en boucle. On nous resserre sans cesse le même process. Pas de montée du désir, tout est acquis ! Il n’y a plus qu’à se servir.

L’homme richissime n’apporte pas un grand intérêt à ses maîtresses, juste quelques jours semaine ou un mois tout au plus. Leurs compagnes sont décrites comme vénales. Des intrigantes juste bonnes pour se faire une place au soleil. Profiter de sa notoriété et son argent. Comme si cela pouvait compenser le peu d’égard et le manque total de sentiments. Ce sont pourtant des hommes de goût, exigeants, intransigeants, mais en matière de femmes, s’enfiler des pouffiasses, c’est permis. Loin d’entacher leur réputation, bien au contraire, ils passent pour des tombeurs. Sérieusement. La vie rêvée de l’homme d’affaire puissant qui se consacre exclusivement à son enrichissement personnel et rester au sommet atteint à des âges record. Mais bien sûr, on y croit très fort. Enfin moi, ce type de profil ne m’attire pas.

Scénario n°1 : ces dingues du contrôle, finissent toujours par trouver dans leurs assistantes, une jeune femme, plus prude, plus timide, plus rafraîchissante dont ils auront à cœur de croquer toute crue. Ils l’auront rendu dépendante de leur corps, de ses attentions excessives, d’une certaine pratique sexuelle. Comme ils sont, on ne peut plus égoïstes, ils l’auront coupé de ses amies, sa famille. Pour la rendre disponible à leurs moindres caprices, elle vivra à demeure et dépendra financièrement. Dommage collatéral une fois bien utilisée, elle aura le cœur brisé parce qu’elle ne sait pas dissocier le plaisir de la chair et l’amour. Elle en réclamera davantage. Persuadée de pouvoir réparer ce qui est cassé, elle voudra le faire changer. Comme ça ne fait pas partie du contrat, elle sera congédiée. Elle n’aura plus rien. Elle ne sera plus rien. Comble de l’horreur, car l’humiliation et la dépendance affective ne sont pas assez, elle sera enlevée, brutalisée. Ils font fi des promesses : tu ne manqueras jamais de rien, je veillerais à ta sécurité, quiconque osera t’importuner, je le tuerai.
Après avoir été dépeint comme des mufles sans émotions, ils deviendront de petits chiots éperdus. Carpette pour faire amende honorable de leurs différents pêchés et se faire ensuite tenir par les couilles avec bonheur ?????????

Scénario n°2 une petite ingénue rentre à nouveau dans leur vie, la petite sœur de l’un, la fille d’un des collaborateurs du père. La gamine a soigneusement entretenu son béguin de jeunesse pour réussir une fois adulte à tourner la tête de l’homme aguerri, sur de lui et bien installé dans sa vie, mais avec une devise, ne jamais s’attacher et encore moins se marier. Mais dès qu’il la voit, elle vient à lui totalement consentante et sur de ses charmes ( à 20 ans), il tombe amoureux, car elle est d’une étonnante beauté. Tout est dit quelles que soient ses convictions, ses projets avec ses maîtresses ou même un éventuel mariage de convention. Il est cuit ! Un ado en rûte qui ne saura pas résister bien longtemps. Aidé de la meilleure amie spécialiste en séduction, c’est son métier voyons elle strip-teaseuse ou serveuse, célibataire elle galère, mais elle restera de bons conseils.

Scénario 3 après une aventure d’un soir, elle est tombé enceinte. Quoi, elle ne prenait pas la pilule la capote s’est déchirée, il n’a pas voulu éjaculé hors de son vagin et il a pris le risque parce que c’est trop bon. À moins qu’il ait de supers spermatozoïdes, car déclarée stérile, on en est là. Qu’a cela tienne, ils se marieront pour le bien de l’enfant. Il ne faudrait pas élever un bâtard surtout si celui-ci est l’héritier de l’empire ou la couronne. Sympa la base du couple.
Oui, je ne vous l’avais pas précisé, mais ces très jeunes femmes, sans expérience professionnelle se retrouvent toujours en contact avec les plus hautes sphères. Elles sont embauchées non pour leurs qualités intellectuelles mais bien physiques et surtout pour l’endurance soupçonnée afin de recevoir l’appétit sexuel hors norme de ces dominants. Intéressant comme système de recrutement.

Nos autrices américaines, seraient-elles désabusées ??? La passion l’attraction, le désir, l’attente auront fait place à la performance sexuelle et la richesse. C’est vrai, elles ont été élevées avec Dallas et les feux de l’amour. Du très lourd !

Après tout si cela contribue à maintenir votre excitation ou trouver des scénarios coquins, vous dédouaner d’avoir des envies un peu particulières, ou si cela vous aide à accepter vos fantasmes, je n’y voit rien à redire.

Toutefois, il y a des sensibilités qui seront peut être plus attirées par les autrices européennes, plus en phase avec notre culture de lover Français.

Nous aimons être séduites, respectées accompagnées. Nous aspirons toutes à une vraie histoire même si elle se termine mal.

Voici une autre sélection
Nora Robert : un hiver scintillant
Irène Cao : pour tout cet amour – respire
Sophie Cadalen : plaisir des femmes – tu meurs – le divan – double vie
Christine Angot : un amour impossible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.